Home Faits divers Grand carrefour de Koumassi, un affrontement entre microbes et ‘’gnambros’’ fait deux...

Grand carrefour de Koumassi, un affrontement entre microbes et ‘’gnambros’’ fait deux blessés graves, des armes blanches saisies par les forces de l’ordre

L’ambiance était électrique, ce lundi 3 juin 2019, au grand carrefour de Koumassi. Des affrontements entre des enfants en conflit avec la loi communément appelés ‘’microbes’’ et des ‘’gnambros’’ ou les chargeurs de la gare de fortune des lieux a semé la panique au sein des usagers des lieux. Notamment ce grand public, qui afflue à ce point d’entrée principale dans la commune de Koumassi.

Il n’était pas bon, à cette heure de descente des services de traverser cette place publique, eu égard à la menace aux armes blanches de ces ijndividus sans foi ni loi prêts à se découper. La preuve, selon le bilan provisoire qui nous a été donné, cette rixe, qui a tout l’air d’une guerre de tranchée, a causé deux blessés graves évacués d’urgence dans une clinique de la place avant l’arrivée des forces de l’ordre déployées en grand nombre sur les lieux pour rétablir le calme.

Lire aussi:   Il brûle le sexe de sa compagne car il pense qu'elle le trompe

A en croire nos sources, cette bataille de tranchée oppose des enfants en conflit avec la loi habitant des quartiers malfamés non loin du siège de la mairie, qui réclament un droit de sol sur les recettes encaissés par les ‘’gnambros’’ sur les gares érigées au grand carrefour. Ces protagonistes en armes ne seraient pas à leur premier rendez-vous. C’est la énième fois, souligne notre informateur, une source bien avertie de ces échauffourées, qu’ils se défient sur la même cause.

Lire aussi:   Drame: Un agent de la santé retrouvé mort dans un bistrot.

Faut-il le noter, cette gare provisoire érigée sur le domaine public par les ‘’gnambros’’ n’existera plus que pour quelques semaines, voire quelques jours. Les nouvelles autorités municipales de Koumassi ayant aménagé un nouvelle espace plus viabilisé pour les transporteurs invités à y poursuivre leurs activités dans les tous prochains jours. Toute chose qui devrait mettre fin à la guerre de contrôle que se livrent des individus armés, rangés dans des clans rivaux qui sèment la terreur parfois dans la commune.

Lire aussi:   Europe: Des Nigérianes contraintes à l’esclavage sexuel à cause du fétiche « juju »

F.D.B

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook