HomeFaits divers« Je les ai noyés… »: Elle avoue avoir tué ses trois enfants pour...

« Je les ai noyés… »: Elle avoue avoir tué ses trois enfants pour les « protéger de leur père »

"Je les ai noyés…": Elle avoue avoir tué ses trois enfants pour les "protéger de leur père"

Une mère accusée d’avoir tué ses trois enfants aux Etats-Unis a reconnu les faits, expliquant avoir agi pour les protéger.

Elle s’est expliquée par téléphone, lors d’une interview accordée à la chaîne KGET-TV. Liliana Carrillo, une Américaine de 30 ans, est accusée d’avoir tué ses trois enfants, deux petites filles de 3 ans, 2 ans et un petit garçon de 6 mois. Arrêtée samedi près de Ponderosa, non loin de Los Angeles, après avoir été traquée par la police, elle a expliqué avoir agi pour «les protéger». La suspecte était au cœur d’une bataille judiciaire contre le père des enfants, pour leur garde. D’après elle, ce dernier abusait des enfants.

«Je les ai noyés… Je ne voulais pas qu’ils soient encore abusés. Je leur ai promis à leur naissance que j’allais les protéger», a-t-elle expliqué à KGET-TV, depuis la prison. «Je les ai serrés dans mes bras et je les ai embrassés et je n’arrêtais pas de m’excuser», a-t-elle déclaré. «J’adorais mes enfants», a-t-elle ajouté. «J’aurais aimé que mes enfants soient en vie, oui. Est-ce que j’aurais souhaité ne pas avoir à faire cela? Oui. Mais je préfère qu’ils ne soient pas torturés et maltraités régulièrement pour le reste de leur vie».

Lire aussi:   Cocody : Une boulangerie attaquée : des tirs entendus, des millions de F Cfa emportés
« Je vous aime, je suis désolé »

Le père avait demandé la garde officielle des petits le 1er mars dernier. Il avait également souhaité un droit de visite d’urgence et avait réclamé une évaluation psychologique de la mère. En réponse, la mère avait demandé une ordonnance de restriction à l’encontre du mari en raison de violences. La prochaine audience devait avoir lieu le 14 avril prochain. Le père a expliqué au «Los Angeles Times» avoir demandé de l’aide aux autorités locales, «mais personne n’a rien fait». Dans les documents de la justice, Erik Denton évoquait la dépression post-partum de son ancienne compagne après leur deuxième enfant. Elle avait commencé une thérapie qu’elle avait finalement arrêtée, préférant se soigner toute seule avec de la marijuana. Sur les réseaux sociaux, elle avait menacé de se suicider et avait dit qu’elle aurait préféré ne jamais avoir d’enfants.

Lire aussi:   Décès de DJ Arafat : L’hommage des « Chinois » se transforme en une foire d’agressions et vols à Angré

«Nous sommes complètement détruits», a confié une cousine du père de famille. «Ses enfants étaient tout. Je veux dire, tout son être et son essence tournent autour de ces enfants. Il avait à cœur de voir les enfants parce qu’il était censé aller chercher les enfants aujourd’hui et les avoir pour la semaine», a-t-elle déclaré à CBS. Elle a ajouté que la mère allait mal depuis la naissance de son deuxième enfant, et encore plus en raison de sa troisième grossesse mêlée à la pandémie de covid-19. «Elle pensait que la ville dans laquelle ils vivaient n’était pas sûre et qu’il y avait un réseau de trafic sexuel et que la majeure partie de la ville y était impliquée.» Dans son interview, Liliana Carrillo a dit que son fils montrait des signes d’abus et que malgré cela, les services sociaux s’apprêtaient «à rendre les enfants à leur père». Interrogée sur le dernier message qu’elle aimerait envoyer à ses enfants, elle a déclaré : «Je vous aime, je suis désolée».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Un danseur de coupé décalé reste coincé la tête dans table en faisant ses "roucasse-casse"