Home International Ces hommages indécents à Déby ce «violent tyran», bourreau du peuple tchadien

Ces hommages indécents à Déby ce «violent tyran», bourreau du peuple tchadien

Ces hommages indécents à Déby ce «violent tyran», bourreau du peuple tchadien
Ces hommages indécents à Déby ce «violent tyran», bourreau du peuple tchadien

Le journaliste Saïd Penda condamne les hommages faits au défunt Maréchal Idriss Déby Itno. Pour lui, cela n’en vaut pas la peine.

«J’ai honte de tous ces hommages rendus à déby, supposément parce qu’il aide à combattre les mouvements terroristes en Afrique.

Avons-nous pensé au peuple tchadien dont il était le président ? Nous exprimons nos égoïsmes en saluant la mémoire d’un violent dictateur, simplement parce qu’il comblait l’incapacité de nos propres dirigeants à défendre nos territoires, comme ils s’y engagent tous dans leur serment.

Lire aussi:   Tchad: ce que Idriss Déby a confié à un groupe de journalistes avant sa mort

Ce que les Tchadiens attendaient de leur président, c’est plus de démocratie et de liberté ; là-dessus, idriss déby (bien avec des minuscules par mépris), a échoué sur toute la ligne et on se souvient encore de l’épisode de la récente présidentielle où il n’a pas hésité à envoyer la garde présidentielle tirer à l’arme lourde sur le domicile d’un opposant, assassinant au passage la maman de ce dernier. Les Tchadiens attendaient de déby qu’il assure un mieux-vivre à la population, mais l’importante manne pétrolière a plutôt servi à enrichir la famille présidentielle, aujourd’hui l’une des plus riches d’Afrique, alors que le peuple croupit dans la misère. Les Tchadiens rêvaient de voir leur pays se développer, mais ils sont avant-dernier au monde, selon l’indice de développement des Nations Unies.

Lire aussi:   Le Niger affirme sa volonté de coopérer avec le Tchad contre les rebelles du Fact

Ces hommages des Africains sont indécentes. Pour une fois, pensons aux premiers concernés. Les Tchadiens ont souffert pendant trois décennies de ce violent dictateur. Ils sont soulagés que la nature leur en est, enfin, débarrassé. Ils sont dépités de devoir subir le fils, après avoir connu l’enfer du père. Si nous ne pouvons pas compatir à la détresse des Tchadiens dont l’incertitude de l’avenir ne peut être que pesante, au moins ayons la pudeur de ne pas regretter le tyran qui a dirigé ce pays d’une main de fer pendant 30 ans. Respectons les Tchadiens.

Lire aussi:   Idriss Déby: voici pourquoi son fils pourrait ne pas durer au pouvoir

Ce qui est vrai, est vrai.»
Saïd Penda Officiel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here