Home Faits divers Ayamé/ Après un braquage : Des villageois prennent en otage des gendarmes...

Ayamé/ Après un braquage : Des villageois prennent en otage des gendarmes et font libérer un dozo

De fait, selon des témoignages, tôt ce mercredi-là, le Pca se met au volant de sa Mercedes et se lance en direction du village de Yaou. Il a en sa possession, la somme de 40 millions de F Cfa soigneusement rangée dans un sac. De l’argent qui doit servir à payer les producteurs agricoles affiliés à sa coopérative.

En cours de route, après le village d’Ebikro, K.O. rencontre en chemin le chef du village de Yaou, qu’accompagne son fils à moto. Il l’invite à prendre place auprès de lui, à bord de sa voiture. Très enchantée, la tête couronnée ne décline pas l’offre, face aux conditions de voyage qui vont à présent être relativement confortables. Il laisse ainsi son fils poursuivre seul le reste de la distance à moto, en direction de Yaou.

Alors, à bord de la voiture, le Pca et le chef traditionnel qui se connaissent très bien, devisent tranquillement sur la traite cacaoyère en cours. Mais ce qu’oublient les deux hommes, c’est que les gangsters qui écument les axes du canton ‘’Djandji’’, ont repris du service et ne vont pas tarder à entrer en scène.

Lire aussi:   Soubré : Le District sanitaire attaqué, le coffre-fort de « Médecins du monde » emporté

A relire: Daloa: Un dozo viole deux sœurs de 14 et 17 ans

En effet, roulant à une vitesse réduite du fait du mauvais état de la route, K.O. et le chef aperçoivent soudainement devant eux, le fils de ce dernier, immobilisé par des gangsters ayant obstrué la voie. Voyant cela, le Pca tente de forcer le passage.

Les bandits qui perçoivent cela, tirent dans les roues de la Mercedes qu’ils parviennent ainsi à immobiliser. L’un des criminels apparemment bien informés, monte à bord de la voiture et s’empare du sac contenant les 40 millions de F Cfa. Quelque peu sonné, K.O. demande néanmoins au malfaiteur, s’il entend prendre tout l’argent. « Dis merci à Dieu que tu as la vie sauve. C’est plutôt l’argent qui t’intéresse. Tu vas voir », lance l’indélicat.

Et une fois descendu de la voiture avec le magot, le malfrat ordonne à son comparse de tirer sur K.O. Tel un soldat exécutant un ordre, ce dernier ouvre le feu sur le Pca qu’il blesse grièvement. Puis la bande des trois s’évanouit dans la nature.

Lire aussi:   Axe Bouaké-Brobo : La collision d’un camion et d’un mini car fait plusieurs morts et des blessés graves

La brigade de gendarmerie d’Ayamé, informée, dépêche un équipage sur place. Après l’évacuation du blessé en direction d’un Chu à Abidjan, les dozos et un comité d’auto-défense écument, des heures durant, la broussaille et ses environs.

Et voilà qu’aux alentours de 14h, la « force mixte » tombe sur un jeune homme qu’elle trouve suspect. Les dozo et leurs compagnons fouillent le sac à dos du jeune homme. A leur grand étonnement, ils y découvrent la somme de 46 millions de F Cfa. « Cuisiné », le garçon reconnaît être un des membres du gang qui a attaqué le Pca.

Il est conduit à Sanhoukro où la Coopebia récupère ses 40 millions de F Cfa arrachés à son Pca. Puis, le mis en cause est livré à la brigade de gendarmerie d’Ayamé, qui ouvre une enquête, en vue de retrouver les autres membres présumés du gang.

Mais le jeudi 15 novembre 2018, alors qu’on en est là, des gendarmes débarquent à Sanhoukro et interpellent l’un des dozo qui a participé à la traque. Puis, ils exigent des villageois qu’ils restituent tout l’argent récupéré sur le malfaiteur présumé. Ce, pour nécessité d’enquête.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire / Une installation électrique anarchique cause la mort d’un enfant à Daoukro

Mais ils se heurtent à un mur de refus. Pis, les villageois se font menaçants. Les deux agents des forces de sécurité sont alors obligés de battre en retraite, en direction du bourg de Ketesso. Manque de pot pour eux. Toute la zone déjà en branle, ils sont pris en otage par les villageois survoltés qui posent la condition non négociable et immédiate de la libération du chasseur traditionnel.

Le lendemain vendredi, pour faire baisser la tension, l’autorité compétente décide de la mise en liberté du dozo. Subséquemment, les deux gendarmes ont pu regagner leur base, sous une importante escorte d’un renfort venu d’Aboisso.

J.Bédel (Correspondant régional)

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here