Home International Cameroun : Lettre ouverte au Grand Barack, auteur de la phrase « j’ai voté...

Cameroun : Lettre ouverte au Grand Barack, auteur de la phrase « j’ai voté Paul Biya pour rien »

Cameroun : Lettre ouverte au Grand Barack, auteur de la phrase « j’ai voté Paul Biya pour rien »
Cameroun : Lettre ouverte au Grand Barack, auteur de la phrase « j’ai voté Paul Biya pour rien »

« Suivez un peu par-derrière, à cause de l’eneo, on souffre ! J’ai le chapeau de Paul Biya, je l’ai voté pour rien. Il doit laisser, je ne savais pas que c’est comme ça qu’il allait faire», tels sont les propos qui ont révélé Menye Ndzana dit Grand Barack aux yeux des Camerounais.

Affiche du nouveau single du Grand Barack (c) Droits réservés

Au lendemain de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 qui ont porté pour la 7e fois Paul Biya à la victoire, une vidéo du « Grand Barack » a fait le tour des réseaux sociaux. Dans cette séquence de presque 45 secondes, l’homme s’indignait des coupures intempestives de l’énergie électrique qui l’empêchait de mener à bien son activité (soudure Ndlr).

Face á la très forte présence de son grand-père Menye Ndzana, alias le grand Barack, sur les réseaux sociaux, mais surtout ses récentes sorties et ses vidéos qui le mettent en scène dans des postures ignobles face aux femmes, sa petite fille exprime son indignation et sa tristesse en tant que femme, mère et épouse.

Lebledparle.com vous propose cette lettre dans son intégralité.

Lire aussi:   Mali: l’effondrement d’un immeuble rappelle le fléau des constructions illicites

LETTRE OUVERTE AU GRAND BARACK

Grand-père Menye Ndzana (alias le grand Barack), si je t’écris ce jour c’est parce que depuis quelque temps tu es très présent sur les réseaux sociaux. Tu sembles avoir délaissé ton atelier de soudure au village, à Elig-Mfomo. Ton ras-le-bol suite aux coupures de courant intempestives qui nuisent à tes affaires et surtout à ta qualité de vie t’a sorti de l’anonymat.

Ta vidéo a fait le « tour du monde » tant et si bien que ta fameuse phrase « Je ne savais pas que c’est comme ça qu’il allait faire ! » est devenue entre Camerounais une exclamation de tous les jours. Tu as reçu une aide, non négligeable, pour pouvoir continuer de gagner ta vie.

Entre autres, un groupe électrogène et des installations solaires. Tout est bien qui finit bien, tel fut ma conclusion à la vue de ta joie face à cette aide. Quelle n’est donc pas ma surprise de te voir depuis quelques semaines de nouveau très présent sur les réseaux sociaux avec à la clé ta propre page Facebook (!).

Lire aussi:   Le Top 20 des villes les plus chères d’Afrique selon le cabinet Mercer

Cette présence à tout va montrer de toi une image ridicule, vu ton âge. Tu es catapulté dans un monde qui n’est pas le tien sans que tu n’en comprennes les enjeux. Tu ne sembles pas bête et je me suis demandé qu’est-ce qui peut bien te motiver ? L’adrénaline ? Vivre une expérience unique ? Une deuxième jeunesse ? L’argent ? Je pense certainement que tu t’amuses énormément bien que tu sembles parfois un peu dépassé par la vitesse des évènements.

J’espère aussi pour toi que cela te rapporte quelque chose. Tu te découvres des talents de chanteur, soit !!! Mais il y a une chose qui me préoccupe énormément et que je ne peux laisser passer en tant que femme, mère et épouse. Tes récentes sorties ne m’amusent pas.

Lire aussi:   Graves révélations de Victor Fotso à Paul Biya après l’évacuation de son fils

Elles me rendent triste de la décadence de la société camerounaise et du peu de considération pour nos jeunes filles et nos femmes.

Tes vidéos en rapport avec ta chanson annoncée à grand renfort de buzz te mettent en scène dans des postures ignobles face aux femmes.

En commençant par la tienne. Les paroles de ta chanson ont quelque chose d’obscène vis-à-vis de nos jeunes filles et dénigrent gratuitement et nommément des femmes camerounaises tout en citant dans une comparaison vicieuse une compatriote dont les circonstances du décès en ont indigné plus d’un.

N’y a-t-il personne de ta famille pour te ramener sur terre ? Malgré tout, prends soin de toi. Au village, loin de la lumière et des paillettes, ils ont encore besoin de toi ! Ta petite fille, Ngon Essele Lisa Kobla-Andela, épouse Mendama Monty.

Source : Lebledparle.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook