Home Faits divers Man : Un militaire radié viole une fillette de 9 ans et...

Man : Un militaire radié viole une fillette de 9 ans et sa petite sœur

Son entourage croyait qu’il allait s’assagir. Que non ! L’homme, doublé de prédateur sexuel, a continué dans sa mauvaise route en assouvissant sa libido sur deux fillettes de 9 et 7 ans. Cela lui vaut d’être arrêté et condamné par le tribunal de Man, à la peine d’emprisonnement de dix ans, depuis le 10 juin 2019.

Comment a-t-il pu amadouer les pauvres mômes, pour qu’elles tombent dans son piège ?

Koné Katia est, depuis quelque temps, retiré à Sangouiné, pour semble-t-il, donner une nouvelle direction à sa vie. Celle-ci plus reluisante après l’échec cuisant d’intégrer les Faci. Le métier de coxer ou quelquefois gnambro à la gare routière, ne lui assure pas totalement son quotidien. Finalement, il abandonne tout et est sans job. Mais à vouloir tourner les pouces sans rien faire, le replonge dans les vices. En effet, chaque matin, il tire une chaise pour se mettre devant son domicile, pour voir passer les élèves et les pensionnaires d’une école maternelle et d’une école primaire publique non loin de là.

Lire aussi:   Cybercriminalité : En classe d’examen, l’élève de 15 ans abandonne les cours pour aller brouter

Mieux, il taquine trois fillettes qui ne sont autres que les enfantes de l’une de ses voisines. Elles sont âgées de 9 ans, 7ans et environs 5 ans, et sont respectivement en classe de Cm1, Ce1 et grande section de la maternelle. Il surveille les faits et gestes des mômes. On croit à un « tonton » bien attentionné qui veut éviter que quelque chose de mal ou de grave arrive aux enfants de sa voisine.

C’est mal connaître « Biaco-Biaco » qui est en train de peaufiner une sordide stratégie pour attirer les enfants dans son piège. Ces innocentes enfantes, qui ne voient rien venir, profitent quelquefois des moments de récréations pour être hors de l’école et quelquefois même chez eux.

Bingo ! Biaco-Biaco a trouvé la parade. Un de ces matins, il a en sa possession, des friandises. Dès la récréation, il en propose aux fillettes. Elles en prennent. Les jours qui suivent, il les invite à en prendre à la maison, puisqu’il n’en a pas sur place. Les fillettes, toutes contentes, suivent « le tonton ».

Lire aussi:   Incendie du marché de Port Bouet : Voici le témoignage émouvant des autorités et des victimes

Devant trois petites filles, on se dit que Biaco-Biaco aura du mal à assouvir ses désirs, au risque de se faire dénoncer. Que non ! Il fait d’abord patienter les deux plus petites, en leur disant que « chacun a son tour pour récupérer les bonbons ». Il entraîne alors celle âgée de 9 ans dans sa chambre, et la soumet à un viol. Ensuite, la cadette (7 ans). Quant à la plus petite, âgée d’environ 5 ans, elle est épargnée.

Ces actes de ce pédophile vont durer plusieurs semaines jusqu’à ce que les enfants tombent malades, à la suite d’une journée au cours de laquelle elles ne supportent pas ce que leur inflige Koné Katia qui n’a pas perdu sa brutalité militaire. L’agent de santé qui examine les mômes, informe les parents que les fillettes ont perdu leur virginité, il y a bien longtemps.

Lire aussi:   Yamoussoukro : Un homme abattu, découvert avec des slips de femme

Biaco-Biaco sur qui tous les soupçons sont concentrés, nie tout en bloc et dénonce une accusation sans fondement.

Mais, il est vite confondu par la plus petite qui a échappé à ses assauts. En effet, elle retrace exactement le parcours que font ses grandes sœurs et elle, pour se voir remettre des bonbons. Mieux, elle révèle qu’une fois dans la maison, Koné Katia fait entrer ses sœurs une à une. Et lorsqu’elle veut y aller, il dit qu’elle est encore petite. Devant ce témoignage, Biaco-Biaco crache enfin le morceau.

La brigade de gendarmerie de Sangouiné, qui mène discrètement l’enquête, interpelle Biaco-Biaco, le 3 juin 2019, avant de le déférer au tribunal de Man où il est jugé en flagrant délit pour attentat à la pudeur. Il a écopé de dix ans d’emprisonnement.

M’BRA Konan

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook