Home Faits divers Meurtres et viols sur une vingtaine de chats: Un homme de 26...

Meurtres et viols sur une vingtaine de chats: Un homme de 26 ans condamné à 16 ans de prison

Il s’est rendu coupable de plusieurs crimes sur des gentils matous et il devra le payer de plusieurs années de liberté.

Robert Roy Farmer, un californien de 26 ans a été condamné le vendredi 14 juillet 2017 à 16 ans de prison pour avoir tué une vingtaine de chats et abusé sexuellement du cadavre d’un d’eux. Les faits, remontent selon notre source à Septembre 2015 où les habitants du quartier de Cambrian Park (San José) ont constaté des disparitions inexpliquées de plusieurs chats dans le quartier. Un chat qui a visiblement réussi à s’échapper du mystérieux ravisseur est retrouvé avec une trace de morsure d’origine non-animale. Une découverte qui sera suivie par d’autres disparitions dont deux cadavres de chats retrouvés dans une poubelle.

Lire aussi:   Drame : Un voyageur pique une crise et rend l’âme en pleine gare.

Un mois plus tard soit le 08 octobre de la même année, le voleur de chats, est arrêté grâce à des images d’une bande de vidéosurveillance. Les policiers retrouveront dans la voiture auprès de lui, un chat mort ainsi qu’un sac à dos contenant une paire de gants pleins de poils et un couteau de chasse. Les premières analyses révèlent la présence de sang et de poils de chats dans le véhicule. Ce qui permettra aux enquêteurs d’accuser le jeune homme pour le meurtre de 21 chats au total. « J’ai volé un membre de leur famille. Le fait que j’étais hors de moi n’est en rien une excuse», a confessé l’accusé dans une lettre lue par son avocat avant la sentence ce vendredi.

Lire aussi:   2 Plateaux / bagarre : Un officier de l'Armée et un couturier se tabassent en pleine rue

En plus de la peine privative, le « sérial killer » a reçu l’interdiction formelle de s’approcher du moindre chat et même de se rendre dans le quartier de Cambrian Park jusqu’à dix ans après avoir purgé sa peine.

 

Alassane SANOU

Source: Le Parisien

Source : L’infodrome

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here