HomeInternationalAffaire de viol d’Adji Sarr : Ousmane Sonko «prêt à la confrontation...

Affaire de viol d’Adji Sarr : Ousmane Sonko «prêt à la confrontation pour résister à l’oppression»

Affaire de viol d’Adji Sarr : Ousmane Sonko «prêt à la confrontation pour résister à l’oppression»
Affaire de viol d’Adji Sarr : Ousmane Sonko «prêt à la confrontation pour résister à l’oppression»

L’opposant Ousmane Sonko, leader du Pastef Les patriotes, est convaincu du caractère complotiste de l’accusation de viol dont il est l’objet, et appelle l’ensemble du peuple sénégalais à faire bloc derrière lui «pour résister contre l’oppression et liquidation d’un adversaire politique», orchestré selon lui, par le pouvoir en place, afin de planifier non pas juste un 3è mandat, mais «une présidence à vie».

Le chef de file des Patriotes s’exprimait jeudi, après après-midi lors d’un point de presse, qu’il tenu à Dakar, entouré de ses différents partenaires dont des leaders de l’opposition. D’après Ousmane Sonko, les résultats de l’enquête de la gendarmerie, notamment toutes les pièces du procès-verbal d’audition mènent vers la piste du complot dans ce dossier. Un complot qui de son point de vue est «foireux» et «très mal ficelé». Il invite donc les Sénégalais à prendre «leurs responsabilités» parce que les prochains jours peuvent aboutir sur de «la confrontation» avec le régime du président Sall qui ne reculera devant rien.

Dans son message, Ousmane Sonko a appelé tous les segments de la société sénégalaise à la résistance pour faire barrage à un projet « dynastico-monarchique» du président Macky Sall qu’il accuse d’avoir organisé sa liquidation politique en mettant à contribution les pouvoirs législatif et judiciaire. L’opposant Ousmane Sonko semble se féliciter des conclusions de l’enquête confirmerait la thèse du complot et, de facto, le laverait de tout soupçon.

Lire aussi:   CPI/ Affaire appel de la procureure contre Laurent Gbagbo : Fatou Bensouda fait des précisions

Pour mémoire, depuis 3 semaines Ousmane Sonko, accusé de viol par la masseuse Adji Sarr, (20 ans) est au-devant de l’actualité. Une procédure de levée de son immunité en tant que parlementaire est en cours pour qu’il puisse répondre à la justice. Mais une fois encore, Ousmane Sonko ne prévoit pas de répondre à la justice tant que les règles de droit ne sont pas respectées. Depuis l’éclatement de cette affaire, le député évoque un complot du pouvoir pour le décrédibiliser. Pour Ousmane Sonko cette affaire est une fausse histoire de viol, mais un vrai complot politique auquel participe naïvement une pauvre dame .« Cette affaire est une affaire entre Ousmane Sonko et Macky Sall en utilisant malheureusement une pauvre victime qui n’a rien compris. C’est une affaire politique !», clame Ousmane Sonko lors de sa déclaration devant la presse. Mais le leader du Pastef promet qu’il résistera à cette oppression et appelle tous les Sénégalais à se rallier à sa cause parce que ce qui se trame dépasse désormais sa propre personne. «J’invoque mon droit constitutionnel, naturel, individuel de la résistance à la l’oppression parce que la constitution donne le droit de résister».

Lire aussi:   Adama Gaye : « Si Macky Sall cherche un troisième mandat, ce ne serait pas impossible mais immoral »

Dans sa prise de parole, le député Ousmane Sonko sur le point de perdre son immunité parlementaire salue les chefs religieux qui lui auraient envoyé tout leur soutien de différentes manières. Toutefois, il dit avoir opté de ne pas les engager dans ce dossier parce qu’il n’auraient pas outre mesure l’oreille attentive de Macky Sall qui a un objectif à atteindre. «Je salue les chefs religieux qui m’ont envoyé des émissaires et m’ont appelé pour compatir, encouragé et formulé des prières. Si je n’ai pas voulu les impliquer davantage c’est parce que je sais que pertinemment que Macky Sall pour la réalisation de son projet n’écoute et ne respecte personne, pas même eux. Seul le peuple souverain peut l’arrêter», déclare Ousmane Sonko.

Ousmane Sonko soutient mordicus la thèse du complot avant d’avoir répondu devant la justice, en se fondant notamment sur les PV. Pour lui, même le couvre-feu et l’état d’urgence qui sont instaurés et prolongés, depuis quelque temps, pour officiellement lutter contre la pandémie du coronavirus entrent, en vérité, en compte dans ce complot contre sa personne. Mais évoquant toujours les conclusions de l’enquête de la gendarmerie, l’opposant semble tressaillir de joie. «Le complot machiavélique a accouché d’une toute petite souris. Macky Sall et son groupe de comploteurs ne s’attendaient certainement pas à ce scenario quand ils ficelaient leur entreprise criminelle. Jamais plan n’a été aussi vicieux. Tout avait été malicieusement synchronisé : couvre-feu plus état urgence pour neutraliser le peuple, bombardement dans une partie de territoire national pour pouvoir invoquer la sécurité nationale au besoin», accuse Ousmane Sonko. Le patron de Pastef les Patriotes informe par aillleurs qu’il serait espionné par le régime de Macky Sall avec des moyens de l’État et assimile cette situation au scandale de Watergate qui avait conduit à la démission du président Nixon aux États-Unis.

Lire aussi:   France : Un Prêtre camerounais décède dans des circonstances troubles