Home Faits divers Drame: Un agent de la santé retrouvé mort dans un bistrot.

Drame: Un agent de la santé retrouvé mort dans un bistrot.

 

Selon des informations très concordantes, c’est que le fils de l’ex-correspondant, est depuis peu, un habitué des nombreux débits de boisson qui meublent le quartier Tchotchoraff qu’il habite. On raconte même qu’il est un accroc de l’alcool frelaté, communément appelé Koutoukou. En tout cas, tous les soirs, à la descente du boulot, on le voit faire la ronde des bistrots, avant de regagner son domicile.

Le jeudi 2 mai, aux environs de 20 h, Djè Bi Jean Louis débarque, tout éméché, dans le bistrot de K. L., non loin de l’école primaire Tchotchoraff. Il commande une tournée du « tord boyau ».  Mais ce petit verre, il n’y touchera point. Car, quelques instants après qu’il se soit installé, le jeune agent est pris de malaise.  Les nombreux autres clients croient à un mal passager. Que nenni! Les minutes qui suivent, il se met à râler puis à baver. Pris de panique,  les clients désertent les lieux, abandonnant l’homme en agonie. La tenancière, croyant que l’homme, probablement ivre, se remettrait bientôt,  range tout autour et prend, elle aussi, le large, livrant l’agent de santé très mal en point à son sort. On en est donc là.

Lire aussi:   Cybercriminalité : Un .brouteur aux portes de la Maca d’où il a été libéré à peine

Le lendemain matin, lorsque  la jeune tenancière se rend à son bistrot, elle découvre l’horreur. Djè Bi est déjà mort.  La nouvelle fait vite le tour du quartier. La police, informée, se rend sur les lieux pour le constat d’usage. Un peu plus tard, les services des pompes funèbres procèdent à l’enlèvement du corps, pour la morgue. Mais de quoi est mort l’agent du district sanitaire?  Certains avancent très vite la thèse d’un empoisonnement. Mais qui peut en être l’auteur?

Lire aussi:   Abidjan : Appia Constant réclame justice après la libération d’un « faux clerc d’huissier de justice »

D’autres et les plus nombreux émettent plutôt l’hypothèse d’une overdose, d’autant que Djè Bi lève régulièrement le coude, une fois descendu du boulot.  En tout état de cause, l’enquête ouverte à cet effet, déterminera la cause exacte de la disparition tragique du fils de l’ex-correspondant de l’Aip.

Norbert Nkaka (correspondant régional)

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook