Home Faits divers Arrah : Le mari en colère brûle les effets de sa femme...

Arrah : Le mari en colère brûle les effets de sa femme et est retrouvé mort

De fait, selon nos sources qui rapportent les faits, S. Kouadio et sa dulcinée A. Bossoma, après les travaux champêtres du vendredi 9 novembre 2018, rentrent chez eux. La nuit tombée, le couple regagne la chambre conjugale après le repas.

Mais peu de temps après, on entend, depuis l’intérieur de leur chambre des éclats de voix et de cris, laissant penser à des palabres. Profondément gênés par la situation de troubles, les autres membres de la famille habitant sous le même toit frappent à la porte du couple, dans le but de ramener celui-ci à la raison. Apparemment ils y arrivent.

Lire aussi:   Bocanda : La foudre tue un élève de CM1 lors d’un jeu de billes

A relire: Alépé : Le mari abat sa femme et se suicide

Mais contre toute attente, alors que l’on croyait la page des palabres fermée, le mari s’éjecte brutalement de la chambre conjugale. Dans les mains, il tient les effets vestimentaires de sa femme, auxquels il met aussitôt le feu. La somme de 200 000 F Cfa, soigneusement rangée par la pauvre dame, dans l’un des sacs contenant lesdits effets, n’est pas épargnée. Elle est également brûlée par les flammes. Après ce forfait, S. Kouadio, tout dégoulinant de sueur, regagne la chambre.

Lire aussi:   Elle poignarde sa petite-fille de 20 mois et la met au four

Tôt le lendemain matin, sans doute pour éviter de subir la colère des autorités villageoises, comme on le voit souvent lors des règlements des litiges, il part de son domicile. Et il file directement dans son campement. Mais plus tard, on le découvre mort. Des témoignages font état de ce qu’il s’est suicidé.

Les éléments de la brigade de gendarmerie d’Arrah, saisis, se rendent sur place et procèdent au constat d’usage. Ils ouvrent une enquête, dans le but d’appréhender toutes les circonstances de la mort inattendue de S. Kouadio. Sans oublier, bien entendu, les dessous de la dispute entre le couple. Dispute qui va conduire à ce dénouement dramatique. En attendant, l’affaire continue d’être au centre des débats des populations d’Abongoua.  

Lire aussi:   Un vendeur de drogue dans les filets de la cellule Antidrogue de la gendarmerie d’Aboisso

Ravel B ( Correspondant régional)

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook