Home Faits divers Taï : le sorcier surpris nu en provenance d’un cimetière interpellé

Taï : le sorcier surpris nu en provenance d’un cimetière interpellé

Taï : le sorcier surpris nu en provenance d'un cimetière interpellé
Taï : le sorcier surpris nu en provenance d'un cimetière interpellé

Un présumé sorcier, J. B, planteur dans un village de Taï, après être passé aux aveux de ses pratiques occultes sur G. K, a été déféré, le 13 octobre 2021.

Selon le chef de cette localité, G.G, les accusations contre le présumé sorcier remontent à quatre mois, juste après le décès de G. K, imputé à JB et à trois autres villageois.

Suite à ces accusations, JB a été conduit, selon la tradition locale, dans une autre localité, Zéastan, pour des rites de vérification réputés infaillibles et redoutables pour ceux qui tenteraient de pratiquer à nouveau la sorcellerie après en être revenu. Curieusement, après avoir été reconnu coupable de sorcellerie, JB nie les faits, provocant des échauffourées entre ses partisans et ses accusateurs.

Lire aussi:   Grand-Bassam/insécurité: Des gangsters tirent sur un opérateur économique et emportent des millions de F Cfa

Grande a été donc la surprise des villageois de découvrir, dimanche 10 octobre 2021, à 5h du matin, JB, nu, en provenance du cimetière pour le domicile du frère de GK, dont il a pourtant nié être l’auteur de la mort.

Interrogé, il avoue son crime, suscitant l’ire de la jeunesse qui tente de s’en prendre à lui physiquement. L’intervention du chef du village permet de calmer les ardeurs d’un village en effervescence et de conduire JB à la brigade de gendarmerie de Taï, pour sa propre sécurité.

Lire aussi:   Incendie à Yopougon : Une explosion de gaz fait des victimes

Les commentaires attribuent ces aveux à la puissance spirituelle de la vérification de la culpabilité du présumé sorcier faite à Zéastan, communément appelée “CPI”, dont l’accusé subirait ainsi les représailles après avoir bravé l’interdiction formelle de pratiquer à nouveau la sorcellerie. L’accusé a été déféré au parquet de la section de tribunal de Guiglo, désormais donc en charge de l’affaire.

Le code pénal ivoirien stipule qu’est puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 100.000 FCFA à un million de FCFA quiconque se livre à des pratiques de charlatanisme, sorcellerie ou de magie, susceptibles de troubler l’ordre public ou de porter atteinte aux personnes ou aux biens.

Source :yeclo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here