Home International Coronavirus en Afrique : les nouvelles de la journée

Coronavirus en Afrique : les nouvelles de la journée

Coronavirus en Afrique : les nouvelles de la journée
Coronavirus en Afrique : les nouvelles de la journée

Dans un contexte où plusieurs pays entament l’assouplissement et/ou la suppression des mesures destinées à freiner la propagation du nouveau coronavirus, la pandémie est loin de stopper sa conquête du continent. Dans cet article, les chiffres relatifs à la situation du coronavirus en Afrique.

Le point du jour

  • En Gambie, le président Adama Barrow annonce une prolongation de 21 jours de l‘état d’urgence contre le coronavirus. M. Barrow a affirmé avoir conscience de l’impact des restrictions imposées sur la vie des Gambiens, mais que la lutte contre la pandémie était “une question de survie”. Il a cité l’avis d’experts de santé selon lesquels, en l’absence de mesures appropriées, plus de 180.000 personnes seraient contaminées et plus de 9.000 pourraient mourir.
  • Au Sénégal, 97 nouveaux cas et 53 guérisons ont été dénombrés mercredi, portant à 2 714 les cas de Covid-19 officiellement recensés dans le pays depuis le 2 mars. Ces infections supplémentaires ont été détectées à partir de tests virologiques effectués sur 1 042 sujets, a indiqué le porte-parole du ministère de la Santé et de l’Action sociale.
  • En Algérie, l’opération de désinfection des mosquées lancée lundi 18 mai se poursuit dur l’ensemble du territoire national. “La campagne ne signifie pas l’ouverture des mosquées après l’Aïd”, a déclaré, en effet, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, expliquant que cette opération est plutôt destinée à sensibiliser et à expliquer aux gens “que tant que nous respectons les mesures préventives, nous réduirons la durée du confinement”. Les mosquées ne seront rouvertes dans le pays qu’une fois la situation sanitaire se sera stabilisée. L’Algérie compte actuellement 7 377 cas pour 3 746 guérisons contre 561 décès.
  • En Egypte, trois mois après le premier cas de nouveau coronavirus détecté, le système sanitaire du pays le plus peuplé du monde arabe approche dangereusement du “seuil critique”, mais est parvenu jusqu‘à ce jour à faire preuve d’adaptabilité. Avec plus de 13.000 cas et 600 décès officiellement enregistrés, l’Egypte, qui compte 100 millions d’habitants, a connu jusqu‘à présent une propagation modérée de la pandémie de Covid-19. Pour endiguer la maldaie, l’Egypte prolonge son interdiction des vols internationaux vers le pays.
  • En RDC, une trenatine d’experts en santé publique ont été dépêchés dans quatre pays africains – le Cameroun, le Niger, le Mali et le Burkina Faso – pour les aider à lutter contre la pandémie, rapportent mercredi des médias locaux. À la demande de l’Union africaine (UA), cette équipe congolaise composée de spécialistes en surveillance épidémiologique, des logisticiens, biologistes, et d’experts en prévention et contrôle des infections va appuyer les équipes de riposte de ces quatre pays du contient dans la lutte contre la Covid-19.
  • Au Maroc, les deux mois de confinement imposé pour lutter contre la pandémie représentent six points de produit intérieur brut (PIB), a annoncé le ministre marocain de l’Economie. “Cela se traduit par la perte de 1 milliard de dirham (environ 930 millions d’euros) pour chaque jour de confinement”, a précisé Mohamed Benchaâboun devant le Parlement.

Les statistiques (au 20 mai)

  • Cas confirmés = 91 515
  • Décès = 2 902
  • Guérisons = 35 844
  • Malades encore hospitalisés : 52 764
  • Pays touchés = 54

Pays par ordre alphabétique

  • Afrique du Sud : 17 200
  • Algérie : 7 377
  • Angola : 52
  • Bénin : 130
  • Burkina Faso : 796
  • Burundi : 42
  • Botswana : 25
  • Cameroun : 3 529
  • Cap-Vert : 335
  • Congo-Brazzaville : 420
  • Côte d’Ivoire : 2 157
  • RCA : 366
  • Comores : 11
  • Djibouti : 1 618
  • Égypte : 13 484
  • Erythrée : 39
  • Eswatini : 208
  • Éthiopie : 365
  • Gabon : 1 502
  • Gambie : 24
  • Ghana : 6 096
  • Guinée : 2 863
  • Guinée-Bissau : 1 038
  • Guinée équatoriale : 825
  • Kenya : 963
  • Lesotho : 1
  • Libéria : 233
  • Libye : 68
  • Madagascar : 326
  • Malawi : 70
  • Mali : 901
  • Maroc : 6 952
  • Maurice : 332
  • Mauritanie : 131
  • Mozambique : 146
  • Namibie : 16
  • Niger : 914
  • Nigeria : 6  401
  • RD Congo : 1 731
  • Rwanda : 308
  • Ouganda : 260
  • Sao Tomé et Principe : 251
  • Sahara occidental : 6
  • Sénégal : 2 714
  • Seychelles : 11
  • Sierra Leone : 534
  • Somalie : 1 502
  • Soudan : 2 728
  • Sud-Soudan : 290
  • Tanzanie : 509
  • Tchad : 545
  • Togo : 338
  • Tunisie : 1 044
  • Zambie : 772
  • Zimbabwe : 46

Pays les plus touchés par région

  • Afrique australe = Afrique du Sud ( 17 200 cas, 312 décès, 8 928 guérisons)
  • Afrique de l’est = Maurice (332 cas, 10 décès, 322 guérisons)
  • Afrique de l’ouest = Burkina Faso (796 cas, 51 décès, 652 guérisons)
  • Afrique centrale = Cameroun (3 529 cas, 140 décès, 1 567 guérisons)
  • Afrique du nord = Égypte (13 484 cas, 659 décès, 3 742 guérisons)

Le point du mardi 19 mai

  • Au Cameroun, le président du Cameroun Paul Biya s’est exprimé mardi soir à la télévision pour la première fois depuis le début de l’épidémie du Coronavirus dans ce pays rompant ainsi un silence médiatique de plus de deux mois très critiqué par l’opposition.
  • Au Mali, le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta a gracié 400 détenus pour freiner la propagation du nouveau coronavirus, dont un prêcheur récemment condamné pour des propos polémiques, a indiqué la présidence mardi. Aucune précision n’a été fournie sur le profil des autres détenus bénéficiant de la grâce.
  • En Algérie, les autorités ont décidé de rendre le port du masque sanitaire obligatoire dans le cadre de nouvelles mesures visant à enrayer la pandémie de Covid-19, à l’approche de la fête musulmane de l’Aïd el-Fitr. « Le port du masque est tout aussi efficace que le confinement sanitaire, d’où l’impératif de rendre son port obligatoire pour tous », selon un communiqué de la présidence algérienne publié lundi soir à l’issue d’une réunion du Comité scientifique de suivi de l‘évolution de la pandémie. Le pays compte 7 201 cas de la maladie Covid-19 dont 3625 guérisons et 555 décès.
  • Au Soudan du Sud, le virus a carrément visé le haut sommet. Le vice-président et ex-rebelle, Riek Machar, sa femme ministre de la Défense, Angelina Teny, et plusieurs membres de son équipe, ont été testés positifs au Covid-19, a annoncé lundi son bureau. Dans ce pays d’Afrique de l’est, 2591 sont personnes sont touchées par la covid-19, 247 ont déjà regagné leurs domiciles après guérison. En revanche 105 malades ont été emportés par le virus.
  • C’est en réalité la nouvelle phare du jour. En Guinée équatoriale, sept journalistes de l’unique chaîne de télévision privée ont été suspendus pour avoir dénoncé des violences militaires durant le confinement dû à la pandémie du coronavirus, a déploré lundi l’ONG Reporters sans frontières (RSF). La Guinée équatoriale pointe à la 165è place dans le classement RSF de la liberté de la presse. Le petit pays d’Afrique centrale très riche en ressources naturelles dont le pétrole compte 719 cas de covid-19 dont 22 guérisons et 7 décès.

Le point du dimanche 17 mai

  • Les autorités de Madagascar ont fait état dimanche d’un premier décès d’un patient souffrant du nouveau coronavirus près de deux mois après sa première détection dans le pays. Il s’agit d’un gardien de parking dans un hôpital “âgé de 57 ans qui est décédé du Covid-19 à Toamasina (…). Il est décédé hier soir”, a déclaré le professeur Hanta Vololontiana, porte-parole du centre de commandement opérationnel anti-Covid-19. Il a ajouté que ce patient souffrait également de diabète et d’hypertension artérielle. Ce premier décès survient au moment la Grande île se bat bec et ongles pour obtenir l’onction de l’OMS qui continue de douter de l’efficacité du covid-organics contre le coronavirus.
  • Dieu au chevet des Tanzaniens. C’est du moins ce qu’a déclaré dimanche lors d’une messe, dans une église de sa ville de Chato (nord-ouest), retransmise à la télévision, John Magufuli. « Nous avons commencé avec Dieu et nous finirons avec Dieu. Quand on voit ce qu’il se passe dans nos hôpitaux, il est évident que Dieu a répondu à nos prières », a déclaré le président tanzanien.

  • Les Béninois se sont rendus aux urnes ce dimanche pour élire des conseillers municipaux et communaux dans 77 communes, malgré les risques de contagion du nouveau coronavirus et les appels à boycotter le scrutin. Le pays d’Afrique de l’Ouest compte au 17 mai 339 cas de coronavirus dont 83 guérisons et 2 décès.

  • Au Nigeria, le président Muhammadu Buhari a reçu samedi plusieurs sachets de la tisane à base d’artemisia que les autorités malgaches vantent comme un remède contre le nouveau coronavirus. C’est le président de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, en visite à Abuja, qui a remis à son homologue nigérian la potion. Le président nigérian assuré que le breuvage serait testé par des scientifiques. “Nous avons des institutions et des procédures. Une telle potion doit leur être envoyée. Je n’en permettrai pas l’utilisation sans autorisation de nos institutions”, a déclaré M. Buhari.
Lire aussi:   Site internet pédophile: plus de 300 arrestations dans 38 pays

Le point du samedi 16 mai

  • Au Kenya, le couvre-feu a été prolongé de 21 jours. L’annonce a été faite par le président Uhuru Kenyatta dans une allocution retransmise en direct par la radio et la télévision. La situation épidémiologique état de 781 cas pour 284 guérisons et 45 décès.
  • Le pays d’Afrique de l’Est a également décidé de la fermeture de ses frontières avec les voisins tanzanien et somalien. “Parmi les cas positifs enregistrés cette semaine dans le pays, 43 avaient récemment traversé la frontière avec la Somalie ou la Tanzanie”, soit près d’un quart des 166 cas enregistrés sur la même période, a justifié le président kényan.

 

  • Le Congo-Brazzaville a pour sa part annoncé un déconfinement progressif et par pallier. L’annonce a été faite par le Premier ministre, Clément Mouamba dans une allocution prononcée au siège du Parlement. Ce déconfinement devrait entrer en vigueur lundi 18 mai.
  • En Angola, les forces semblent peiner à concilier application des mesures barrières avec respect des droits de l’homme. D’après le ministère de l’Intérieur, un garçon de 17 ans a péri après avoir été atteint d’une balle tiré par un soldat alors qu’il manifestait “prétendument” contre l’armée chargée de faire appliquer le port du masque et le couvre-feu imposés dans la capitale angolaise, a indiqué le ministère dans un communiqué. Le ministère considère ce tir mortel du soldat comme “un homicide” et a ouvert une enquête.

 

Le point du vendredi 15 mai

  • En Mauritanie, la prière musulmane du vendredi à nouveau suspendue. La faute à deux nouveaux cas de covid-19 détectés dans le pays. Les fidèles avaient pu prendre part en nombre à la prière collective le vendredi précédent, le gouvernement ayant assoupli les restrictions devant la propagation réduite du virus. La Mauritanie ne déclarait alors que huit cas de contamination, dont six guéris et une seule personne sous traitement.Mais ce pays musulman de quatre millions d’habitants a connu cette semaine une progression portant à 26 le nombre total de cas déclarés, avec deux patients décédés, 18 sous traitement et six guéris.
  • En Tunisie, cinquième jour consécutif sans qu’aucun cas de coronavirus n’ait été déclaré. Dans un communiqué publié tard jeudi soir, le ministère tunisien de la Santé a indiqué avoir enregistré “zéro nouveau cas (de nouveau coronavirus, NDLR) pour le cinquième jour consécutif”. Le bilan total des contaminations dans le pays reste ainsi à 1.032 malades dont 45 morts depuis début mars. Quelque 217 malades sont encore porteurs du virus dont 3 sont hospitalisés, selon la même source.
  • Au Togo, un parti d’opposition togolais a demandé jeudi la libération de 16 de ses militants, incarcérés dans la prison de Lomé où les prisonniers se sont révoltés cette semaine, inquiets face à la propagation du coronavirus. Le mouvement de l’opposition représenté par l’ancien Premier ministre Agbéyomé Kodjo – arrivé deuxième à la présidentielle de février – “exige la libération immédiate de ces 16 personnes encore maintenues dans les liens de la détention”, a déclaré leur porte-parole, lors d’une conférence de presse. Onze des seize militants ont été transférés à la gendarmerie pour être testés pour le SARS-CoV-2, après une vingtaine de cas positifs détectés vendredi dernier au sein de la plus grande prison de la capitale.

Le point du jeudi 14 mai

  • Au Burundi, le gouvernement a ordonné l’expulsion d’ici vendredi de quatre experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) chargés de le conseiller sur l‘épidémie de Covid-19, dont des sources médicales l’accusent de minimiser sciemment l’ampleur à quelques jours de l‘élection présidentielle du 20 mai.
  • L’Egypte envoie de l’aide médicale aux alliés. Tandis que le nombre de morts liés à la pandémie approche les 300.000 dans le monde, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a envoyé plusieurs tonnes d’aide médicale aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne, à la Chine, à l’Italie et au Soudan, déployant un “soft power” inédit.
  • En Guinée, des mosquées fermées depuis fin mars ont été rouvertes mercredi de force malgré l’interdiction. Ces réouvertures sont intervenues au lendemain de la mort de sept personnes dans des manifestations de protestation contre des restrictions liées à l‘état d’urgence, mais aussi contre les très nombreuses coupures d‘électricité qui affectent ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest. En vigueur depuis le 26 mars, l‘état d’urgence sanitaire a notamment entraîné l’interdiction de la circulation entre Conakry et la province, ainsi que la fermeture des lieux de culte dans ce pays musulman à plus de 80%.
  • En Afrique du Sud, le président annonce un nouvel allègement du confinement d’ici à la fin du mois. Après une période de strict confinement, le pays est passé le 1er mai du niveau d’alerte 5 au niveau 4, qui a déjà permis le redémarrage de certains secteurs économiques. “Nous allons proposer que d’ici à fin mai, la majeure partie du pays soit placé en niveau 3, mais que les endroits du pays avec les taux d’infection les plus élevés restent en niveau 4”, a indiqué Cyril Ramaphosa.
  • L‘île Maurice n’a plus recensé aucun cas actif du virus dans le pays depuis 17 jours. Cet archipel de l’océan Indien avait initialement été le pays le plus touché en Afrique de l’Est, avec 332 cas déclarés seulement six semaines après le début de l‘épidémie. Ce nombre n’a plus évolué depuis plus de deux semaines et dix décès au total ont été prononcés.
  • A Madagascar, le président Andry Rajoelina a envoyé une dose du Covid-Organics aux Comores. L’archipel compte actuellement 11 cas recensés du nouveau coronavirus pour un décès.

Le mercredi 13 mai

  • Au Lesotho, premier cas déclaré du Covid-19. Ce cas positif a été identifié sur une série de 81 tests effectués la semaine dernière sur des personnes en provenance d’Afrique du Sud et d’Arabie saoudite, a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué. Le Lesotho était resté jusque-là, le seul pays du continent épargné par la pandémie.
  • En Angola, un quartier de Luanda en quarantaine à la suite de la découverte de plusieurs cas positifs.À ce jour, l’e pays n’a enregistré que 43 cas de coronavirus, dont deux décès.
  • Au Nigeria, la forte augmentation du nombre de décès pour la plupart inexpliqués dans le nord du pays, fait craindre une forte propagation du coronavirus, d’autres maladies risquant d‘être délaissées dans cette région parmi les plus pauvres au monde.
  • Au Maroc, les écoles resteront fermées jusqu‘à la rentrée de septembre en raison de la pandémie de Covid-19, a déclaré mardi le ministre de l’Education nationale Saïd Amzazi. Les examens du baccalauréat sont maintenus et se dérouleront en juillet et septembre, a ajouté le ministre devant les députés, cité par l’agence marocaine de presse MAP.
  • Au Niger, réouverture des lieux de culte fermés depuis fin mars et couvre-feu levé à Niamey, la capitale. Cette mesure était très attendue, alors que le gouvernement avait déjà allégé des mesures pour le ramadan.

Le point du mardi 12 mai

  • En Algérie, le gouvernement a prolongé mardi les mesures de confinement liées au nouveau coronavirus jusqu’au 29 mai, soit après la fin du ramadan, et appelé la population à la “responsabilité individuelle et collective” face à des cas d’indiscipline. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a exhorté les Algériens à continuer de porter le masque de protection jusqu’à la fin de la crise sanitaire. Il a annoncé la fourniture de 7 millions de masques de protection par semaine afin de “vaincre” la pandémie.
  • Au Gabon, une deuxième vague de ressortissants bloquées à l‘étranger suite à la fermeture des frontières a été rapatriée ce mardi. L’opération qui a débuté lundi dernier s‘étendra sur trois jours. Cette première phase de rapatriement concerne au total 179 personnes venant du Cameroun, de la RD Congo, du Congo-Brazzaville et de la Côte d’Ivoire. Selon un dernier décompte publié par le ministère des Affaires étrangères, ce sont près de 1200 ressortissants répartis sur 23 pays de par le monde qui sont concernés par cette opération.
  • Au Sénégal, le président Macky Sall a annoncé lundi un assouplissement des mesures de restriction adoptées contre le Covid-19, à commencer par une réduction du couvre-feu nocturne à partir de mardi et la réouverture des lieux de culte.
  • La RDC a passé la barre des 1000 cas confirmés de nouveau coronavirus. Au total, il y a eu 41 décès et 141 personnes guéries, selon les autorités sanitaires dans leur dernier bulletin daté de dimanche. Kinshasa concentre l’immense majorité des cas, avec pour nouvel épicentre la zone de santé où se trouve la prison militaire de Ndolo (188 des 938 cas recensés dans la capitale).
  • Au Congo-Brazzaville, le nombre de cas est passé de 288 à 333 cas entre le 8 et le 11 mai, d’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour ce pays, avec 11 décès et 53 guérisons.
  • En Egypte, le FMI accorde une aide d’urgence de 2,8 milliards de dollars pour permettre au pays de faire face à l’impact économique de la pandémie.
Lire aussi:   Ballon d’or africain 2019 : Samuel Eto’o attaqué pour ne pas avoir voté pour Sadio Mané

Le point du lundi 11 mai

  • Au Bénin, les écoles rouvrent à nouveau les portes ce lundi avec des consignes strictes de distanciation, d’hygiène et distribution de masques, après plusieurs semaines de fermeture pour freiner la propagation du nouveau coronavirus
    .
  • En Tanzanie, 250 personnes bloquées en Inde en raison de la pandémie du COVID-19 vont être rapatriés d’ici le 15 mai. Ces citoyens tanzaniens seront soumis à un isolement obligatoire de 14 jours à leur retour au pays.
  • Au Tchad, une peine d’emprisonnement jusqu‘à 15 jours est prévue pour ceux qui ne porteraient pas de masque dans les lieux publics, selon un arrêté gouvernemental. La mesure prise depuis jeudi dernier n’a a été que peu respectée dans le pays.
  • En Algérie, le gouvernement a décidé dimanche de reporter l’examen du baccalauréat et celui du brevet au mois de septembre. L’examen national d’entrée en sixième marquant la fin du cycle primaire, qui devait avoir lieu ce mois-ci, a été annulé.
  • L’Afrique du Sud a passé la barre des 10.000 cas confirmés de nouveau coronavirus, dont 194 décès, a annoncé dimanche soir le ministère de la Santé. Le nombre de morts est lui passé à 194, soit huit de plus par rapport au dernier bilan, et celui de guérisons à 4.173.

Le point du 10 mai

  • A Djibouti, le gouvernement reporte à la dernière minute l’allègement du confinement, a annoncé dimanche son ministre des Affaires étrangères Mahmoud Ali Youssouf. Cette décision de a prolongé dimanche jusqu’au 17 mai le confinement pour lutter contre le coronavirus a été prise “à l’instant”, les conditions n‘étant pas encore réunies pour assouplir le confinement, a-t-il souligné.
  • Au Mali, le gouvernement a annoncé samedi la levée du couvre-feu dans tout le territoire national, tout en rendant le port du masque obligatoire dans les lieux publics. Les écoles resteront néamoins fermées jusqu’au 2 juin. Les frontières du pays resteront aussi fermées, a précisé dans un discours télévisé le le Premier ministre Boubou Cisse.
  • Au Ghana, face à la progression du nombre de cas (3 091 à 4 012 en 24 heures), le président John Dramani Mahama encourage son peuple à se protéger davantage. M. Mahama invite sur les réseaux sociaux la population à observer les mesures de prévention contre l‘épidémie. Il rappelle entre autres le lavage régulier des mains au savon et à l’eau courante, de restez à la maison, du port du masque dans les lieux publics et l’usage d’un désinfectant de façon constante.
  • À Madagascar, un don du Covid-Organics a été envoyé au Tchad d’après une information publiée par le président Andry Rajoelina. Une délégation tchadienne s’est rendue sur la Grande Île pour récupérer le précieux remède.

Le point du samedi 9 mai

  • Au Liberia, encore deux semaines de confinement. Le président George Weah a annoncé une prolongation de deux semaines du confinement dans la capitale Monrovia, tout en autorisant à partir du 15 mai l’ouverture des mosquées et églises avec limitations d’affluence. Les mosquées pourront rouvrir le vendredi 15 mai et les églises le dimanche 17 mai, mais en limitant à 25 % de leur capacité d’accueil l’affluence des fidèles, a précisé vendredi dans un communiqué le président. Les autorités ont déclaré 199 cas de contamination au coronavirus pour 20 décès.
  • En Sierra Leone voisine, la lutte contre le coronavirus prend une tournure politique. Le président Julius Maada Bio a accusé l’opposition d’inciter à la “violence terroriste” à la suite de récents troubles liés à l‘épidémie de coronavirus dans cet État d’Afrique de l’Ouest. Dans un discours télévisé vendredi soir, M. Bio a affirmé que le All People’s Congress (APC, opposition) était impliqué dans des flambées de violence qui ont surgi dans tout le pays. Le silence du parti à propos de ses membres qui auraient pris part à “des actes de violence terroriste, des pertes de vies humaines, des blessures et des destructions gratuites de biens publics et personnels est vraiment déconcertant”, a ajouté le président.

  • Au Bénin, l’heure est au dépistage des enseignants avant la rentrée des classes. Des tests de dépistage au Covid-19 ont été organisés par le gouvernement béninois à l’endroit des enseignants avant la reprise des classes lundi 11 mai et se poursuivaient samedi dans plusieurs grandes villes, dont Cotonou, a constaté l’AFP.

  • En Éthiopie, les professionnels de la santé impliqués dans la lutte contre le nouveau coronavirus bénéficieront désormais d’une assurance-vie. Un protocole d’accord et signé samedi par la ministre de la Santé, le Dr Liya Tadesse et Netsanet Lemessa, PDG d’Ethiopian Insurance Corporation, une structure publique.
  • Au Maroc, ce sont quelque 950.000 salariés impactés par la crise induite par la pandémie du nouveau coronavirus vont toucher une indemnité forfaitaire au titre du mois d’avril, a annoncé vendredi le Comité de veille économique du Maroc. Ces salariés de 134.000 entreprises percevront la semaine prochaine une aide de 2.000 dirhams (190 euros), a précisé dans un communiqué le comité chargé de suivre l’impact de la crise sanitaire et décider des mesures à prendre. Les entreprises en difficulté seront, elles, intégrées dans un dispositif de financement pour faciliter leur relance, a indiqué l’organisme mis en place par le gouvernement et piloté par le ministère de l‘Économie.

Le point du vendredi 8 mai

  • La deuxième phase de rapatriement de Camerounais bloqués à l‘étranger du fait du nouveau coronavirus a débuté vendredi. Plus de 1000 Camerounais devraient ainsi atterrir à l’aéroport international de Nsimalen à une trentaine de kilomètres de Yaoundé.
  • En Afrique du Sud, le président Cyril Ramaphosa a annoncé vendredi la remise en liberté sous contrôle judiciaire de 19 000 détenus afin de vider les prisons du pays, dont la surpopulation en fait des cibles privilégiées de la pandémie de coronavirus.
Lire aussi:   USA: une fusillade fait 3 morts lors d’un festival en Californie

 

  • À l’autre bout au nord du continent, le présidenté gyptien Abdel Fattah al-Sissi a ratifié une série d’amendements à la loi sur l‘état d’urgence qui étend ses pouvoirs, une mesure prise en pleine pandémie de Covid-19 et dénoncée par des ONG.

Le point du jeudi 7 mai

  • L’Union africaine persiste et signe. Les tests sur le coronavirus en Tanzanie sont fiables. Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l’Union africaine a en effet rejeté jeudi les critiques formulées par le président tanzanien, John Magufuli, selon lesquelles les tests dont son pays dispose pour détecter le nouveau coronavirus seraient défectueux. “Les tests que la Tanzanie et tous les pays africains utilisent sont des tests que nous avons validés et dont nous savons qu’ils sont très performants”, a déclaré John Nkengasong, le directeur du CDC, lors d’une vidéo-conférence. En rappel, récemment, le président tanzanien John Magufuli a publiquement mis en doute dimanche les données officielles du coronavirus dans son pays, appelant à enquêter sur des irrégularités présumées au laboratoire national.
  • L’Organisation mondiale de la santé (OMS) toujours pas convaincue de « l’efficacité » du covid-organics. Après avoir mis un peu d’eau dans son vin, l’institution onusienne en charge des questions de santé est encore montée au créneau jeudi pour « rappeler à l’ordre », selon l’expression de l’AFP, les dirigeants du continent contre la tentation de promouvoir des remèdes traditionnels contre le coronavirus sans tests scientifiques sérieux. Ces derniers jours, Madagascar a livré dans plusieurs pays africains des lots d’un breuvage à base d’artemisia, une plante à l’effet thérapeutique reconnu contre le paludisme, présenté par son président Andry Rajoelina comme efficace contre le Covid-19.
  • Au Niger, l’hôpital fait désormais peur aux populations. Les autorités sanitaires ont lancé jeudi un “appel à la population de Niamey” à se rendre à nouveau dans les centres de soins, moins fréquentés depuis l’arrivée du coronavirus au Niger et la peur d‘être contaminé. “Nous appelons la population à revenir (…) il ne faut pas garder une pathologie à la maison”, a affirmé Ibrah Boubary, le directeur de la maternité centrale de Niamey, également membre du Comité national de prise en charge du coronavirus. “Depuis l’avènement de cette pandémie, nous avons remarqué une sous-utilisation de ces structures hospitalières”, a-t-il affirmé à la télévision.
  • En RDC, le président Tshisekedi s’est rendu dans les centres de prise en charge des malades. Objectif : administrer du réconfort moral et remettre des certificats de guérisons.
  • Les Comores ont enregistré leur tout premier décès lié au coronavirus. Après avoir résisté pendant quelque cinq longues semaines, l’archipel a déclaré la semaine dernière son premier cas de coronavirus. Un dernier bilan fait état de 8 cas pour zéro patient guéri.

Le point du mercredi 6 mai

  • Au Tchad, les entrées et les sorties de N’Djamena, la capitale sont désormais interdites pour une durée de deux semaines à partir du vendredi 8 mai.
  • Même stratégie pour la Guinée. Considérée comme épicentre de la pandémie, Conakry la capitale devrait aussi être isolée du reste du pays.
  • Au Sénégal, des parents de malades décédés à l‘étranger tapent du poing sur la table. Ils réclament le retour au pays des corps. Faute de quoi, ils ont promis de porter plainte à la Cour suprême.
  • La Côte d’Ivoire a reçu plus de 52 millions de masques. Cette première livraison sur une commande totale de 200 millions est destinée en priorité 17 catégories de bénéficiaires dont les force  de l’ordre, les agents de santé, les vendeurs du marché et les transporteurs.
  • Au Congo-Brazzaville, le covid-organics bientôt administré aux malades. Une première cargaison a été réceptionnée et remise symboliquement à Florent Ntsiba, directeur de cabinet du président Denis Sassou-Nguesso. D’autres pays dont la Guinée-Bissau, le Niger et la Guinée-Équatoriale ont déjà reçu leur part du traitement élaboré à Madagascar.

Le point du mardi 5 mai

  • Le Lesotho, seul pays d’Afrique encore épargné officiellement par la pandémie de Covid-19, a décidé de lever à compter de mercredi le confinement, a annoncé mardi le Premier ministre Thomas Thabane.
  • Au Tchad, près de 30 agents de santé ont été déclarés positifs au coronavirus. « Des laborantins, des infirmiers, des étudiants-stagiaires et cinq médecins (…) ont été contaminés par le virus », a indiqué le président de l’Ordre des médecins, Dionadji Mbaiguinam. « En tout, une trentaine de membres du personnel soignant sont infectés ».
  • En RDC, de la crainte dans tous les esprits. Le gouvernement de la République démocratique du Congo a redouté mardi une « propagation à grande échelle » de l‘épidémie du Covid-19 après l’enregistrement d’une centaine de cas dans une prison militaire de Kinshasa, indique un compte-rendu du conseil des ministres.
  • La Fédération burkinabé de football (FBF) a annulé mardi les championnats de 1re et 3e divisions, en raison de la propagation du coronavirus. Le championnat de 2e division était déjà terminé avant les mesures de restriction contre l‘épidémie. Pour les épreuves continentales, les équipes participantes à l’exercice 2020-21 sont celles de la saison 2018-19, notamment Rahimo FC pour la Ligue des Champions et Salitas FC pour la Coupe de la confédération.

Le point du lundi 4 mai

  • La Tanzanie prévoit d’importer le Covid-Organics. Le président de la Tanzanie, John Magufuli, dans une allocution à la télévision a annoncé qu’il était déjà en contact avec le gouvernement malgache. “Je communique avec Madagascar, et ils ont déjà écrit une lettre disant qu’ils ont découvert des médicaments. Nous allons envoyer un avion pour apporter les médicaments afin que les Tanzaniens puissent également en bénéficier. En tant que gouvernement, nous travaillons donc jour et nuit”, a-t-il déclaré. Depuis, le lancement du Covid-Organics par Madagascar le 20 avril dernier, la tisane de la Grande Île semble séduire plusieurs nations sur le continent. La Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale sont les deux premiers pays à avoir officiellement reçu une cargaison du précieux remède. Samedi 2 mai dernier, le Congo a annoncé qu’il a décidé d’importer la tisane de la Grande Île.
  • Tunsie : levée progressive du confinement dès ce lundi, avec une reprise de l’activité à 50 % des effectifs dans de nombreux secteurs non-essentiels. Dans un décret paru dimanche au Journal officiel, le gouvernement prévoit que certaines personnes continuent de rester confinées. Il s’agit entre autres des retraités de plus de 65 ans, des personnes atteintes de maladies chroniques, ainsi que les femmes enceintes et des mères dont l‘âge des enfants ne dépasse pas 15 ans.
  • Au Nigeria, début ce jour d’un déconfinement progressif. Cependant, le gouvernment demeure toutefois prudent et impose un couvre-feu entre 20 heures et 6 heures, le port du masque dans les espaces publics, le maintien des mesures de distanciations sociales et de la fermeture des frontières inter-États, sauf pour les besoins de première nécessité.
  • Le Rwanda procéde dès ce lundi à un déconfinement partiel et autorise sa population à se déplacer après plus de six semaines de confinement. “Les masques devront en permanence être portés dans des lieux publics”, souligne un communiqué du Premier ministre. Les frontières du pays restent fermées et les rassemblements de masse interdits.
  • En Algérie, des commerces refermés en raison du non respect des règles d’hygiène et de la distanciation sociale, selon les autorités locales. Rouverts la semaine dernière, des magasins d’habillement et de chaussures, des boutiques de pâtisseries et de gâteaux traditionnels étaient très prisées en ce début du mois de ramadan.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here