HomeFaits divers« Ma petite sœur s’est jetée sous un train, victime d’une arnaque aux...

« Ma petite sœur s’est jetée sous un train, victime d’une arnaque aux sentiments »

"Ma petite sœur s'est jetée sous un train, victime d'une arnaque aux sentiments"

Inexpérimentée, la jeune Océane était une proie facile. Mise en confiance par un escroc qui a joué les amoureux, elle a découvert un beau jour qu’il lui avait volé 6 000 €.

A 17 ans, Océane a été escroquée de plus de 6 000 € par son petit ami et risquait des poursuites judiciaires. Trahie, paniquée, elle a mis fin à ses jours et la photo de son corps accidenté a été massivement diffusée. Un drame après un autre pour sa famille.

A l’heure des réseaux sociaux où chacun peut être le roi du buzz, rien n’arrête leurs utilisateurs. Ce 8 mars 2018, Boubacar était sur le quai de la gare d’Evry-Courcouronnes, lorsqu’Océane a choisi d’en finir. Avec son téléphone, il photographie aussitôt la dépouille de la jeune fille et poste l’image sur Snapchat. Quelques minutes plus tard, la photo du corps de la jeune femme se partage à la vitesse de l’éclair. Le coup de grâce d’un destin déjà brisé par une escroquerie amoureuse. Tout débute en novembre 2017 lorsqu’Océane rencontre Ryan K., 20 ans, lors d’une fête d’anniversaire.

Celui qui se présente comme un conducteur VTC (voiture de transport avec chauffeur) a du bagou, mais pas assez pour séduire la jeune femme.Concentrée sur ses études, elle a d’autres projets pour l’avenir. « Elle était excellente élève et travaillait beaucoup pour réussir, explique Laurence, sa sœur aînée. Elle aimait la mode et souhaitait s’orienter dans le commerce international. Ma sœur était une jeune fille discrète, gentille et très joyeuse. Elle commençait à devenir une femme, son avenir était prometteur. Une fleur prête à éclore… »

Lire aussi:   Mariage de Christelle Manou : celle qui abandonna tout pour se mettre au service de Simone Gbagbo en prison à Odienné, témoignage d’Hanny Tchelley

Pour sa sœur, Laurence, « cette situation allait entraîner des problèmes financiers pour sa famille et c’était inenvisageable »

Au fil des mois, Ryan, qui a vu en la jeune femme inexpérimentée et candide une proie facile, continue à la charmer.Il lui offre même une bague et lui présente sa mère. « Il l’a mise en confiance, puis il a refermé son piège sur elle », déplore Laurence. Quatre mois après leur rencontre, Océane cède à ses charmes et le jeune homme met en action son plan. Il demande à Océane d’encaisser des chèques sur son compte, faute de ne pouvoir le faire lui-même, ayant des problèmes temporaires avec sa banque. Et il lui emprunte sa carte bleue pour pouvoir retirer l’argent qui lui appartient.

Un mois plus tard, Océane découvre que son compte présente un découvert de plus de 6 000 € ! Les fameux chèques qu’elle avait encaissés ont été volés et Ryan ne répond plus à ses appels. »Pour ma sœur, qui n’avait jamais été à découvert d’un seul euro et qui dépensait de très petites sommes, c’était terriblement stressant. Cette situation allait entraîner des problèmes financiers pour sa famille et c’était inenvisageable. » Le 8 mars 2018, à « 6 h 36 précisément », Laurence reçoit un SMS de sa petite sœur : « Je vous aime tous. Une lettre est dans le tiroir de mon bureau. » « Sa chambre était parfaitement rangée. Son courrier débutait par cette phrase : « Si vous lisez cette lettre, c’est que je suis déjà partie. « »

Lire aussi:   Saïoua : Attaqué dans une ferme avicole par un cobra, un ouvrier manque de perdre la vue

Océane avait laissé une lettre à sa famille : « J’ai gardé mes problèmes pour moi, pour vous protéger »

A cet instant, Océane est allongée sur les rails en gare RER d’Evry dans l’attente d’un train. « Son choix a été très violent pour nous. Elle avait un tel appétit de vivre. La veille, elle n’a rien laissé paraître. » Dans sa lettre, elle explique les raisons de son geste : « J’ai gardé mes problèmes pour moi, pour vous protéger. Je ne peux pas rester sous votre toit, au sein de la famille, avec tous les problèmes que je vous emmène. En soi, ce n’est pas ma faute, mais j’en assume les conséquences. »

Après le choc et la sidération, vient le temps des questions. Et elles sont nombreuses. « Pourquoi la banque n’a-t-elle pas alerté la famille d’une jeune mineure et comment son petit copain a-t-il pu retirer autant d’argent sans que le compte d’Océane ne soit bloqué ? », s’interroge Laurence. Elle obtiendra peu de réponses. Lors de l’audience pour escroquerie au tribunal correctionnel d’Evry, en octobre 2019, Ryan, l’accusé ne s’est pas présenté. « J’ai regretté son absence. J’aurais aimé qu’il voie les conséquences de son acte, le mal qu’il nous a tous infligé. » Il est condamné à un an de prison avec sursis et 15 000 € d’indemnités.

Lire aussi:   En voulant empoisonner un homme de Dieu et son équipe, elles finissent par tuer leurs propres enfants

Après avoir photographié le corps, l’homme « a pris le temps de retravailler le photo pour obtenir un maximum de vues »

Peu épargnée, la famille a eu à nouveau rendez-vous avec la justice le 21 septembre dernier.Cette fois-ci pour que soit jugé Boubacar, qui avait partagé la photo du cadavre d’Océane sur Snapchat. « Non seulement, il a fait la photo, mais il a pris le temps de la retravailler et d’ajouter une émoticône pour obtenir un maximum de vues « , se désole Laurence.

En attendant le verdict, mis en délibéré au 28 octobre, Laurence et sa famille ont entrepris d’interpeller sur les dérives et la banalisation de la violence sur les réseaux sociaux au travers de l’association Prévention Océane, que vous pouvez retrouver sur Facebook. « Les personnes qui prennent ce genre d’images de violence,suicide, harcèlement ou viol et les diffusent, oublient qu’il y a une famille derrière et que les conséquences sont énormes. »

Océane
© COLLECTION PERSONNELLE

2/3 – Océane

Laurence, la sœur d’Océane, a créé une association pour sensibiliser sur les dérives et la banalisation de la violence sur les réseaux sociaux.

Océane
© COLLECTION PERSONNELLE

3/3 – Océane

Océane (à g.) avait 17 ans et, pour Laurence, sa sœur, elle était « une fleur prête à éclore ».