Home Faits divers Crime : Une fillette violée et tuée dans la cour d’une école

Crime : Une fillette violée et tuée dans la cour d’une école

Le quartier « Ancien Guiglo », à Guiglo, a été secoué par une découverte macabre, le samedi 8 juillet 2017. Il s’agit du corps sans vie, de S.M. Lauraine, une fillette âgée seulement de 6 ans.

Sur les lieux, la pauvre enfant, étendue sur le dos, était nue. Selon son géniteur S. Adolphe, rencontré à son domicile, au quartier « Résidentiel », le vendredi 7 juillet, aux environs de 17 h, il demande à sa femme de l’accompagner au quartier « Nazareth ». C’est dans ce quartier qu’il tient son débit de boisson où il vend du vin de palme, communément appelé « bandji ». Et pour l’occasion, sa conjointe associe Lauraine, leur fillette. Plus tard, tous sont au « bandjidrôme ».

Sur place, où attendent déjà de nombreux consommateurs de « bandji », il ouvre son gros bidon de vin de palme que son livreur avait préalablement pris le soin de garder sous son hangar. Puis, il se met à servir ses nombreux clients impatients. Tout près de lui, sa fillette assise sur un tabouret, suit tout le ballet de ces amateurs de « bandji » qu’il sert avec le sourire aux lèvres. Et, peu à peu, son bidon commence à se vider pour le bonheur de ses poches, où atterrissent sans arrêt, des pièces de monnaie. Sa femme, elle, est occupée à récupérer les gobelets vides, afin que soient servis d’autres clients. Après la vente de son vin de palme, sa conjointe regagne le domicile conjugal. S. Adolphe, friand lui de football, se dirige directement dans la cour du groupe scolaire, où se joue un tournoi de « maracana ».

Lire aussi:   Confidence « Je n’arrive pas à avoir de relation stable »

A lire aussi: Une fillette de 12 ans violée, assassinée et jetée dans les ordures

Mais avant, il confie sa fille à la vendeuse de soupe de poisson, établie à côté du débit de boisson. Plus tard, un inconnu approche et demande à la vendeuse de servir un plat à la petite Lauraine, qui semblait saliver. Cela fait et après le repas, le quidam convainc la petite fille de l’accompagner. Ce que fait la gosse en toute insouciance. Plus tard, de retour à son hangar à la fin du match de « maracana », S. Adolphe ne voit pas sa fille qu’il venait justement chercher pour qu’ils rentrent à la maison. Le vendeuse de soupe, auprès de qui il veut savoir, rétorque que la fillette est partie avec un inconnu qui venait de lui offrir un plat de soupe de poisson. Elle ajoute qu’elle croyait que l’homme en question n’était pas inconnu de l’enfant. Et de terminer qu’étant très occupée avec ses clients, elle n’a plus vraiment fait attention à la direction prise par les deux. S. Adolphe, pas du tout rassuré, alerte immédiatement sa femme.

Lire aussi:   Adjame : Des policiers tirent sur le véhicule d'un ministre

Et les instants d’après, tous deux se lancent à la recherche de leur enfant. Ils écument pour ce faire tout le périmètre du « bandjidrôme ». Mais point de traces de la fillette. Et plus le temps avance, plus l’inquiétude prend de l’ampleur chez les parents. Et jusqu’à la nuit tombée, toujours aucune trace de Lauraine. Dans l’entourage de la famille et même quasiment dans tout le quartier, personne n’a ni vu, ni hébergé la gamine. Les choses traumatisantes pour les pauvres géniteurs restent en l’état. Tôt le matin, le vendeur de « bandji » file au commissariat de police et informe de la disparition de sa fillette. Il en fait de même, à la brigade de gendarmerie, au centre social et à la radio locale. Malheureusement, ce que l’on redoutait est ce qui arrive.

Lire aussi:   Sangouiné : Des voleurs de petits-colas arrêtés

A relire: Une fillette de 5 ans ligotée, violée et tuée

En effet, aux alentours de 7h, la tragique réalité de la disparition soudaine de la fillette est cernée. Dans une école primaire publique située au quartier « Ancien-Guiglo », très loin de l’endroit où elle a disparu, le corps sans vie et dénudé de la pauvre môme est découvert. Et l’infortuné fillette, porte des marques de viol. On comprend donc que le sadique a fait payer à la pauvre enfant, le plat de soupe de poisson, qu’il lui a offert. Mais qui est l’auteur de cet acte odieux et révoltant ? Les éléments du commissaire Laurent Jean-Marc Aka, après avoir procédé à un constat d’usage, ouvrent une enquête visant à retrouver le pédophile violeur, doublé d’un meurtrier.   Mais pour l’heure, c’est l’émoi à Guiglo, où les populations acceptent difficilement ce crime commis sur la personne d’une innocente gosse.

 

Chancelle  GOUDALET (Correspondant régional)

Source : L’infodrome

Commentaires Facebook