Home Faits divers Guiglo : Des gangsters lancent une attaque en pleine forêt classée, plusieurs...

Guiglo : Des gangsters lancent une attaque en pleine forêt classée, plusieurs millions de F Cfa emportés

Les éléments de la brigade de gendarmerie de Guiglo, avec à leur tête l’adjudant-chef Kouamé Kouamé, ont réalisé une belle prise, en mettant hors d’état de nuire, Oulaï Willy Franck dit Bollo et son gang, auteurs de plusieurs attaques à main armée.

Ces mauvais garçons, depuis des années, faisaient des misères aux usagers des axes de la région du Cavally. En tout cas, Bollo et ses comparses en ont fait voir de toutes les couleurs à leurs victimes et surtout, aux agents des forces de l’ordre, qu’ils narguaient à la limite. L’art du camouflage, ils le maîtrisaient à souhait. Ce qui leur permet chaque fois, de sévir impunément. C’est donc sans état d’âme, qu’ils continuaient de semer la désolation, au sein des acheteurs de produits agricoles et autres pisteurs de cette région.

Le vendredi 8 septembre 2017, à quelques encablures du campement de « Princekro », précisément sur la piste menant à « Dramanekro », en pleine forêt classée du Goin-Debé, le mythique Bollo frappe encore. En compagnie de ses comparses que sont Kambou Antoine dit Tony, Dodien Djédé Jonas et Touh Lemoin Eric, qui quittent momentanément l’axe routier Guiglo-Bloléquin où ils sévissaient notamment, Bollo mène cette attaque.

Sur ce coup-ci, nos sources expliquent que le jeudi 7 septembre 2017, O. M., ressortissant burkinabé et acheteur de produits agricoles, se rend dans une banque, à Duékoué, dans la région du Guémon et y effectue le retrait de la somme de 5 600 000 F Cfa. Cet argent est destiné à l’achat de fèves de cacao, pour son compte. Tout ce pactole, il le remet à son pisteur O. Zacharia. Son pisteur qui l’avait préalablement informé, de ce qu’un producteur agricole nommé S. Souga, l’avait joint la veille, pour lui signifier qu’il disposait d’une tonne de cacao. Cacao qu’il dit être à « Dramanekro », son campement. Mieux, qu’il pouvait avoir même plus, avec d’autres planteurs sur place. Soit un total de plus de quatre tonnes de cacao.

Lire aussi:   Koumassi : Un jeune élève meurt électrocuté au cours d'une bagarre avec un camarade

En tout cas, O.M. se dit que c’est une très bonne affaire, avant l’ouverture prochaine, de la campagne café-cacao. L’argent rangé dans un sac en bandoulière, le pisteur enfourche sa grosse moto. Et accompagné de son frère O. Rasmane, le voilà qui prend la direction du campement « Princekro », dans la forêt classée du Goin-Debé, source de conflit actuel, entre deux communautés.

Aux environs de 14 h, ce vendredi 8 septembre 2017, O. Zacharia marque une escale dans un petit campement dénommé « Caillou blanc ». Dans ce patelin, il remet la somme de 1 million de F Cfa à Z. Mady, un planteur. Ce, contre des sacs de cacao bien sec et trié. L’achat ainsi effectué, les deux frères poursuivent leur chemin, en direction de « Dramanekro », leur destination, où les attend S. Souga.

A relire: Il taillade sa femme dans son champ et accuse le tonnerre

Mais alors qu’ils ne sont plus vraiment loin de là, O. Zacharia aperçoit devant lui, un individu s’attelant à mettre en état, une moto qui semblait avoir des pépins mécaniques. Pendant ce temps, trois autres, attendent près de lui, en bordure de route. Ces derniers lui font signe de s’arrêter. Et quand Zakaria marque l’arrêt, ses interlocuteurs lui signifient qu’ils sont à la recherche d’un allochtone, armé, qui a décidé de semer la terreur, dans leurs rangs d’autochtones. Et toujours selon eux, c’est dans la traque de ce dernier que leur moto tombe en panne. C’est ainsi, qu’ils décident de dresser un barrage là, pour procéder à des contrôles de tous ceux qui vont passer par-là . Cela, avec l’espoir de mettre la main sur celui qu’ils prétendent rechercher.

Lire aussi:   Juge et délinquant : 20 ans de prison pour des braqueurs, un couple en pleine palabre parmi leurs victimes

Sur ce, l’un des hommes qui, plus tard, est identifié comme Bollo, se laisse aller à un racket, dans un jargon connu de là-bas. « Mon frère, il faut soulever notre barrage », indique-t-il à l’endroit du pisteur O. Zacharia. Ce dernier qui comprend très bien ce langage codé, s’exécute, en remettant à son principal interlocuteur, la somme de 10 000 F Cfa. A cet instant précis, le pisteur et son frangin réalisent qu’ils sont tombés dans un traquenard dressé par des quidams, qui ne sont autres que des gangsters.

En effet, contre toute attente, il est pointé sur eux, un fusil de calibre 12, à canon scié, avec sommation de ne faire aucune geste, pouvant mettre en péril leur vie. Les deux frères sont débarqués de leur moto. Puis, Bollo le gangster le plus recherché de la zone, arrache à O. Zacharia, son sac en bandoulière, contenant le reste de l’argent, à lui confier par son patron. A savoir, la somme de 4 500 000 F Cfa.

A lire aussi: Cocu, Il tue l’amant de sa femme et lui tranche le sexe dans la cour d’une église

Lire aussi:   Roberto, l'homme au plus grand pénis du monde est Mexicain

Puis, après avoir ligoté les victimes, les gangsters les abandonnent là et prennent la clé des champs, avec également, leur moto. Plus tard, au prix de gros efforts, les deux frères réussissent à se défaire de leurs liens. Après quoi, ils foncent immédiatement sur le campement de « Dramanekro », dont ils informent le chef, de l’infortune qu’ils viennent de vivre. Ce dernier leur conseille alors, d’aller saisir la brigade de gendarmerie de Guiglo. Ce qui est fait.

L’adjudant-chef Kouamé Kouamé mobilise ses éléments, qui mènent une enquête minutieuse à la « Colombo ». Celle-ci les conduit sur les traces du gang, dans le village de Troya 2, puis, à la ville de Zéaglo. Et là, les gendarmes qui se montrent très efficaces, parviennent à appréhender le tristement célèbre Bollo et les trois autres membres de son gang.

Traduits plus tard, le mardi 19 septembre 2017, devant la section du tribunal de première instance de Guiglo, les mis en cause sont interrogés sur l’attaque des pisteurs. Sans coup férir, ils la revendiquent. Des aveux qui leur font gagner le ticket pour la prison, tous frais payés. Et cela, pour 20 bonnes années.

Et là, il va se produire une scène à la fois hilarante et dégoûtante. En effet, sans doute surpris de ce que le tribunal ait eu la main lourde, le mythique Bollo libère soudainement un pet bruyant. Un acte qu fait marrer le nombreux public, présent dans la salle d’audience.

 

Chancelle GOUDALET (Correspondant régional)

 

Source : L’infodrome

Commentaires Facebook