Home International Cameroun :  Boris Bertolt s’explique sur l’échec de l’achat du bus du MRC...

Cameroun :  Boris Bertolt s’explique sur l’échec de l’achat du bus du MRC « les camerounais y compris des tontinards sont très méchants »

Cameroun :  Boris Bertolt s’explique sur l’échec de l’achat du bus du MRC « les camerounais y compris des tontinards sont très méchants »
Cameroun :  Boris Bertolt s’explique sur l’échec de l’achat du bus du MRC « les camerounais y compris des tontinards sont très méchants »

En novembre 2019, les militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, avaient initié un projet d’achat d’un bus de 60 places, baptisé « Maurice Kamto ». Cet appareil devait servir aux déplacements des membres du parti lors des campagnes, meetings et autres manifestations.

Boris Bertolt (c) Droits réservés

En effet, en date du 4 novembre 2019, une délégation des militants du MRC-Douala qui voulait rallier Yaoundé via la compagnie de transport Buca voyage avait été sommée de libérer les lieux par les dirigeants de l’agence. Pour cause, ils étaient soupçonnés d’être allés « payer les billets de transport avec les cartes du parti ». Une situation qui avait créé un mouvement d’humeur entre les militants du MRC et les employés de Buca Voyage. Pour pallier le problème, Boris Bertolt avait initié un projet d’achat d’un bus de transport pour le parti.

Quel bilan deux mois après ? C’est la question à laquelle tente de répondre Boris Bertolt dans son texte ci-dessous, publié sur sa page Facebook.

LE PROJET DE BUS S’ARRÊTE. L’ARGENT SERA REVERSÉ AU MRC.

Chers amis, il y a deux mois nous engagions le processus d’achat d’un bus pour le MRC. Cette mobilisation a été décidée suite à l’éviction des responsables du MRC dans un bus de l’entreprise Bucavoyages alors qu’ils se rendaient sur Yaoundé pour rencontrer le président élu, Maurice Kamto.

Pour beaucoup, y compris des militants et responsables du MRC, il s’agissait d’un événement banal. Par contre, lorsqu’on comprend et connaît l’entreprise de criminalisation du MRC construite par le régime illégitime de Yaoundé, cet événement était très important. Car non seulement il traduit une culture du mépris pour la clientèle observée très régulièrement dans les milieux camerounais, mais c’était un acte de violence psychologique.

POURQUOI UN BUS POUR MAURICE KAMTO ET LE MRC

Acheter dès lors un bus pour Maurice Kamto et le MRC visait plusieurs objectifs : restaurer la dignité des militants du MRC bafouée, afficher clairement la force, le dynamisme et l’ambition de notre engagement pour le changement et donner à Maurice et au MRC un outil de travail, un matériel qui devait être à la fois instrument de communication, mais faciliter également ses déplacements dans les régions du Cameroun pour porter la bonne nouvelle.

Voir grand. Devenir des bâtisseurs. Transformer le MRC en véritable entreprise de libération nationale qui utilise tous ses réseaux, possibilités et capacités. Dans ce pays gangrené par 60 ans de dictature, beaucoup de camerounais survivent et ne sont pas des bâtisseurs. La philosophie de la survie au quotidien gangrène y compris leur engagement politique. Notre devoir dans cette résistance c’est d’apprendre à ce peuple à penser loin, à penser grand. C’est la raison pour laquelle Maurice Kamto au cours de son passage à Équinoxe TV a indiqué qu’il n’était pas né avec marqué sur son front qu’il sera président. Mais sa plus grande serait que ses idées triomphent dans le temps. C’est ce qu’on appelle être un BÂTISSEUR. Ceux qui voient loin, qui anticipent et posent les jalons des victoires futures.

Lire aussi:   [TRIBUNE] Contentieux électoral : la Cour constitutionnelle du Gabon à l’épreuve du respect du principe d’égalité des justiciables

Il y a donc deux mois, nous lancions le processus de collecte de l’argent pour l’acquisition d’un Bus pour le MRC et Maurice Kamto. Il s’agissait d’un bus de 60 place, qui devait être transformée en bus de campagne avec espace réunion, espace presse, cabine chauffeur et doté d’outils informatiques. Nous avions besoin en réalité de 60000 euros.

Une équipe de 6 personnes s’est directement attelée sur ce projet. Arol Ketchiemen, Max Senior Ivoir, Nzui N’zui Manto, l’enfant terrible, Darling Nguevo, Blondel Romaric. Ils ont travaillé pour lever cet argent. L’ambition était énorme. Mais rien de grand ne peux être accompli par des hommes qui ne voient pas grand. Pour réussir, pour construire, il faut être ambitieux. Merci à vous les amis.

Lire aussi:   La culture du thé de Kinkeliba au Togo

BILAN FINANCIER

Au terme de 45 jours de collecte, Je l’ai déjà dit en début de l’année mais je me répète pour ceux qui n’ont pas vu où ceux qui ont oublié. Nous avons mobilisé :

7470 euros sur le PayPal qui a été attaqué plus bloqué mais nous sommes parvenus à récupérer l’intégralité de la somme. 1875 dollars dans le Gofundme et 1785 dollars ont été transférés. Gofundme ayant retiré ses frais d’opération. 515 euros sur le letchi. Au Cameroun 147 583fcfa. Pour un total d’environ 6 200 000 FCFA.

Je remercie ici de nouveau ceux qui ont fait confiance au projet et qui se sont investis. Restez-vous même et continuez à soutenir cette lutte de libération. Mais nous ne pouvons plus continuer cette opération. Nous aurions pu vous restituer l’argent si nous avions eu accès à toutes vos identités. Mais l’argent, votre argent sera restitué au MRC et nous veillerons à ce qu’il soit bien utilisé. Je vous en fait la promesse.

POURQUOI ON NE PEUT PLUS CONTINUER

J’aurai pu m’arrêter là. Mais ce serait une marque de mépris à votre égard. Car j’ai le devoir, de vous rendre compte. De vous expliquer pourquoi nous arrêtons le projet. Car c’est de votre argent qu’il s’agit. Vous êtes les contribuables et vous avez droit à des explications.

Mes chers amis, nous arrêtons ce projet parce que les camerounais y compris des tontinards sont très méchants. Tenez comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran, ils ont attaqué le compte Letchi de 515 euros qui a été bloqué. Vous pouvez être tentés d’accuser les Sardinards. Non mes amis, beaucoup de tontinards sont les produits du régime qu’ils prétendent combattre et reproduisent y compris au sein de la résistance les stigmates de 60 ans d’oppression : haine, méchanceté, égoïsme et hypocrisie.

Lire aussi:   Remède naturel : le chou, l’allié de l’allaitement contre les seins engorgés

Je vais vous faire une confidence : la plus grande opposition à la question d’un bus pour Maurice Kamto et le MRC est venue de l’intérieur de la résistance et non de l’extérieur. Du Cameroun et de l’étranger. Mais, j’avais méprisé cela parce que je sais que beaucoup ne savent ce qu’ils font dans la résistance y compris malheureusement des militants et responsables. Je n’en dirai pas plus.

Je vous épargne ces directs de personnes infâmes et semi lettrées contre le projet, ces commentaires sur un projet en cours qui ont contribué à décourager les potentiels contributeurs. Tellement ils vivent dans un environnement d’échec qu’ils ont parfois peur de voir les autres réussir. Ils ont même peur de la réussite et du progrès.

Chers amis, faire cette campagne a un coût physique, émotionnel et politique. La résistance sera difficile, longue et pénible. Et il y a beaucoup à faire et je ne vous parle pas des réunions sur réunions ou des conférences. Il faut travailler. Maurice Kamto ne peut pas et ne doit pas tout faire.

J’ai aimé faire ce projet car j’ai encore beaucoup appris. Mais, je suis désolé et c’est avec beaucoup d’amertume et de regrets que je le dis : je ne peux plus le poursuivre. L’argent sera reversé au MRC pour un projet.

Merci encore à ceux qui s’y sont investis. Akiba.

Rien est fini tant que ce n’est pas fini.

BORIS BERTOLT

Source : Lebledparle.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook