Home International Afghanistan: le fils du légendaire commandant Massoud s’oppose aux Talibans

Afghanistan: le fils du légendaire commandant Massoud s’oppose aux Talibans

Afghanistan: le fils du légendaire commandant Massoud s'oppose aux Talibans
Afghanistan: le fils du légendaire commandant Massoud s'oppose aux Talibans

Les derniers vestiges des forces de sécurité afghanes brisées, ont juré de résister aux talibans dans une région reculée qui a déjà défié les conquérants.

La dernière région de l’Afghanistan à ne pas encore avoir été conquise par les Talibans compte opposer une résistance aux insurgés. La vallée montagneuse du Panjshir, qui se trouve dans l’imposante Hindu Kush, a réussi, grâce aux combattants locaux, à repousser les Soviétiques dans les années 1980 et les talibans une décennie plus tard sous la direction d’Ahmad Shah Massoud, un guérillero qui a atteint un statut quasi mythique avant d’être tué dans un attentat suicide.

Son fils Ahmad Massoud, 32 ans, éduqué à l’étranger, et plusieurs hauts responsables du gouvernement déchu soutenu par l’Occident se sont réunis dans la vallée. Parmi eux, le vice-président Amrullah Saleh, qui prétend être le chef par intérim après que le président Ashraf Ghani a fui le pays. Ils ont juré de résister aux talibans et appellent à l’aide occidentale pour les faire reculer.

« J’écris de la vallée du Panjshir aujourd’hui, prêt à suivre les traces de mon père, avec des combattants moudjahidines qui sont prêts à affronter à nouveau les talibans », a écrit Massoud dans un éditorial pour le Washington Post. « Nous avons des réserves de munitions et d’armes que nous avons patiemment rassemblées depuis l’époque de mon père, car nous savions que ce jour pourrait arriver », a-t-il indiqué. Mais les experts disent qu’une résistance réussie est hautement improbable et pourrait potentiellement aggraver les problèmes déjà considérables de l’Afghanistan.

Lire aussi:   Cristiano Ronaldo en plein bain : “moment drôle” avec ses quatre enfants

Le « Lion du Panjshir »

Alors que la vallée du Panjshir reste aussi imprenable que jamais, on ne sait pas combien de temps ses habitants peuvent tenir si les talibans assiègent la région ou l’attaquent en utilisant les armements fournis par les États-Unis qu’ils ont saisis ces dernières semaines. Les pays occidentaux, abasourdis par l’échec d’une tentative coûteuse de deux décennies de refaire l’Afghanistan, n’investiront probablement pas dans une autre guerre par procuration.

Ahmad Shah Massoud, surnommé le « Lion du Panjshir », était l’un des principaux dirigeants des moudjahidin afghans, de soi-disant guerriers sacrés qui ont vaincu les Soviétiques en 1989. Son Alliance du Nord comprenait des compatriotes tadjiks ainsi que des combattants d’autres groupes ethniques, conformément à sa vision d’un Afghanistan indépendant et multiethnique sous une forme modérée de régime islamique.

Lire aussi:   Tchad: une épidémie de choléra fait plus de 50 morts

Mais alors que le pays sombrait dans la guerre au début des années 1990, il s’est retrouvé à combattre des seigneurs de guerre rivaux et finalement les talibans, qui ont pris le pouvoir en 1996. Au cours de leur règne de cinq ans, ses forces ont été confinées au Panjshir et à d’autres régions reculées du nord-est de l’Afghanistan. Deux jours avant les attentats du 11 septembre 2001, des militants d’Al-Qaida déguisés en journalistes arabes venus interviewer Massoud ont tué le commandant dans un attentat suicide.

Ses forces sont cependant restées intactes et se sont associées aux États-Unis lorsqu’ils ont envahi l’Afghanistan quelques semaines plus tard, dispersant al-Qaïda, qui a orchestré les attentats du 11 septembre, et chassant les talibans du pouvoir. Avec d’autres anciens chefs de guerre, ils ont continué à former le noyau du gouvernement et des forces de sécurité que les États-Unis et leurs alliés allaient passer les deux prochaines décennies à armer et à entraîner, pour un coût de milliards de dollars.

Lire aussi:   Cameroun : Les deux personnes atteintes du covid-19 vont bientôt recouvrer la santé !

Ces forces, qui étaient depuis le début en proie à la corruption, se sont effondrées en quelques jours au début du mois, alors que les talibans ont capturé la majeure partie du pays moins de trois semaines avant que les États-Unis ne retirent leurs dernières troupes. Le jeune Massoud, qui n’avait que 12 ans lorsque son père a été tué, s’est entraîné à l’académie militaire britannique de Sandhurst et a également obtenu une maîtrise en politique internationale de la City University de Londres.

Il a peu ou pas d’expérience au combat. Sandy Gall, un correspondant à l’étranger chevronné qui a écrit « Afghan Napoleon: The Life of Ahmad Shah Massoud », a décrit son fils comme « un jeune homme très sympathique avec des ambitions politiques ». Massoud dit qu’il a été rejoint par des forces spéciales afghanes hautement entraînées et d’autres soldats « dégoûtés par la reddition de leurs commandants », mais aucun des deux ne s’est révélé à la hauteur des talibans ailleurs dans le pays.

Ivoirwebtv

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here