Home International Des internautes de la BBC lynchent Ouattara et son 3è mandat «Vous...

Des internautes de la BBC lynchent Ouattara et son 3è mandat «Vous voyez Ouattara, au lieu de finir d’abord son affaire de troisième mandat avec le peuple ivoirien…»

Des internautes de la BBC lynchent Ouattara et son 3è mandat «Vous voyez Ouattara, au lieu de finir d’abord son affaire de troisième mandat avec le peuple ivoirien...»
Des internautes de la BBC lynchent Ouattara et son 3è mandat «Vous voyez Ouattara, au lieu de finir d’abord son affaire de troisième mandat avec le peuple ivoirien...»

Après avoir réprimé la marche des femmes de l’opposition le vendredi 21 août 2020 à Abidjan en application de la décision « d’interdiction des manifestations » sur la voie publique par le gouvernement ivoirien, le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara continue d’être sous le feu des critiques de certains internautes de la BBC.

Et ce, après celles des Maliens sur sa page Facebook après qu’il se soit prononcé sur « les décisions » du sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu le jeudi 20 août 2020 par visioconférence, pour une sortie de crise au Mali. Apres avoir publié un article sur sa page Facebook le vendredi 21 août 2020, intitulé « une manifestation de l’opposition dispersée par la police à Abidjan », des internautes de la BBC sont rentrés dans une colère noire.

Le chef du palais ivoirien a une fois de plus été l’objet de vives critiques. Selon Pathy Ndamba, « quand ça commence, les chefs d’Etats africains deviennent des spectateurs. Lorsque les militaires viennent au secours de leurs compatriotes, c’est en ce moment que vous entendrez les organisations de tout bord réagir pour soutenir un seul individu. CEDEAO, Communauté internationale on n’a pas besoin des isolements qui ne justifient pas le bon partenariat entre Etats ».

Lire aussi:   Ouattara VS Bédié : « si ce dialogue s’ouvrait, quelles seraient ses chances d’aboutir à des résultats probants ?

« Vous voyez ADO (Alassane Dramane Ouattara), au lieu de finir d’abord son affaire de troisième mandat avec le peuple ivoirien, il se permet d’intervenir en faveur d’IBK (Ibrahim Boubacar Keïta) dans le problème malien. Tant que les coups d’États Constitutionnels orchestrés dans le but d’obtenir un troisième mandat ne cessent pas en Afrique, notre continent ne connaitra pas de paix », a fait observer Jowy Ma-rock.

« Pendant que Ouattara fait réprimer la manifestation ‘’du non au troisième mandat de Ouattara’’ (opposition), le vendredi 21 août 2020, ses partisans manifestent dans les rues, à la faveur de son investiture. C’est du deux poids, deux poids mesures. C’est révoltant », a remarqué Alain Doh Bi. « Où sont les chefs d’Etats de la CEDEAO ? N’y a-t-il pas de visioconférence pour le cas de la Côte d’ivoire et de la Guinée sur la violation de la constitution de leurs pays respectifs? La CEDEAO est absente lorsqu’il s’agit de maltraiter le pauvre peuple et quand ça tourne autrement, elle joue le médecin après la mort. Ce sont des espoirs perdus. Elle devrait être la solution à nos problèmes mais il n’en est rien. La CEDEAO est plutôt le problème », a dénoncé Waldys Dilop.

Lire aussi:   Crise au Mali : Macky Sall désavoue Ouattara et le dit ouvertement

La CEDEAO est absente lorsqu’il s’agit de maltraiter le pauvre peuple et quand ça tourne autrement, elle joue le médecin après la mort

« Je voudrais savoir une chose. On nous dit que c’est le premier mandat de la troisième république en Côte d’Ivoire. Mais pourquoi c’est en 2016 que la constitution est rentrée en vigueur ? Parce que le senat et le vice-président sont installés et c’est maintenant on parle de premier mandat. Vraiment l’Africain a un incroyable talent », a marré Jean Carlos Depie.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : Guillaume Soro menace de balancer les secrets de Ouattara

« Ces femmes ont parfaitement raison de manifester car la loi s’applique à tous. La loi ne dit pas qu’il faut faire trois mandants. La présidence n’est pas la résidence de quelqu’un. Après vos deux mandats, allez-y pour laisser la place à quelqu’un d’autre. C’est simple à comprendre », a nuancé Enock Sèmévo. Notons que depuis l’annonce du chef de l’Etat, Alassane Ouattara le jeudi 6 août de vouloir se présenter à l’élection présidentielle d’octobre 2020, les tensions restent vives dans le pays. Cette vision du chef de l’Etat est légitime pour ses partisans et incohérente pour l’opposition.

Source: Autre Presse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here