Home Faits divers Port-Bouët : Un cadavre abandonné près de la cabine téléphonique d’un étudiant

Port-Bouët : Un cadavre abandonné près de la cabine téléphonique d’un étudiant

En effet, on l’a dit, à en croire nos sources, K.Z. qui s’est échiné à cirer les bancs des amphis, a pu, à force de courage, décrocher au moins son diplôme. Un parchemin qui, pour l’heure, ne lui est d’aucune utilité. Vu qu’il est sans boulot qui soit en conformité avec ses ambitions professionnelles. Des ambitions légitimes justifiées par ses acquis universitaires. Il s’essaye donc aux concours administratifs, en espérant qu’un jour, en décrocher un.

Mais que fait-il pour conserver, pour l’heure, sa dignité ? En tout cas, K.Z. n’opte pas pour la facilité. Comme d’autres qui tendent honteusement la main en direction d’un parent ou d’un ami généreux. Notre étudiant, lui, laisse tomber tout scrupule. Il économise un peu de sous et parvient à s’offrir une cabine téléphonique, qu’il gère lui-même, au quartier « Jean Foly », où il vit. C’est en bordure de la voie express, menant à Grand-Bassam.

Lire aussi:   Attécoubé : Une mineure violée, tuée et jetée dans un caniveau

A relire: Abobo / Des hommes armés ouvrent le feu sur un gérant de cabine téléphonique

Installé donc en face d’une église évangélique, il espère que Dieu fasse affluer les clients vers lui. Et il se fiche complètement de la honte qu’il pourrait éprouver au passage de jeunes filles ou d’amis d’université. Le jeune homme tient les rênes de sa « Pme », où il est l’unique actionnaire. Il ne manque donc pas, au quotidien, de donner de la voix, pour rabattre des clients potentiels vers sa cabine.

Lire aussi:   Koffiamonkro : La résidence du sous-préfet Yapo Abi part en fumée, après l’incendie de la radio de Prikro

Le vendredi 15 juin 2018, K.Z. fonce, aux alentours de 7h, vers l’endroit où il fait son job. Mais voilà qu’il tombe sur une terrible image. En effet, juste près de sa cabine téléphonique, gît dans une mare de sang, le corps sans vie d’un jeune homme. Vêtu d’un tee-shirt et d’un pantalon Jeans, mais pieds nus, l’homme présente des blessures horriblement ouvertes. Notamment, au genou gauche, à la bouche et au cou.

« L’étudiant-cabinard » alerte tout de suite la police. Des éléments des forces de l’ordre arrivent sur les lieux et procèdent au constat d’usage. Mais ils ne parviennent pas à identifier le défunt, âgé d’une trentaine d’années. Ce dernier n’avait sur lui aucun document administratif.

Lire aussi:   Marcory/ Sicogi : Elle tue un jeune homme à coup de ciseaux pour 200 FCFA

A lire aussi: Duékoué/ Il décapite une femme et viole son cadavre

Qui est-il donc ? Comment expliquer ces traces de violences sur son corps, qui ont certainement entraîné sa mort ? Est-ce un malfaiteur lynché ? Où est-il plutôt un honnête citoyen, tombé sur de la racaille ? En tout cas, beaucoup de curieux, accourus sur les lieux de la découverte, doutent de cette seconde éventualité. Enfin… En tout cas, l’enquête ouverte par la police va assurément éclairer. Pour l’heure, le corps est enlevé par les services des pompes funèbres et conservé à la morgue.

 

Madeleine TANOU  

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here