HomeFaits diversAfrique du Sud: un Sénégalais poignarde sa petite amie à mort et...

Afrique du Sud: un Sénégalais poignarde sa petite amie à mort et lui coupe la tête

Afrique du Sud: un Sénégalais poignarde sa petite amie à mort et lui coupe la tête
Afrique du Sud: un Sénégalais poignarde sa petite amie à mort et lui coupe la tête

Un Sénégalais, Elhadji Adama Kebe, qui a poignardé sa petite amie sud-africaine, Sibongile Zenzile, plus de 10 fois avant de lui couper la tête, a déclaré regretter ce qu’il avait fait.

Kebe, 33 ans, arrivé en Afrique du Sud en provenance du Sénégal en 2016, a plaidé coupable en février d’avoir tué Zenzile, 29 ans, dans leur appartement de Kempton Park, à Johannesburg, le 25 avril 2019.

Kebe a laissé sa tête dans le réfrigérateur et a été arrêté dans un magasin qu’il détient non loin de leur appartement le lendemain. Il a également plaidé coupable à une accusation de violation d’un cadavre.

La procédure de détermination de la peine a commencé mercredi devant la Haute Cour de Johannesburg, où Kebe a présenté des preuves pour atténuer la peine.

Interrogé par son avocat, Innocent Mthembu, sur ce qu’il pensait du meurtre de Zenzile, Kebe a pleuré et a dit qu’il regrettait tout ce qu’il avait fait.

Lire aussi:   Port-Bouët: il déshabille sa petite amie en pleine rue, suite à une rupture

« Sibongile était ma petite amie et complice et nous avons tout fait ensemble. Je regrette profondément ce qui s’est passé », a déclaré Kebe.

L’avocat du procureur Enock Makua, cependant, a demandé à Kebe s’il reconnaissait avoir brutalement tué Zenzile, il a déclaré qu’il avait accepté qu’il avait tué Zenzile.

Makua a déclaré que la question qu’il avait posée était de savoir si Kebe était d’accord de l’avoir brutalement tuée.

« Sa tête était complètement coupée. Ne diriez-vous pas que c’était un acte brutal? Si vous montrez à quelqu’un les photos de la défunte avec la tête complètement coupée, c’est un acte très brutal », a déclaré Makua.

Kebe était d’accord.

Makua s’est demandé comment Kebe pouvait continuer et a ouvert sa boutique le lendemain et fonctionner comme si de rien n’était. Kebe a dit qu’il était confus et qu’il ne pouvait pas rester à la maison.

«Je ne sais pas ce qui m’est arrivé ce jour-là. Je ne pouvais pas rester à la maison car je ne pouvais pas voir le corps. Je n’avais pas d’autre endroit où aller à part le magasin. Même au magasin, j’étais confus. Je savais que je serais arrêté. Je n’ai même pas pu m’enfuir », a déclaré Kebe.

Lire aussi:   Il découvre l'infidélité de son épouse après un accident de la route

Kebe était d’accord avec Makua sur le fait qu’il devait être puni pour le crime.

L’accusation a appelé Zamelani Ncancashe, le beau-père de Zenzile. Ncancashe a déclaré au tribunal qu’après son meurtre, la santé de la mère de Zenzile, sa femme Buyiswa Ncancashe, s’était détériorée et qu’elle souffrait maintenant d’une maladie cardiaque.

« Elle a passé deux semaines à l’hôpital en février à cause de problèmes cardiaques », a déclaré Ncancashe, ajoutant qu’après le meurtre de Zenzile, la famille s’est rendue à la morgue de Germiston pour l’identifier.

« Elle a été dévastée de voir sa fille avec des cicatrices sur le visage. La tête a été coupée. »

Lire aussi:   « Es-tu folle ? Ne suis-je pas un homme ? » : il bat sa petite amie pour l’avoir trompé (vidéo)

Présentant des arguments pour atténuer la peine, Mthembu a déclaré que Kebe était un délinquant primaire et était en détention depuis près de deux ans.

« Il ne s’est pas enfui. Il a été retrouvé dans un magasin non loin de la scène. Il s’est montré franc et voulait plaider coupable. »

Mthembu a dit que Kebe avait des remords. «Je soutiens qu’il s’agit d’un crime passionnel. Il y a eu une dispute qui impliquait un autre gentleman nigérian et il y a également des preuves que la défunte à un moment donné était celle qui a tenté de poignarder l’accusé. »

« Et en représailles, c’est ainsi que nous nous trouvons dans cette position, où nous devons faire face à la mort de la défunte. »

Makua a demandé que Kebe soit condamné à la réclusion à perpétuité.

Le tribunal devrait prononcer une sentence le mois prochain.