HomeFaits diversGabon: un fils sauvagement battu par son père pour avoir bu sa...

Gabon: un fils sauvagement battu par son père pour avoir bu sa bière

Gabon: un fils sauvagement battu par son père pour avoir bu sa bière
Gabon: un fils sauvagement battu par son père pour avoir bu sa bière

Une affaire des plus risibles aux conséquences quasi dramatiques. En effet, un adolescent de 17 ans a failli passer de vie à trépas le week-end écoulé après avoir été tabassé par son géniteur au quartier dit « carrefour Bethsaïda » dans le 6ème arrondissement de Libreville. Ce dernier suspecterait son fiston d’avoir consommé sa bouteille de bière gardée dans le réfrigérateur, rapporte L’Union.

Les faits insolites sont légion en ce début d’année 2021. À croire que la délinquance s’est érigée en norme au Gabon. Cette fois-ci, c’est plutôt un banal vol qui aurait pu aboutir au pire. En effet, un père de famille aurait violemment porté main à son fils âgé de 17 ans. Selon l’Union, le jeune homme s’en sortira avec 5 points de suture à la tête et des hématomes sur le long du corps.

Lire aussi:   Marcory : Elle arrache la machette de son agresseur et le fait tabasser en plein 13h

Cette bastonnade serait consécutive aux soupçons portés sur son fils dans la disparition d’une bouteille de bière soigneusement conservée dans le réfrigérateur de la maison. Le mis en cause n’aura même pas le temps de se défendre. Car selon le père furieux, « le vol peu importe la forme est chose abominable ». Informée, la mère aurait piqué une crise avant que l’affaire ne soit réglée en famille.

Lire aussi:   Serge Beynaud chante l’hymne de la CAN Gabon 2017

Occasion pour Gabon Media Time d’interpeller les parents quant à leurs responsabilités vis-à-vis de leur progéniture. Doit-on rappeler qu’en qualité d’être humain à part entière, tout enfant a des droits. Et que même mis en cause il ne saurait être assujetti à des sévices corporels. Le ministère public est dès lors invité à veiller au respect des droits d’autrui car nous vivons dans une société où les populations semblent encore méconnaître leurs droits fondamentaux.

Lire aussi:   Gabon: L’ancien Vice premier ministre, au Général Makosso Camille » Si tu continues…tu vas rejoindre ta femme »