Home Faits divers Gagnoa : 23 corps de nouveau-nés découverts au cimetière municipal, des soupçons...

Gagnoa : 23 corps de nouveau-nés découverts au cimetière municipal, des soupçons pèsent sur le personnel médical de l’hôpital ou des cliniques de la ville

Selon le confrère RFI, la police fait actuellement le bilan des nouvelles naissances dans la ville, officielles et officieuses, afin d’identifier les femmes qui auraient pu accoucher de ces bébés.

Les corps des 23 nouveau-nés ont été découverts en deux fois au cimetière municipal de Gagnoa. 13 corps ont d’abord été découverts le mercredi 24 juillet 2019, par le gardien du cimetière. Alors que la population était encore sous le choc de cette découverte macabre, 10 autres corps ont été retrouvés, le vendredi 26 juillet 2019. Ce jour-là, l’on procédait à une cérémonie d’inhumation, mais la forte odeur dégagée par les corps de ces nouveau-nés a amené les personnes présentes à effectuer des recherches qui ont abouti à la découverte des 10 corps.

Lire aussi:   Cocody : Un immeuble en construction s'écroule

D’après le confrère de la « Radio Mondiale », après analyse médicale, les cadavres des 23 nouveau-nés retrouvés étaient dans un état de dégradation similaire. Pour l’instant, les enquêteurs pensent que les bébés étaient conservés ensemble, avant d’être déposés au cimetière. « Ils ne présentaient aucune marque de violence ou de mutilation. Pour certains, le cordon ombilical et un bandage au nombril étaient encore apparents. Les investigations ne déterminent pas encore si les morts ont eu lieu avant ou après accouchement, mais la thèse de décès suite à des avortements ou des fausses couches reste sur la table », selon le confrère RFI.

Lire aussi:   Biankouma : Un prestidigitateur soutire argent, téléphone et fourneau à un commerçant

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook