HomeFaits diversUn » brouteur » raconte ce qu’il a fait pour avoir son...

Un » brouteur » raconte ce qu’il a fait pour avoir son premier paiement de 13 millions Fcfa.

Un '' brouteur '' raconte ce qu'il a fait pour avoir son premier paiement de 13 millions Fcfa.
Un '' brouteur '' raconte ce qu'il a fait pour avoir son premier paiement de 13 millions Fcfa.

A. A avait imposé son nom dans le milieu des cybercriminels du net. Reconverti aujourd’hui dans une autre activité, il nous raconte ce qu’il a fait pour obtenir son premier paiement de 13 millions FCFA.

Discret et très respectueux, A.A était très connu dans le milieu de la nuit mais et surtout dans le milieu des cybercriminels appelés communément » brouteurs » à Abidjan. Dans un entretien réalisé le samedi 16 janvier 2021, A.A nous a révélé ce qu’il a bien pu faire à côté du clavier pour obtenir son tout premier paiement de 13 millions FCFA. 

<< A la maison, c’était la galère. Papa avait beaucoup d’enfants à la maison et dehors, par conséquent il n’a pas pu réaliser quelque chose, et sa retraite était tout un calvaire. On mangeait à peine et sans mentir, ma maman me faisait de la peine. Elle était obligée de se promener pour ramasser des bidons d’eau ou de sucreries pour les revendre afin de pouvoir faire quel que chose à manger à la maison. Tout ça me faisait de la peine, surtout que chez mes amis proches, c’était plutôt la vie aisée >> raconte A.A pour justifier ses premiers pas dans le milieu du » broutage ». 

Lire aussi:   Yamoussoukro : Une femme porteuse de masque, abattue en plein rituel d'adoration de fétiche

Poursuivant , il va laisser entendre << quand je me suis lancé dans le broutage, c’était difficile au départ car à côté du clavier que tout le monde voyait, il fallait faire d’autres choses que j’hésitais à faire. Un an après sans le moindre sous , j’ai décidé d’être plus concret en faisant tout le nécessaire pour enfin sortir de la misère. Avec mes amis, on fait rapidement le tour de certains villages rencontrer des marabouts et des féticheurs afin qu’ils contraignent nos » clients blancs » ( leurs cibles : ndlr ) à payer. Malgré ces efforts et sacrifices les choses tardaient >> martèle notre interlocuteur. 

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/ Deux véhicules partent en fumée dans la caserne de l’escadron de gendarmerie de Yopougon

<< Face à la situation, nous sommes répartis au Burkina Faso voisin. Là-bas, celui qu’on nous a recommandé est bien plus pragmatique. Il m’a dit sans tourner: vous allez donner 500 000 Fcfa , on va faire un travail avec des côtes d’un être humain décédé. L’heure n’était plus aux hésitations, l’argent lui a été remis et le travail a été fait. Il nous a donné tout au plus 1 semaine pour voir le résultat ou de repartir prendre notre argent >> précise notre interlocuteur. 

<< 5 jours après, j’ai décaissé la cagnotte de 13 millions FCFA qu’un » client » m’a fait venir. C’était la joie totale. J’ai d’abord rembourser la somme de 1 million que j’avais emprunté avec l’un de nos devanciers pour parcourir villages et hameaux. J’ai dû payer 1 million de plus, c’était son intérêt. C’est ainsi que j’ai pu avoir mon premier paiement et c’est de là que tout est parti et je me suis fait respecter dans le milieu car après je recevais beaucoup d’argent et tout le temps >> raconte-t-il. 

Lire aussi:   Souleymane Kamagaté : " Je n'ai jamais été brouteur, mon casier judiciaire est vierge "

Notre interlocuteur raconte qu’entre les années 2014 – 2016, il a fait la vie, il a croqué la vie, il s’est amusé et qu’il à même pu s’acheter une maison et investir dans deux activités, mais qu’il a fini par s’éloigner de ce milieu parce que même si sa mère à pu être soulagée un moment, elle l’implorait de se retirer totalement avant qu’elle ne rende l’âme.

C’est ce qu’il fit, nous dit-il, en nous confiant qu’il vit maintenant loin du bruit et du milieu de la nuit. Il s’est même marié et a maintenant une jolie petite fille qui le comble de bonheur.