HomeFaits diversUne fillette de 11 ans abattue par son père, alors qu’elle était...

Une fillette de 11 ans abattue par son père, alors qu’elle était en phase terminale d’un cancer

Une fillette de 11 ans abattue par son père, alors qu'elle était en phase terminale d'un cancer
Une fillette de 11 ans abattue par son père, alors qu'elle était en phase terminale d'un cancer

Une petite fille d’à peine 11 ans, atteinte d’un cancer osseux et sous chimiothérapie, a été tuée par son père. Un crime ignoble qui glace le sang des Américains.

Angela

Cette mère ne s’en remettra sûrement jamais. Peu avant 9 heures du matin, lundi 10 août 2020, Angela, sa fille de 11 ans atteinte d’un cancer en phase terminale, a été abattue d’une balle dans la tête par son mari, dans leur maison de Davie, en Floride (Etats-Unis). Kenbian, le père de famille, a ensuite tenté d’en finir en retournant l’arme contre lui. Dans la cuisine, préparant le petit déjeuner, Annabel a été tirée de sa torpeur par le bruit terrible de la détonation. Se préparant au pire, elle s’est alors rendue auprès de celui qui partage sa vie depuis vingt-sept ans pour découvrir l’innommable, le corps sans vie de sa fille, baignant dans une mare de sang.

Au côté de la dépouille d’Angela, son mari aussi était là : gravement blessé, mais toujours vivant. »Elle était, et on la comprend, hystérique, lorsqu’elle a téléphoné aux secours », a expliqué le lieutenant Mark Leone à l’hebdomadaire américain People, au lendemain du drame. Le père n’a pas succombé à sa blessure sur la scène de crime. Transporté en urgence à l’hôpital, il est décédé quelque temps plus tard entre les murs froids du bâtiment avant de pouvoir expliquer ce qui l’a poussé à exécuter sa propre fille.

Lire aussi:   Le chanteur Burna Boy et son père arrêtés par la police-Vidéo

Elle devait subir une amputation de la jambe dans les jours à venir

Selon le lieutenant de police, son geste épouvantable pourrait être en lien avec la maladie incurable d’Angela.Atteinte d’un cancer du fémur en phase terminale, cette petite fille aux longs cheveux noirs et aux joues pleines était sous chimiothérapie et devait subir une amputation de la jambe dans les jours à venir. Les ostéosarcomes sont, en effet, des cancers infantiles très agressifs qui se développent à partir d’un os, souvent au niveau du genou.

Lire aussi:   « Nous devons tuer les Africains, ils ne valent rien » : les propos d’un Blanc affolent la toile (vidéo)

Cette intervention, programmée le même jour que l’anniversaire de mariage de ses parents, ne semblait pas pas leur donner beaucoup d’espoir. « Elle n’allait jamais guérir… C’est une situation tragique, terrible », s’est désolé le lieutenant auprès du Sun. Et d’ajouter : « Cela explique peut-être pourquoi c’est arrivé. »

Uen question reste en suspens : l’état de santé mentale du père de famille

Pour autant, aucune autre hypothèse n’est écartée par la police de la ville de Davie qui continue ses investigations. « Nous devons encore enquêter pour écarter toute autre possibilité. Nous devons nous assurer que notre enquête est approfondie », a indiqué Mark Leone qui, bien qu’étant habitué par son métier aux pires ignominies, semble être lui-même durablement choqué par ce meurtre « suicidaire ». Une question reste d’ailleurs en suspens : l’état de santé mentale du père de famille, bourreau de cet enfant innocent.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/ Un redoutable gang d’attaque de domicile complètement démantelé à Guibéroua

Kenbian était un homme a priori sans histoire,aux cheveux noirs et au sourire franc qui aurait occupé divers postes de direction dans des entreprises de climatisation, de réfrigération et de chauffage. « Je me demande s’il n’a pas eu des problèmes de santé mentale par le passé, car c’est très inhabituel. La plupart des parents, même d’enfants atteints d’une maladie mortelle, mettent tout en œuvre pour garder leurs enfants », a confié, au Sun , le Dr Kenneth J. Doka qui, malgré cinquante ans de carrière en soins palliatifs, n’a jamais été confronté à une tragédie similaire. La seule survivante de ce drame, Annabel, n’a, pour l’heure, pas souhaité s’exprimer étant certainement encore sous le choc d’avoir perdu l’enfant à qui elle a donné la vie. .. mais aussi son mari. « Elle est totalement perturbée », a confié le lieutenant.