Home Faits divers Craignant un rapt, des élèves du primaire sautent d’un véhicule roulant à...

Craignant un rapt, des élèves du primaire sautent d’un véhicule roulant à vive allure et se blessent

Vouloir apporter assistance à des personnes et se retrouver dans une position inconfortable, c’est le tourment qui a habité A.J., résidant dans le bourg de Krinjabo, il y a quelques jours.

 Selon les informations dont nous disposons, il est de coutume que des pensionnaires des écoles primaires de Krinjabo, bourg situé à environ 11 kilomètres d’Aboisso, vivant dans de nombreux hameaux environnants, parcourent 5 km chaque jour de classe pour gagner le centre du village où sont situés leurs établissements scolaires. Le même parcours est fait pour se rendre à la maison, après les enseignements. En chemin, lorsque la chance leur sourit, les petits marcheurs sont embarqués dans des engins, par de bonnes volontés qui les transportent gracieusement.

Lire aussi:   Un petit garçon de 3 ans a le bras arraché par une machine à laver

A lire: Des individus à moto enlèvent les enfants à Abidjan

Aussi, pour respecter cette tradition d’entraide, A.J., la cinquantaine, planteur de son état, quitte l’après-midi du jour des faits Krinjabo pour Aboisso, non sans embarquer avec lui, chemin faisant, trois  frères dont l’âge varie entre 5 et 10 ans. Avec pour volonté de les déposer au carrefour Krinjabo, 5 km plus loin. Du moins, c’est ce qu’il croit être le lieu de destination de ces écoliers. Évidemment, ce que le bienfaiteur ignore, c’est que les petits Bamouni, eux, descendent à un endroit, avant le carrefour Krinjabo, dénommé’’ Bêffê’’.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/ Un faux policier démasqué à Sikensi

A lire aussi: Après leur rapt, que sont devenues les lycéennes de Chibok

Lorsque l’engin roulant à quatre roues, une sorte  »bâchée », passe le carrefour où ils devaient descendre, l’angoisse gagne les petits voyageurs qui ont tout de suite pensé à un rapt. Toujours selon ce qu’on apprend, exécutant une consigne de l’aîné du groupe, ils sautent du véhicule. La chute sur le macadam leur cause de nombreuses blessures. S’étant aperçu de l’infortune de ses passagers, A.J. marque un arrêt, récupère les blessés et les évacue au Chr d’Aboisso. Les soins médicaux sont pris en charge par le planteur qui se demande ce qui a pu bien lui arriver. Heureusement, les tout-petits, qui  ont recouvré la santé, ont repris le chemin de l’école.

Lire aussi:   Williamsville : Une jeune femme violée, égorgée et enfermée dans un sac

 

Jean Bédel (Correspondant)

linfodrome.ci,

Source : L’infodrome

Commentaires Facebook