HomeInternationalBénin: un jeune homme pris en otage et tué à Abomey

Bénin: un jeune homme pris en otage et tué à Abomey

Bénin: un jeune homme pris en otage et tué à Abomey
Bénin: un jeune homme pris en otage et tué à Abomey

Un homme de 30 ans environs a été enlevé à Bohicon par des individus sans foi ni loi qui l’ont exécuté au quartier Azali, dans la Commune d’Abomey.

Le corps de la victime a été découvert le samedi 27 février 2021 dans une chambre mise en location dans la concession de la collectivité Kangodoéhoué à Azali dans la commune d’Abomey.

Selon l’agence Bénin presse qui a rapporté l’information, les responsables de l’acte criminel se sont nouvellement installés dans le quartier, et ont ramené leur victime de Bohicon, pour venir le tuer à Abomey en le vidant de son sang.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Accusée de meurtre, Akissi Delta se prononce

Tout a commencé par une séquestration. Selon les recoupements, le jeune de 30 ans a reçu un appel de ses bourreaux qui l’ont invité à un entretien pour un job bien rémunérateur.

Une fois le lieu indiqué, le jeune homme en lieu et place de la promesse de travail a été pris en otage. Les bourreaux ont contacté ses proches leur exigeant une somme de 3 Millions de FCFA s’ils veulent revoir leur enfant.

Lire aussi:   La Russie met au point un appareil qui détecte le coronavirus dans l’air

Dans des échanges sonores avec les membres de la famille du kidnappé, les ravisseurs ont demandé à l’épouse de l’otage, de payer la rançon de 500 mille F CFA, les 2 millions 500 F ayant été versés, ont-t-il indiqué, par des proches de la victime contactés; rapporte la même source.

Dans des enregistrements sonores qui témoignent des échanges entre les deux parties, l’épouse de l’otage a demandé aux ravisseurs, de lui permettre d’échanger avec son mari avant de verser éventuellement une certaine rançon.

Lire aussi:   Il tue sa mère et couche avec son cadavre

Dans ces tergiversations, les malfaiteurs ont mis en exécution leur menace selon les informations contenues dans les enregistrements sonores. Des menaces selon lesquelles, la victime va être tuée si au bout d’une quinzaine de minute, la rançon de 500 mille F CFA n’est pas versée.