Home International Cameroun : Grève des conducteurs de moto à Yaoundé

Cameroun : Grève des conducteurs de moto à Yaoundé

Cameroun : Grève des conducteurs de moto à Yaoundé
Cameroun : Grève des conducteurs de moto à Yaoundé

Ce matin du 12 novembre 2019 la capitale politique camerounaise connait une ambiance particulière. La forte pluie qui s’est abattue très tôt sur la ville, n’a pas permis de calmer la température qui va crescendo.

Grève des Moto taximen (c) Lebledparle.com

Naseri Paul Béa, gouverneur de la région du Centre a convoqué une réunion le jeudi 7 novembre 2019 avec les responsables des syndicats et moto taximen. Au cours de cette réunion, Nasri Paul Béa a demandé aux conducteurs de motos respecter les nouvelles règles de circulation dans la ville de Yaoundé.

L’entrée en vigueur de cette loi était hier. Ce 12 novembre, les « mototaximen » ont décidé de se faire justice car trouvent les résolutions du gouvernement très dures. Route barricadées, motos garées, assis sur la route, c’est un peu l’image qu’on peut observer du carrefour MEC, passant par le quartier Etoug-Ebé, jusqu’au carrefour TKC où lebledparle.com s’est rendu.

Malgré la présence massive des forces de l’ordre, les professionnels de moto sont résolus à faire face à tout résistance. Leur seule volonté, exercer librement leur profession.

Lire aussi:   Drame à Man, une fillette de 4 ans emportée par les eaux avec sa mère

« Ils n’ont rien fait pour nous, maintenant ils veulent nous chasser même du pays. J’ai une femme et des enfants à la maison. C’est avec la moto que je les nourris. Quand on me demande de ne plus travailler, qu’est ce qu’ils me proposent ? », s’indigne un gréviste, approché par lebledparle.com.

« S’il nous est interdit d’exercer dans notre pays, qu’ils nous tuent une fois. Ça devient quoi dans ce pays ? » s’indigne un autre.

Lire aussi:   Guinée : les femmes de l'opposition empêchées de manifester devant le ministère de la Justice

La situation est sous tension dans la ville. La circulation est quasi paralysée.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, le sous-préfet de Yaoundé VI, et le préfet du Mfoundi n’étaient pas encore sur les lieux.

Rappelons que la note conjointe du gouverneur de la région du Centre et du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé du 7 novembre 2019 interdisait la circulation dans les zones ci-après : Carrefour EMIA , ambassade de France, Olézoa, Carrefour Vogt, carrefour Atanagana Mballa, Elig-Edzoa, Elig-Essono, Bata Nlong-Kak, Ecole de police, Tsinga, Ahala, Nkozoa, Mont Febe, carrefour Bastos, Palais des Congrès, nouvelle route Bastos, Carrefour Warda, Omnisports,  Nkol Eton,  Nkol Ndongo,  Premier ministère, carrefour Coron, base aérienne 101 jusqu’à l’aéroport international de Nsilmalen sans oublier le centre-ville.

Lire aussi:   Dieudonné Essomba : « Ceux qui continuent à provoquer les Communautés n’en retireraient que la douleur d’un bras cassé »

Nous y reviendrons.

Source : Lebledparle.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook