Home International Barrage sur le Nil : quelle issue pour ces discussions « fructueuses » à Washington...

Barrage sur le Nil : quelle issue pour ces discussions « fructueuses » à Washington ?

Barrage sur le Nil : quelle issue pour ces discussions « fructueuses » à Washington ?
Barrage sur le Nil : quelle issue pour ces discussions « fructueuses » à Washington ?

Sauf modification de dernière minute, tout est déjà fin prêt pour que se tienne la très attendue rencontre ministérielle à Washington entre l‘Égypte, le Soudan et l‘Éthiopie, trois voisins qui ont du mal à accorder leurs violons au sujet du barrage sur le Nil bleu.

La rencontre va réunir les ministres des Affaires étrangères de ces trois pays. Il s’agit de l‘Éthiopien, Gedu Andargachew, du Soudanais Ali Ahmed Karti et de l‘Égyptien Sameh Choukri. Et comme annonçait ce dernier, il y a près d’une semaine, ces retrouvailles devraient aider à « sortir de l’impasse les négociations concernant » la construction par l‘Éthiopie d’un barrage hydroélectrique sur le Nil bleu.

Lire aussi:   Les propos d’une internaute :  »MON MARI A ASSASSINÉ MA FILLE. »


>>> LIRE AUSSI : Barrage sur le Nil : le Caire accepte une rencontre à l’initiative de Washington

Dénommé « barrage de la Renaissance » (GERD), ce projet a débuté en 2012. D’un coût de 4 milliards de dollars, il est censé devenir à partir de 2022 (début d’exploitation) la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique, avec une production de 6 000 mégawatts.

Un bonheur pour l‘Éthiopie, mais pas forcément pour les pays voisins riverains du Nil. Dépendant à 90 % du Nil en matière d’approvisionnement, l‘Égypte par exemple a toujours redouté une réduction du débit du fleuve du Nil Bleu.

Lire aussi:   La chanteuse camerounaise, Daphné, s’écroule en plein spectacle

Des négociations dont celles d’octobre dernier entre Khartoum, le Caire et Addis-Abeba ont échoué. Car, bien qu‘écartant toute option belliciste, Addis-Abeba avait clairement signifié qu’elle n’entend pas transiger sur l‘évolution du GERD. « Aucune force ne peut empêcher l‘Éthiopie de construire le barrage », déclarait le Premier ministre Abiy Ahmed.

Dès lors, si Fitsum Arega, ambassadeur éthiopien aux États-Unis, souhaitent des discussions « fructueuses », ces retrouvailles s’annoncent toutefois fort déterminantes pour les trois pays. Tant il faudra de véritables assurances pour se rassurer les uns les autres.

Faute de quoi, on pourrait assister à une nouvelle impasse qui pourrait faire monter d’un cran les tensions déjà vives. Et partant rendre difficile la médiation internationale.

Lire aussi:   40 000 nouveaux réfugiés camerounais ont rejoint le Nigéria `[ONU]

Source : africanews.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook