Home Faits divers Anyama / À quelques jours de « Paquinou »: Une fille de ménage se...

Anyama / À quelques jours de « Paquinou »: Une fille de ménage se pend au domicile de sa patronne

Selon nos sources, nous sommes le dimanche 14 avril 2019, et en cette journée dominicale, comme elle en a l’habitude, dame A.F.K, commerçante se rend à l’église.

A son domicile, elle laisse Sonia Affoué, sa « bonniche », pour désigner la fille de ménage. Cette dernière est en train de faire valoir ses compétences. Mais sans le grand enthousiasme qu’on lui connaît depuis toujours. A-t-elle un souci moral ? Est-elle plutôt malade ? On n’en sait vraiment rien.

Toujours est-il que sa patronne n’en fait pas tout un plat. Pour elle, c’est sans doute une mauvaise humeur. Après tout, Sonia est un être humain, et elle peut développer des humeurs. Et cela va lui passer. Mais à la vérité, il y a un souci, un gros souci même. Quelque chose de terrible qui va bouleverser beaucoup de choses dans cette maison, est en train de se préparer.

En effet, de longues heures plus tard, soit peu après midi, la commerçante est de retour de l’église. Mais une fois chez elle, elle frappe à la porte de l’entrée principale de sa demeure, fermée depuis l’intérieur. Elle hurle le nom de la servante tout en tambourinant à la porte. Espérant que cette dernière à l’intérieur de la maison, vienne lui ouvrir. Mais la commerçante fait face à aucune de ces réactions souhaitées.

Lire aussi:   Yopougon: Un ancien ‘’microbe’’ devenu braqueur, laisse des traces sur le corps de ses victimes

Alors, cette fois, elle tente de joindre au téléphone, son employée. Mais là encore, silence-radio. L’appareil sonne depuis l’intérieur de la maison, mais Sonia ne décroche pas. Que se passe-t-il ? L’opératrice économique croit que la fille de ménage au lieu de l’attendre, est en vadrouille. Dame A.F.K est donc en rogne. Elle réfléchit même à une bonne correction à filer à la jeune fille, une fois que celle-ci sera de retour de ses balades. Pendant quatre heures de temps, soit jusqu’à 16h, le scénario demeure le même.

Face à cela, la bonne dame est cette fois obligée de reconsidérer sa position. La colère cède la place à l’inquiétude. Son employée de maison n’ayant pas pour habitude de fuguer. Sur ces entre-faits, dame A.F.K alerte son logeur. Et ensemble, ils font recours à un serrurier. Celui-ci met sa science en valeur, et ouvre la porte après avoir bousillé la serrure.

Lire aussi:   Treichville : Un opérateur économique, négociant en or, éventré dans ses bureaux

Et là, horreur ! L’on découvre la jeune fille pendue à une corde reliée à une pointe en acier fixée dans un mur du salon. Alors que la commerçante pousse des cris stridents d’horreur, le logeur qui, lui, croit que la fille de ménage est encore en vie, s’empare d’un couteau et sectionne la corde. Puis recueillant la bonne suspendue à environ un mètre du sol, il l’étend dans la salle de séjour. Et là, il réalise qu’il n’y a plus rien à faire. L’employée de maison est morte.

Aussitôt alertés, des éléments du commissariat de police de la ville d’Anyama se déportent sur les lieux de la découverte macabre. Et le constat qu’ils font, ne laisse aucun doute sur la nature de la mort de la servante. Il ressort donc que Sonia Affoué s’est suicidée par pendaison.

Et selon les spécialistes en la matière, des indices qui confortent dans cette thèse du suicide, sont là. En effet, dans le slip de la pauvre jeune fille, les policiers découvrent des excréments et de la glaire vaginale. De fait, si la jeune fille avait été tuée d’abord avant que ses bourreaux présumés ne masquent le crime en le faisant passer pour un suicide par pendaison, les matières fécales et la glaire vaginale ne se seraient pas expulsées du corps.

Lire aussi:   Une joggeuse de 35 ans poignardée à mort durant son footing

Maintenant, des questions demeurent. Pourquoi la jeune fille s’est-elle suicidée, et en plus, au domicile de sa patronne ? Pourquoi l’a-t-elle fait, à quelques jours seulement de la fête de pâques ? Un refus de sa patronne de lui accorder la permission, a-t-il ruiné ses espoirs de participer à paquinou ? Quand on sait que pour rien au monde, la plupart des ressortissants du Grand centre du pays, comme Sonia Affoué, ne veulent manquer au village, les festivités liées au jour de la résurrection du Christ.

Ou avait-elle plutôt un problème de cœur ou de famille ? En tout cas, il nous est assuré qu’une enquête policière est en cours, pour découvrir la vérité sur tous les contours du drame.

KIKIE Ahou Nazaire

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook