Home Faits divers Kouibly : Une femme enceinte se suicide en se jetant dans un...

Kouibly : Une femme enceinte se suicide en se jetant dans un puits

« Nénady-Tébao », bourgade de la sous-préfecture de Totodrou dont elle est située à seulement 2Km, dans le département de Kouibly, a vu sa joie habituelle, plombée par un drame. La mort tragique d’une jeune dame du nom de Sabine Kpanhé. Et cela, pour une affaire au parfum déshonorant.

De quoi s’agit ? En effet, des sources sur place nous informent que Sabine K. vit en concubinage, à « Soakpé », village de la sous-préfecture voisine de Facobly. Mais beaucoup plus tard, alors que l’amour semblait parfait entre elle et son mari, les choses vont se désagréger. Le foyer, autrefois paisible, est en proie à des turbulences à n’en plus finir. La faute à qui ? Les sources croient ne pas le savoir.

En tout état de cause, pour Sabine, il n’est plus question de vivre sous le toit de cet homme. Elle plie bagages et regagne « Nénady-Tébao », son village natal. Mais vraisemblablement, c’est Sabine qui n’aime plus son homme. Sinon que pour ce dernier, le cœur continue de battre au rythme de l’amour pour sa femme. Il la veut toujours. Toutefois, il met le temps de son côté. Espérant que celui-ci va finir par tasser la colère de sa dulcinée.

Ainsi, de l’eau ayant suffisamment coulé sous le pont, l’homme dont l’identité n’est pas révélée, soit dit en passant, part de « Soakpé » et débarque à « Nénady-Tébao ». Nous sommes dans la moitié du mois de septembre dernier. Son intention est très claire : ramener sa femme avec lui.

A lire aussi: Un garçon de 7 ans tué et jeté dans un puits

Lire aussi:   En route pour une sortie d’étude à San Pedro, des étudiants de l’UFR STRM victimes d’un accident de la circulation, plusieurs blessés graves

Mais sur place, le mari tombe sur une désagréable surprise. Une surprise, à bouleverser tout mari. C’est qu’il trouve sa femme enceinte. Une grossesse de toute évidence, qui n’est pas de lui. Mais en dépit de cette situation rocambolesque, honteuse, qui aurait pu changer la donne, le mari demeure sur sa position. Sa concubine, il l’aime et il est là pour la reprendre. Et cela, même si elle est enceinte d’un autre. Même s’il doit être la risée de son village. Cet enfant adultérin qui va arriver, il est prêt à en faire le sien et l’élever comme le vrai père. Comme celui qui sur place à « Nénady-Tébao », est connu de tous, pour être celui, à qui Sabine, au mépris de sa dignité de femme au foyer, livre ses charmes.

En tout cas, l’amour pour Sabine est bien trop fort pour ne pas mériter l’acceptation de sacrifices, fussent-ils dégradants. Il explique cette position à sa belle-famille, totalement confuse, par la dérive sexuelle de Sabine, dont les résultats ne peuvent que déshonorer les siens. Confuse également de cette réaction, venant d’un homme pourtant cocu.

C’est donc flanquée de sa femme que l’homme embarque dans un véhicule de transport en commun. Plus tard, les voilà à « Soakpé ». Une fois dans ce village, tout le monde est quasiment choqué, abasourdi, de voir Sabine enceinte, alors que depuis des lustres, elle est partie de son foyer. Et n’entretenait plus de relations sexuelles avec son mari, à qui elle avait ainsi fermé les portes de sa « boutique ».

Lire aussi:   En rentrant plus tôt que prévu, elle surprend le babysitter en train d'abuser de sa fille de 3 ans

N’empêche, le père de son concubin, épouse lui aussi, la position de son fils. L’enfant adultérin qui va naître sera le leur. Il portera leur nom. Qu’advienne que pourra. C’est d’ailleurs pour cela que son beau-père remet de l’argent à Sabine, afin qu’elle puisse se rendre à la maternité à Kouibly et commencer, déjà, les consultations prénatales. Il faut que cette grossesse soit bien suivie, afin qu’elle aille à terme, dans les conditions les meilleures.

 

Mieux vaut mourir…

 Apparemment, la jeune dame n’est pas de cet avis. Elle a trop honte de cette situation, dans laquelle, elle-même, s’est mise. Elle est sûre d’être pointée du doigt dans ce village, avec les commentaires désobligeants, en général adressés à des femmes indignes de son genre. Son enfant qui va naître pourrait, également, en souffrir. Lorsqu’elle réfléchit à tout cela, il n’est pas acceptable à ses yeux, de demeurer sur place.

Ainsi, en catimini, elle abandonne de nouveau son foyer et retourne dans son village. Une fois en famille, Sabine ingurgite des décoctions et autres mixtures et détruit le « fruit » de sa déviance sexuelle. C’est-à-dire, la grossesse.

Le lundi 25 septembre 2017, son mari toujours fou amoureux d’elle, la rejoint à « Nénady-Tébao ». Et c’est avec une grosse amertume qu’il constate que sa femme, s’est débarrassée de son fœtus, avec des méthodes qui mettent en danger, sa propre vie. D’ailleurs, elle n’est pas au mieux de sa forme.

Alors, pour lui éviter le pire, son mari propose de l’emmener au Chr de Man, en vue de la confier à des praticiens, plus outillés, pour la mettre à l’abri d’un éventuel péril. Mais là aussi, Sabine ne semble aller, dans le même sens. Et elle a pris, une terrible décision, pour en finir avec toute cette honte.

Lire aussi:   Issia : Un pédophile abuse d’un élève de 10 ans et menace de l’assassiner si l’enfant en parle

Ainsi, on apprend qu’à l’aube du mercredi 27 septembre 2017, déjà réveillée, Sabine note à l’endroit de sa mère qu’elle a besoin de faire pipi dehors. A la vérité, ce n’est qu’un prétexte, pour mettre à exécution sa terrible décision. C’est pourquoi, une fois hors de la piaule, elle se jette, carrément, dans le puits de la cour, profond d’une quinzaine de mètres.

Au lever du jour, son corps sans vie, y est découvert. C’est la consternation totale dans le village. Des pleurs se font entendre, dans la cour de la famille éplorée. Le veuf, est affligé. Plus tard, le corps est repêché.

Informé du drame, le sous-préfet de Totodrou se rend sur place, pour s’imprégner des faits et apporter compassion à la famille. Les éléments de la gendarmerie également arrivent sur les lieux et procèdent à un constat d’usage. Il revient alors, que quand la mort survient en pareilles circonstances, l’enterrement doit être expéditif. Il était donc question que cela se fasse, dès le lendemain jeudi 28 septembre.

Ainsi, la jeune Sabine a préféré se suicider, au lieu de vivre toute la vie, à supporter les quolibets, railleries, de son acte, qu’elle considère trop honteux.

 

KIKIE Ahou Nazaire  

Source : L’infodrome

Commentaires Facebook