HomeFaits diversTémoignage : « J’ai tenté de faire évader de prison l’homme que j’aimais »

Témoignage : « J’ai tenté de faire évader de prison l’homme que j’aimais »

Témoignage :
Témoignage : "J'ai tenté de faire évader de prison l'homme que j'aimais"

Jamila est l’épouse de l’ex-braqueur Michel Vaujour. Elle l’a rencontré en prison pendant ses études de droit et en est tombée amoureuse. Elle essaiera de le faire évader, en vain. Emprisonnée à son tour, elle va l’épouser, sortir avant lui et l’attendre. Vingt ans plus tard, ils s’aiment toujours et ne regrettent rien…

Ce jour-là, devant elle, un gendarme se tient à la barre. « Pour moi, il n’y a aucun doute, Madame la présidente, dit-il en la pointant du doigt, c’est la petite jeune femme brune qui est là qui menait l’opération… Et croyez-moi, quand elle nous braquait, on sentait qu’ elle ne plaisantait pas du tout…» Le 13 décembre 1996, Jamila encaisse. Elle va être condamnée à sept ans de réclusion pour avoir tenté de faire évader son amoureux, Michel Vaujour. Discrètement, sa main vient à son secours. Tous deux le savent. Ils ont fait tout cela par amour. Pour l’amour…

Un rêve d’émancipation et de liberté

Comment en est-elle arrivée là ?

C’est une longue histoire, un peu compliquée. Au point qu’elle a décidé d’en faire un livre*. Car avant de violer la loi, elle l’a étudiée.

Au moment de leur rencontre, Jamila, 23 ans, est étudiante en droit. Alors qu’elle se destine à la magistrature, elle a rejoint l’association Genepi, qui dispense des cours à des détenus. «J’enseignais le français,se souvient Jamila. Tout à fait par hasard, j’ai découvert l’existence de Michel Vaujour et sa détention dans un quartier d’isolement.» Mais quel est donc cet individu qui inquiète à ce point ? Par hasard, elle tombe sur une émission de télévision qui parle de lui.

Lire aussi:   Mariée à 13 ans à un homme, elle raconte l'horreur au lit

Il a alors été condamné à quinze ans de prison pour un braquage avec un faux pistolet ainsi que pour plusieurs évasions et cavales. «J’ai eu envie de lui écrire et, à ma grande surprise, il m’a répondu. Ainsi, pendant des mois, Michel va partager mon quotidien, celui d’une jeune femme de 20 ans qui ne rêve que d’émancipation et de liberté.» Pour le connaître davantage, elle va commettre une première petite folie. « Mon permis m’accordait l’accès à quasiment n’importe quel quartier de la prison. Je l’ai un peu maquillé pour pouvoir accéder à celui où se trouvait Michel et personne n’a rien vu… »

La rencontre de deux enfermements

Quand est-elle tombée amoureuse de lui ?

Jamila ne saurait le dire exactement. Une seule certitude, avec le recul : malgré leurs dix-huit ans d’écart, leur histoire peut se résumer à la rencontre de deux enfermements. « Nous nous sommes d’emblée sentis comme des frère et sœur d’âme. J’ai grandi dans une cité, dans une famille traditionnelle, et emprisonnée, d’une certaine façon. » Elle voit sa sœur se marier et n’envie pas sa vie de femme en foyer. Biberonnée aux sagas et comédies romantiques, elle rêve aussi d’un destin fou à la Sissi. Adolescente, elle se coupe les cheveux en cachette pour ressembler à Sophie Marceau dans La Boum. « Les études ont été un premier palier vers l’émancipation. Ensuite, Michel m’a aidée à prendre le contrôle de ma vie. » Pourtant, elle ne fait que discuter avec lui, rien de plus. Jamila décrit un cheminement très personnel. Quand l’amour naît, l’idée de faire évader Michel vient d’elle, pas de lui ! « Michel avait la force et moi j’avais les rêves. Or, sa date de libération était prévue pour 2037. Je ne pouvais pas attendre. J’étais prête à tout pour vivre avec l’homme que j’aimais.»

Elle décide de monter un plan, qui échoue. Elle contacte un complice qui pilotera l’hélico et se souvient encore de cette arme qu’elle tient à la main pour libérer Michel. Heureusement, personne n’est blessé. Mais la jeune femme est arrêtée et condamnée à sept ans de détention.

Lire aussi:   Abengourou : Des gangsters tabassent un agent de banque à son domicile et menacent de violer sa femme

Elle en effectuera cinq. Alors que l’horizon s’obscurcit pour son homme, elle le convainc de tenir bon. Cette fois, elle a un autre plan : la justice. Elle purgera sa peine et, ensemble, ils travailleront à faire libérer Michel, comme le permet la loi, pour bonne conduite.

Jamila retrouve la liberté en 1998 et conjure son amoureux de tenir. Ils se marient en prison et l’épouse est bien résolue à attendre le temps qu’il faudra. « Un jour, il a vidé un œuf et glissé un message à l’intérieur. Il m’a dit : « On l’ouvrira le soir où je sortirai ». »

« Cela en valait la peine »

Jamila est libérée en 1998 et Michel en 2003.

Lire aussi:   Abidjan/ Drame : Un élève de 1ère trouve la mort dans une bagarre

« J’ai attendu pendant cinq ans et je l’aurais attendu plus longtemps.

» Les esprits s’apaisent et leurs espoirs sont enfin récompensés, Michel Vaujour peut sortir « par la grande porte », celle du pénitencier, du moins. « C’était un moment merveilleux. Il n’avait pas connu la liberté depuis ses 18 ans. Il est sorti, il en avait 52». Et depuis (dix-sept ans se sont écoulés) ils filent toujours le parfait amour.

Alors que nous échangeons avec Jamila pour rédiger cet article, le couple est confiné ensemble, en région parisienne. « Certains comparent cet enfermement à une prison. Nous, du moment où nous sommes ensemble, nous sommes heureux ! »

Pour écrire son livre, Jamila Vaujour s’est quand même un peu pincée, en se remémorant tout ce qu’elle avait vécu.

Elle se réjouit que cet ouvrage lui ait permis de renouer avec une partie de sa famille, qui n’avait sans doute pas compris toute la sincérité de son histoire. Mais elle assume tout, sans regret. « Je me dis que mon chemin a été celui qu’il a été, mais si je n’étais pas allée au bout, on n’aurait pas eu cette vie-là. Jamais je n’aurais connu cet amour et rien que pour ça, cela en valait la peine. »