Home Faits divers Une mère de famille centrafricaine introduit du piment dans le sexe de...

Une mère de famille centrafricaine introduit du piment dans le sexe de sa fille de 14 ans pour la « désenvoûter »

Il y a des comportements que des mères de famille ne sont pas prêtes à accepter. C’est le cas de cette mère d’origine centrafricaine dont la fille de 14 ans a fait 6 figues en l’espace de 3 mois. En guise de punition, elle a carrément introduit un piment dans le sexe de sa fille de 14 ans.

Le neveu de cette mère de famille qui l’avait aidée à raser les cheveux de la fugueuse, inconnu des fichiers de la justice tout comme sa tante, a lui aussi reconnu coupable pour « violences » sur sa cousine, mais a été dispensé de peine.

Lire aussi:   Adjamé/insécurité: Un agent de police attaqué à la machette par plusieurs hommes, treillis, rangers, carte professionnelle...emportés

Sur les circonstances de cette affaire, il nous revient que les parents de la jeune fille ont appris qu’elle aurait eu « des relations sexuelles avec le gardien de nuit » d’un foyer pour adolescents. Ils étaient allés la récupérer en gare SNCF de Nantes, au moment où elle s’apprêtait à fuguer de nouveau.

Elle est ramenée manu militari dans un sous-sol, où elle est frappée à coups de ceinture avant de se voir introduire un piment dans le sexe, et de se faire raser le crâne « pour qu’elle soit vilaine », selon son cousin.

Lire aussi:   Insécurité : Arme de guerre et des centaines de munitions déterrées

Sa famille voulait ensuite l’envoyer en Centrafrique « pour la désenvoûter », affirme son avocat, bien qu’elle soit née en France.

Pour sa part, le procureur de la République a déclaré que « C’est toute une communauté qui, pour des raisons culturelles, fait preuve d’une violence incroyable envers cette jeune fille car elle croit que c’est bénéfique pour elle. »

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook