Home Faits divers Marcory : Un ressortissant indien se tranche les veines à son domicile

Marcory : Un ressortissant indien se tranche les veines à son domicile

En effet, à en croire nos sources, le vendredi 9 novembre 2018, aux environs de 17h, une femme de ménage, à qui nous attribuons le prénom de Marguerite, se présente à la porte de la résidence de son employeur. Il s’agit du jeune Indien Palliparambil Roy. C’est au chic quartier « Résidentiel », à Marcory.

Ayant les moyens de le faire, elle y accède rapidement. Mais une fois qu’elle pénètre dans le salon, elle tombe sur un décor inhabituel. Voire bizarre. C’est qu’elle tombe sur des traces de sang qui partent de la salle de séjour, jusqu’à la porte de la chambre de son patron, située au premier niveau de la demeure. Elle comprend que quelque chose ne va pas. Il y aune grosse inquiétude à se faire. Comment expliquer les traces de ce sang qui partent du salon jusqu’à l’entrée de la chambre de son patron.

A relire: Des Indiens attaqués au sortir d’une banque : 60 millions de F Cfa emportés

Pour le comprendre, elle frappe à la porte de ladite chambre. Hurlant à plusieurs reprises le nom de son employeur, qui ne répond pas. Elle tente de le joindre au téléphone. Point de réponse de la part de Palliparambil Roy. Convaincue que malheur est arrivé, comme dingue, la pauvre dame s’éjecte de la maison et fonce chez le voisin qu’elle informe de ce qu’elle vient de voir. Elle en fait de même avec le propriétaire du bâtiment.

Lire aussi:   Sipilou: Il poignarde son adversaire qui le bat au poker

Ces deux personnes qui s’imprègnent des faits, alertent aussitôt la police dont des agents débarquent sur les lieux. Et sur instruction de leur supérieur à qui ils rendent compte de la situation, les flics défoncent la porte de la chambre. Et, dans la pièce, précisément sur son lit, ils découvrent le jeune Indien dans un état critique, baignant dans une mare de sang. Du sang provenant des veines sectionnées de son poignet.

Sans perdre une seule seconde, l’on évacue Palliparambil Roy, dans une polyclinique sur place à Marcory, où l’infortuné est immédiatement pris en charge par l’équipe médicale. Mais qu’est-il arrivé à ce garçon ? Ce que l’on va attendre comme réponse sur cette importante question va planter le décor, d’une tentative de suicide. Et comment ?

Lire aussi:   Lutte contre l'orpaillage illégal : 4 Chinois condamnés par le tribunal

Des indiscrétions laissent, en effet, entendre que, depuis un bon moment, Palliparambil Roy n’a de cesse de se plaindre à des proches, de ce qu’il est menacé de mort. Des menaces de mort venant d’un pays, aux Émirats arabes unis où il a précédemment servi avant de débarquer à Abidjan. Et vraisemblablement, la menace de mort viendrait d’une affaire d’argent. Précisément, la somme d’un peu plus de 2 millions de F Cfa, qu’il doit absolument trouver. C’est une question de vie ou de mort. Et vraisemblablement, il aura beau frapper à des portes de connaissances pour que cette somme d’argent lui soit prêtée, mais il ne se trouve personne pour lui venir en aide.

D’où ses pleurs incessants face à cet échec de réunir la somme d’argent. C’est dans cette ambiance morose qu’il sort de chez lui très tôt le matin du jeudi 8 novembre 2018. Il ne rentrera le vendredi 9 novembre qu’aux alentours de 2h du matin, avant de s’enfermer à double tour dans sa chambre. La femme de ménage qui le voit à l’instant tout malheureux et angoissé, frappe à la porte en vue d’en savoir beaucoup plus sur son état d’esprit. Mais le jeune Indien ne répond pas.

Lire aussi:   Abobo: Un maquis bar cambriolé, le matériel de sonorisation emporté

Dès le lever du jour, Marguerite regagne son domicile et ne revient plus tard, qu’à 17h. Et quand elle accède au salon, elle découvre les traces de sang qui partent de la salle de séjour, à l’entrée de la chambre de son employeur. Employeur qui ne répond toujours pas à ses appels et aux incessants coups bruyants qu’elle donne dans la porte de la pièce. La suite, on la connaît. La police mène des investigations, pour savoir tous les contours de ce qui a conduit le jeune homme à une volonté de mettre fin à ses jours sur terre.

 

Madeleine TANOU    

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook