HomeInternational« Blaise Compaoré peut tout à fait être extradé, même s’il est de...

« Blaise Compaoré peut tout à fait être extradé, même s’il est de nationalité ivoirienne » (Guy Hervé Kam)

"Blaise Compaoré peut tout à fait être extradé, même s’il est de nationalité ivoirienne" (Guy Hervé Kam)

L’avocat des familles de victimes, partie civile dans le dossier concernant l’assassinat de Thomas Sankara, maître Guy Hervé Kam, s’est prononcé sur le procès qui selon lui aura lieu. Concernant l’un des accusés en l’occurrence Blaise Compaoré, qui a acquis la nationalité ivoirienne, l’avocat a déclaré confiant que « Blaise Compaoré peut tout à fait être extradé, même s’il est de nationalité ivoirienne ».

Interrogé par Radio France internationale (RFI) ce lundi 26 avril 2021 sur l’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara, Guy Hervé Kam a déclaré que le « procès aura bel et bien lieu ». « Nous attendons maintenant la date par le procureur du tribunal militaire », a-t-il souligné. « Pour nous ce procès est un signal fort qui montre que nul ne peut rester indéfiniment au-dessus de la loi », ajoute-t-il.

Lire aussi:   Deuil: l’ambassadeur de l’Afrique du Sud à Dakar retrouvé mort chez lui aux Almadies

De quoi reproche-t-on Blaise Compaoré ?

Pour l’avocat, « la décision de la chambre de contrôle qui renvoi Blaise Compaoré et treize autres personnes en jugement, ouvre aussi la voie de la réconciliation entre le peuple burkinabé et sa justice d’une part, et le peuple burkinabé et son histoire d’autre part ». Expliquant ce qui est reproché à l’ancien président qui a passé 27 ans au pouvoir. « Il est reproché à Blaise Compaoré en réalité d’être au cœur de la planification, de la Conception et de l’exécution du coup d’état et l’instigateur de l’assassinat du président Sankara et de douze personnes qui étaient avec lui ».

Lire aussi:   « Laver les dessous de votre femme porte malheur« , dixit une actrice ghanéenne

Eléments factuels de base

A en croire Guy Hervé Kam, l’accusation est renforcée par plusieurs éléments factuels. « On sait d’où sont parties les armes, on sait avec précision la composition du commando mortel, d’où le commando est parti et à quelle heure. On sait avec précision quel véhicule était, qui conduisait, et on sait quelle était leur mission. Tous ces éléments renvoient à Blaise Compaoré. Parce que quand vous prenez Yiacynthe Kafando, quand vous prenez le lieutenant Diendéré à l’époque, ils étaient tous des adjoints de Blaise Compaoré. Le commando mortel est parti dans le véhicule de Blaise Compaoré, il ne peut pas l’ignorer ».

Lire aussi:   Centrafrique : remaniement ministériel

Cependant, Blaise Compaoré a acquis la nationalité ivoirienne après sa chute et son arrivée en Côte d’Ivoire. Une situation qui ne devrait pas être un frein au dénouement du dossier. « Sur le plan juridique » dit l’avocat, « il existe un accord de coopération en matière d’extradition entre nos deux pays », ajoute-t-il. De ce fait, « Blaise Compaoré peut tout à fait être extradé, même s’il est de nationalité ivoirienne », a-t-il fait savoir.