Home Faits divers Duékoué / Blodi Un corps pleure du sang Six villageois arrêtés Le...

Duékoué / Blodi Un corps pleure du sang Six villageois arrêtés Le rêve qui a tout provoqué

De fait, selon nos sources, Kpozaï, jeune planteur prospère, a trouvé la mort, au moment où on s’y attendait le moins, il y a environ un mois. Mort suspecte, avancent bien d’observateurs. Le corps est conduit à la morgue à Duékoué. Les jours qui suivent, un proche de la famille fait un rêve dans lequel le défunt lui apprend que c’est sa soeur aînée qui a mangé son âme. Pour croire en ce qu’il avance, le corps invite l’ami de la famille à rejoindre la morgue, pour voir s’il ne pleure pas du sang. Revenu à lui-même, l’homme, accompagné de villageois, se rend à la morgue. Tous tombent des nues: le défunt pleure du sang; les larmes de sang coulent de ses yeux. De là, les témoins foncent chez la soeur aînée de Kpozaï. Dans la recherche de la vérité, il lui est demandé de les accompagner consulter un devin. Celui-ci, après des incantations, confirme la thèse du défunt. Sa soeur aînée se met à table: elle avoue avoir tué son frère cadet. ‘’ Comme en pays wê, la tête d’un mangeur d’âme qui avoue un crime est rasée, la soeur aînée s’est pliée donc à cette exigence de la coutume. Tous retournent au village’’, relève, par téléphone, l’une de nos sources. On en est là, quand le samedi 6 juillet 2019, l’association des jeunes à laquelle appartenait Kpozaï, fait venir son corps au village, pour les obsèques. Cette association organise 48 heures (2 jours) de veillée, avant de remettre le cercueil à la famille, lundi. Celle-ci honore la mémoire du défunt, à son tour, par une autre veillée, dans la nuit de lundi à mardi. Le matin, l’heure de conduire Kpozaï à sa dernière demeure sonne. Les porteurs prennent le chemin du cimetière. Tout d’un coup, le cercueil leur fait faire demi-tour. Ils se dirigent, tour à tour, au coeur du village, vers cinq (5) personnes, sans compter la soeur aînée du défunt qu’ils ‘’déposent’’ à la place publique du village. ‘’ En principe, en pays wê, lorsqu’un sorcier est pris, il désigne les membres de sa confrérie. Cela n’avait pas été fait quand la soeur aînée avait été désignée. C’est pourquoi, le cercueil volant a poursuivi les désignations’’, nous confient nos informateurs. Une fois les ‘’complices’’ pris, les porteurs, le cercueil sur les épaules, comme s’ils sont poursuivis, courent vers la gendarmerie. Ils y arrivent essoufflés. Les porteurs ont tout de même la force de demander aux gendarmes de les suivre à la publique de Blodi. Ceux-ci s’exécutent non sans se poser de question sur ce qui se passe. Une fois sur les lieux, ils trouvent des villageois autour de six(6) personnes. Ils savent donc à quoi s’en tenir, après une mise en train. Les gendarmes auditionnent alors, en présence des villageois, à en croire nos sources, les accusés. Les porteurs peuvent alors se reposer, de même que le corps. Ils poussent un ouf de soulagement. A noter que jusqu’à ce que nous mettions sous presse, l’interrogatoire se poursuivait.

Lire aussi:   Tiassalé : Un jeune garçon répond à l'invitation de ses amis et périt dans le fleuve Bandama

 

Dominique FADEGNON

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook