Home International Emiliano Sala: l’épave de l’avion ne pourra plus être récupérée

Emiliano Sala: l’épave de l’avion ne pourra plus être récupérée

Emiliano Sala: l’épave de l’avion ne pourra plus être récupérée
Emiliano Sala: l’épave de l’avion ne pourra plus être récupérée

L’épave de l’avion qui s’est écrasé avec le footballeur argentin Emiliano Sala et le pilote britannique David Ibbotson ne se trouve plus à l’endroit où elle avait été découverte. Relayée par la presse anglaise, l’information a été révélée lors d’une audience judiciaire réalisée ce mercredi à Bournemouth (sud de l’Angleterre).

Cette réunion s’est tenue dans le cadre d’un examen préalable à l’enquête, en présence des avocats de la famille de l’ancien joueur du FC Nantes et du principal officier de justice du comté.

La carcasse du Piper PA-46 Malibu avait été retrouvée en février, plusieurs jours après le crash survenu le 21 janvier 2019 dans la Manche.

Les enquêteurs du Air Accidents Investigation Branch (AAIB), l’équivalent britannique du Bureau d’enquêtes et d’analyses français (BEA), avaient choisi de ne pas remonter les débris à la surface. Seul le corps d’Emiliano Sala avait été repêché, contrairement à celui du pilote.

Les taux de monoxyde de carbone en question

Mais en octobre dernier, l’une des personnes ayant contribué à retrouver l’épave est retournée sur les lieux de la découverte. D’après ses constatations, les débris se sont dispersés en raison du courant. Les derniers fragments de l’appareil pourraient encore se déplacer, selon un représentant de la famille de l’Argentin, qui aurait fêté ses 29 ans le 31 octobre.

Lire aussi:   Un ancien Premier ministre tunisien lance son parti

Ce même avocat a exprimé son mécontentement, estimant que la décision des enquêteurs de ne pas remonter l’épave constituait une “erreur”. Elle considère notamment que cela aurait pu permettre d’apporter des réponses aux interrogations soulevées par les taux potentiellement mortels de monoxyde de carbone retrouvés dans le sang de l’attaquant argentin durant l’été. Cette analyse, effectuée tardivement de l’avis des proches de la victime, suppose qu’une intoxication a pu avoir lieu avant le contact de l’avion avec l’eau. L’AAIB a toutefois répondu que les besoins de l’enquête technique, compte tenu des observations qui ont pu être effectuées et de la nature du petit avion, n’avaient pas rendu nécessaire une telle opération.

L’enquête sur cet accident aérien se poursuivent. La prochaine audience a été ajournée, afin de permettre aux enquêteurs de l’aviation civile et de l’AAIB de conclure leurs investigations.

Lire aussi:   5 bonnes pratiques pour réussir un Facebook Live

Source : l-frii.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook