HomeInternationalBiden et Trump dans l’Etat de Géorgie lundi avant deux sénatoriales cruciales

Biden et Trump dans l’Etat de Géorgie lundi avant deux sénatoriales cruciales

Biden et Trump dans l’Etat de Géorgie lundi avant deux sénatoriales cruciales
Biden et Trump dans l’Etat de Géorgie lundi avant deux sénatoriales cruciales

Le président élu des Etats-Unis Joe Biden a annoncé mercredi qu’il ferait campagne dans l’Etat de Géorgie lundi, comme Donald Trump, à la veille de deux élections sénatoriales partielles décisives pour le contrôle du pouvoir à Washington.

Joe Biden sera à Atlanta, la capitale de la Géorgie, pour soutenir les deux candidats démocrates au Sénat américain Jon Ossoff et Raphael Warnock avant les élections du 5 janvier, selon un communiqué de son équipe. Sa vice-présidente élue Kamala Harris se rendra dimanche à Savannah, ville historique du sud-est de la Géorgie.

Lire aussi:   Présidentielle aux États-Unis : Donald Trump en danger

Le républicain Donald Trump avait lui annoncé dès ce week-end qu’il serait à Dalton, un bastion conservateur au nord-ouest d’Atlanta, lundi soir pour un meeting de campagne en soutien aux deux sénateurs républicains qui jouent leurs sièges: David Perdue et Kelly Loeffler.

Si les démocrates remportent leurs deux sièges, ils arriveraient à égalité au Sénat avec 50 sièges contre 50 pour les républicains. La future vice-présidente Kamala Harris pourrait alors, comme le veut la Constitution, départager les votes.

Lire aussi:   Donald et Melania Trump à Mar-a-Lago pour Noël: une dernière grosse facture qui passe mal

Joe Biden détiendrait dans ce cas tous les leviers du pouvoir politique à Washington avec la Maison Blanche, la Chambre des représentants à majorité démocrate, et le Sénat.

En théorie, les sénateurs républicains partent vainqueurs le 5 janvier dans cet Etat conservateur. Mais les démocrates comptent sur la mobilisation d’un électorat qui a changé, plus jeune, plus divers, pour réaliser l’exploit.

Joe Biden a remporté la Géorgie d’une courte avance lors de la présidentielle du 3 novembre, marquant une première pour un candidat démocrate à la Maison Blanche depuis Bill Clinton, en 1992.

Lire aussi:   Coronavirus: quand l’incivisme tue