Home International Assassinat de Sankara: Houphouët Boigny serait-il impliqué ?

Assassinat de Sankara: Houphouët Boigny serait-il impliqué ?

Assassinat de Sankara: Houphouët Boigny serait-il impliqué ?
Assassinat de Sankara: Houphouët Boigny serait-il impliqué ?

Surnommé par ses admirateurs le « Che Guevara africain », Thomas Sankara était arrivé au pouvoir par un coup d’État, en 1983 avec pour slogan : « Il faut décoloniser les mentalités », il sera malheureusement tué à seulement 37 ans, après 4 ans au pouvoir le 15 octobre 1987 avec douze (12) de ses compagnons par un commando lors d’une réunion au siège du Conseil national de la révolution (CNR) à Ouagadougou, la capitale Burkinabè.

En effet, trente-quatre ans après l’assassinat du leader de la révolution burkinabé, le procès des ses présumés assassins s’est ouvert en octobre dernier, puis repris dans ce mois de novembre. Lors de ce procès, plusieurs témoins étaient attendus, en l’occurrence l’ex président Blaise Compaoré; qui a refusé de se présenter sous prétexte que le pays dans lequel il vit (la côte d’ivoire) depuis sa chute ne l’avait pas extradé. C’est ainsi qu’un éminent enseignant qui fut un témoin a apporté son témoignage, un témoignage qui a fait couler beaucoup d’encre.

Lire aussi:   Rétro : Récapitulatif des faits marquants de l’actualité de la semaine au Cameroun  

En effet, appelé à témoigner ce Jeudi 18 Novembre dans le cadre du procès de l’assassinat de l’ex chef d’état Burkinabè, Thomas Sankara, tué le 15 Octobre 1987, le professeur Etienne Traoré, enseignant d’universités à la retraite, a mis en cause le premier président Ivoirien, le père fondateur de la nation ivoirienne, celui que l’on appelait<< le vieux >>, Félix Houphouët-Boigny. En effet, le professeur à la retraite l’a identifié comme l’une des personnalités politiques qui en voulaient au leader du Comité National de la Révolution (CNR).

L’enseignant à la retraite ira même jusqu’à indexer l’épouse de Blaise Compaoré, Chantal Compaoré, d’origine Ivoirienne, comme la source de la division entre Thomas Sankara et l’ex numéro 2 de son régime, Blaise Compaoré. A l’en croire, « Houphouët n’aimait pas Sankara ». C’est vrai que, Thomas Sankara et Félix Houphouët-Boigny étaient deux voisins et deux dirigeants aux styles radicalement différents, mais indissociables car ils étaient fascinés l’un par l’autre. Cependant, les collaborateurs du « Vieux bélier » se souviennent que la cohabitation entre ces deux hommes apparemment dissemblables n’était toujours pas aux beau fixe et cela datait de très longtemps.

Lire aussi:   Suisse : un négociant de pétrole condamné pour corruption au Congo

En fait, les désaccords entre Houphouët et Sankara commencent à Niamey loin des capitales ivoirienne et burkinabè, où, le 29 octobre 1983, les deux chefs d’Etat s’affrontent à un sommet de la CEAO, l’ancêtre de l’UEMOA. En effet, la présidence tournante doit échoir à l’un des pays membres, en l’occurrence le Burkina Faso. Mais le président Houphouët-Boigny s’y oppose, protestant à Sankara : « Vous êtes un gamin… et mal élevé ! » A quoi le dirigeant burkinabè en place depuis trois mois rétorque en ces termes : « Et vous, vous êtes un vieux gâteux ! ».

Un fait sur lequel l’enseignant à la retraite est revenu, c’est l’explosion de la chambre présidentielle de Thomas Sankara le 11 février 1985 à Yamoussoukro qui était vide. En effet, quelques jours avant l’arrivée du président Sankara dans la capitale, une équipe burkinabè inspecte la suite qui devait lui être dédiée au prestigieux hôtel Président de Yamoussoukro. Après cette inspection, la chambre est détruite par une déflagration. Jamais on n’a su ce qui avait provoqué cette explosion, ni qui l’avait commandité. Et plus intriguant encore, c’est le tête-à-tête à Abidjan que Blaise Comparé à eu avec le président Houphouët quinze jours avant l’assassinat de Sankara. Que se sont dit les deux hommes ? Le mystère reste entier. C’est clair que c’est une situation qui a laissé perplexe les observateurs. Aujourd’hui plus de trente ans plus tard, la loi du silence continue cependant de régner à Abidjan sur le rôle que « le Vieux » aurait pu jouer dans l’assassinat du « capitaine ».

Lire aussi:   France : Mort tragique d’un étudiant togolais à Strasbourg

 

operanews

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here