Home Faits divers Daloa : ne voulant pas être la risée de son entourage Un homme...

Daloa : ne voulant pas être la risée de son entourage Un homme assassine la femme handicapée qu’il a enceintée

Nos sources signifient, en effet, que Zongo Yembi entretient dans cette bourgade, des relations sexuelles avec T. Kadidjatou, une jeune dame de 29 ans. Une femme dont aucun homme ne veut dans le village. Car, pour eux, ce serait une honte d’entretenir des relations en dessous de la culotte avec elle.

Mais pourquoi ? Parce que tout simplement, elle se traîne quasiment au sol, du fait de son infirmité des deux membres inférieurs. Mais pour le seul Zongo Yembi, il faut tout simplement appliquer l’adage qui dit que « l’on n’a pas besoin de l’eau chaude pour éteindre le feu ». Ainsi, tout tranquillement, dans Wandaguhé, c’est lui qui « fouille dans les entrailles » de la jeune handicapée. Toutefois, il ne le fait pas au grand jour, de peur d’essuyer les railleries des autres.

On en est là, quand un bon moment plus tard, on voit la jeune Kadidjatou traîner une grossesse. Tout le monde est ahuri dans le village. Au cours de leurs causeries, les hommes de la bourgade ne se privent pas d’en rire. Et on les entend souvent dire : « Mais qui est ce malade qui peut se permettre d’avoir des relations sexuelles avec cette handicapée, au point même de l’engrosser ?». Et de poursuivre : « Mais si on démasque l’auteur de cette grossesse, on va se moquer de lui pas comme jamais. Parce qu’il fait la honte des hommes… ».

Mais pour certainement brouiller les pistes, Zongo Yembi est au nombre de ces gars animant les débats sans scrupules de cette raillerie. On le voit même se tordre de rire, tout en se montrant le plus véhément à l’égard de cet « inconnu » qui a « limé » la fille handicapée. En clair, il n’entend pas du tout que l’on sache qu’il est le fameux « metteur enceinte ». Entre-temps, la grossesse poursuit son évolution et est à quatre (4) mois désormais.

Lire aussi:   Drame : Sept (07) membres d' une famille périssent dans un incendie à Bouaké

Dans le même temps, quand Zongo Yembi se retrouve tout seul chez lui, il est malheureux. Malheureux de savoir que bientôt, tout le monde va découvrir la vérité. Vu que forcément, Kadidjatou va livrer le nom du père du bébé qu’elle porte. Non, pour le planteur, pas question que cela arrive. Cette honte, il ne veut pas l’essuyer. Et pour cela, la pauvre handicapée doit disparaître. Elle doit se taire à jamais. Au nom de l’honneur…

Le plan de liquidation de la pauvre femme, il le concocte tranquillement. Celui-ci ficelé, il faut à présent passer à l’action.

De ce fait, il se rend au domicile de son compatriote Diarrassouba Karim, et lui emprunte son fusil de calibre 12, tout en lui signifiant, qu’il se rend à une partie de chasse.

Mais au lieu d’une partie de chasse, il se rend discrètement chez Kadidjatou qu’il surprend dans sa chambre. Et sans pitié, il la met en joue et fait feu, vidant la décharge de chevrotines dans la tête de la pauvre femme, qu’il abat ainsi sur le champ. Après le forfait, il abandonne l’arme du crime sur les lieux et file chez lui en courant.

Lire aussi:   Une surveillante de collège a des relations sexuelles avec un élève de 13 ans

Mais le coup de feu qui vient de retentir dans le village, attire l’attention de tous. Et sans aucun mal, le lieu d’où le coup de feu est parti, est localisé. C’est ainsi que l’on découvre le corps sans vie et dans le sang, de la pauvre jeune femme handicapée. La scène est insoutenable, avec les morceaux de cervelle de la défunte éparpillés un peu partout, au sol et sur les murs de la pièce. C’est dire que le tir lui a explosé la tête. L’émotion face à ce crime, est vive dans le village.

Mais qui a tué Kadidjatou et pourquoi ? C’est la question que l’on se pose. Dans cette ambiance de vive émotion, le chef du village alerte Kouassi Valentin, le commandant de la brigade-ville de gendarmerie de Daloa. Ce dernier se déporte sur les lieux en compagnie de certains de ses éléments.

Et au cours de leur constat d’usage, les gendarmes saisissent l’arme du crime abandonnée sur place. Un fusil que les habitants n’ont aucun mal à identifier comme étant celui de Diarrassouba Karim.

Et de toute évidence, ce dernier est interpellé pour qu’il explique la présence de son fusil sur la scène du crime. Il répond qu’il n’en sait rien, et qu’il a juste prêté son arme à son compatriote Zongo Yembi. Très rapidement, celui-ci est débusqué dans sa piaule. Tous les deux sont arrêtés et conduits devant une foule en colère, à Daloa, dans les locaux de la brigade-ville. Entendus, ils sont déférés devant le parquet.

Lire aussi:   Arrah/ Un camion rase un salon de coiffure : la propriétaire enceinte et sa sœur tuées

C’est ainsi que le 30 mai 2019, ils sont traduits à la barre du tribunal de Daloa. Interrogé sur les faits, le vieux Zongo Yembi passe aux aveux. « Je ne voulais pas que l’on sache dans le village, que c’est moi l’auteur de la grossesse de cette handicapée dont tout le monde se moque. Mon honneur en serait entâché. Je ne voulais également pas être la risée du village. C’est pourquoi, je l’ai tuée ! ».

Et de préciser que son compatriote n’a rien à voir avec le crime. Il lui a juste emprunté son fusil sans lui révéler ce qu’il allait en faire. Les choses étant désormais claires, le cruel Zongo Yembi est condamné à 20 ans de prison, avec port de chaîne aux pieds, durant tout le temps de sa détention. Quant à Diarrassouba Karim, il écope de 5 ans de prison, pour des faits de détention illégale d’arme à feu.

Julien LENOIR ( Correspondant régional)

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook