Home Faits divers Bingerville : Une unité de fabrication de produits pharmaceutiques attaquée, un blessé...

Bingerville : Une unité de fabrication de produits pharmaceutiques attaquée, un blessé et d’importants documents administratifs emportés

Sur les faits, nos sources indiquent que cette nuit-là, nous sommes aux alentours de 2h du matin, quand deux hommes munis d’armes à feu, pénètrent, par escalade, dans les locaux de la société. Avançant à pas feutrés, ils surprennent les trois vigiles en charge de la sécurité des lieux.

Dans leur tentative de maîtriser ces gardiens, les deux gangsters font face à une résistance. Ce qui les conduit à user des moyens forts ; blessant ainsi un des agents de sécurité. Tous ces vigiles sont ensuite réduits à l’impuissance après avoir été ligotés.

Cela fait, les deux bandits pénètrent à l’intérieur même du bâtiment, où ils tiennent en respect les trois employés dormant sur place, et qu’ils tirent violemment de sommeil. Ceux-là aussi, sont comme les agents de sécurité, ligotés.

Ayant ainsi le contrôle de la situation, les deux malfaiteurs ouvrent le portail de la société à leurs quatre comparses attendant dehors, que le « terrain soit déblayé ». Ces derniers pénètrent, à leur tour, dans les locaux, à bord d’un camion.

Lire aussi:   Agboville : Une vieille femme fait arrêter un dangereux malfaiteur

Par la suite, à toutes les victimes auxquelles ils arrachent leurs téléphones-portables, celui qui semble être le meneur de la troupe, tient ce discours : « Nous ne sommes pas là pour vous. Nous sommes spécialement venus pour emporter des documents administratifs et numériques, relatifs au fonctionnement et à tout ce qui est lié à la vie de cette société ».

Cela fait, les gangsters pénètrent dans les bureaux qu’ils commencent tout de suite à fouiller. Et ils font effectivement main basse sur des documents administratifs numériques et physiques. Ils y ajoutent des unités centrales d’ordinateurs renfermant d’importantes bases de données et des projecteurs.

Et loin d’être niais pour laisser des traces pouvant conduire à eux, les bandits s’emparent également du décodeur d’enregistrement vidéo ayant filmé leur forfaiture.

Lire aussi:   École de police : Le policier qui entretenait des relations homosexuelles avec les élèves policiers déféré à la Mama après avoir été pris en flagrant délit de fellation

Après quoi, contrairement au contenu de leur discours dans lequel ils expliquaient clairement être là pour uniquement des documents administratifs, les scélérats se conduisent exactement comme les chiens qui ne crachent pas sur la viande, même étant repus après bombance dans des poubelles. Ainsi, ils chipent sur les lieux, la somme de 1 600 000 F Cfa et un téléviseur à écran plasma.

Satisfaits plus tard de leur opération qui n’a rien d’anodin, les malfrats chargent leur important butin dans leur camion et quittent les lieux. Cela, après un état de siège qui dure un peu plus de deux heures.

Peu de temps après le départ de la bande armée, le technicien de surface arrive sur place aux environs de 5h du matin, pour prendre service. Et c’est là, qu’il découvre tout le bazar. Sans perdre de temps, il alerte téléphoniquement un des responsables de la société.

Lire aussi:   Cocody : Des braqueurs mis aux arrêts par le CCDO (vidéo)

Ce dernier et d’autres se déportent sur les lieux et découvrent la scène. Ils font évacuer à l’hôpital, l’agent de sécurité blessé. Puis, ils saisissent la police dont des éléments se présentent sur les lieux.

Ces derniers après le constat d’usage, ouvrent une enquête, en vue de retrouver les auteurs de l’attaque et d’éventuels commanditaires. Ainsi, il sera connu l’intérêt pour ces derniers, d’en avoir après les documents administratifs liés au fonctionnement et à la vie même de cette unité de fabrication de produits pharmaceutiques.

KIKIE Ahou Nazaire

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook