Home Faits divers Affaire « Un infirmier bat à sang sa femme et lui bousille...

Affaire « Un infirmier bat à sang sa femme et lui bousille la peau » : Le mari livre un témoignage poignant

Dans notre édition du samedi 4 novembre 2017, on exposait une violence conjugale sous le titre : « Un infirmier bat sa femme à sang et lui bousille la peau ». Nous exposions qu’un infirmier du nom de K. Désiré, en service à Gbangbégouiné, dans le département de Biankouma, avait sauvagement battu sa compagne, Z.A., caissière de son état.

Nous indiquions que le mercredi 25 octobre 2017, l’homme qui soutient avoir découvert des massages à caractère sexuels, dans le téléphone-portable de sa femme, n’avait pu supporter. Et muni d’un fusil de calibre 12, d’une machette, il s’était rué sur sa femme. Et de la grosse branche d’un manguier, il avait battu son épouse, au point de la rendre méconnaissable. Grièvement blessée donc, c’est dans un piteux état que cette dernière avait été conduite par sa sœur, aux urgences du Chr de Man. Et à la suite d’une plainte, K. Désiré avait été arrêté.

Le mardi 7 novembre 2017, comparaissant devant le tribunal de Man, l’homme expose clairement ce qui l’a meurtri et qui l’a conduit à cet excès de violence, alors que les uns et les autres condamnaient fortement son attitude. Son témoignage, dans lequel il exposait que compagne l’avait confiné dans la posture honteuse du cocu, va tout de même émouvoir la salle. Notamment les hommes.

Lire aussi:   Dimbokro : Une traîneuse percute un train : plusieurs blessés dont des cas graves

A lire aussi: Man/ Un jeune homme fait plsuieurs morts et blessés graves à la machette

« (….) depuis le 14 juin 2017, ma femme (Z.A.). qui est allée voir ses parents à Abidjan, ne reviendra que 4 mois plus tard. Et depuis, son attitude a complètement changé. Si ce ne sont pas des communications en sourdine, ce sont des exploitations de Sms tard la nuit… », explique à la barre, K. Désiré, totalement dépité.

Il poursuit pour indiquer que ce genre d’attitudes suspectes de sa femme vont se multiplier jusqu’au 25 octobre 2017. « Ce soir-là, il est minuit passé, quand réveillé en sursaut, je surprends ma femme en train de manipuler son téléphone-portable. Dès que j’allume la lumière, elle (Z.A.) cache son téléphone. C’est ainsi que j’ai compris qu’elle échangeait des Sms avec l’un de ses amants ».

Lire aussi:   Bangolo / Banditisme : Un voleur de pains appréhendé.

Sur ce, l’agent de santé apprend qu’il tente de lui arracher le téléphone. Mais sa compagne réagit vigoureusement, en le mordant à la main. Malgré la douleur, il ne lâche pas prise et finit par récupérer de force l’appareil. « Je fouille la boîte à messages et découvre des choses extraordinaires et équivoques. A savoir « bsr bb, j’ai vraiment envie de te faire l’amour ce soir, mais malheureusement, t’es loin de mw… », tel est le dernier message que venait de recevoir Augustine », raconte l’infirmier.

Mais avant ce message, il rapporte que sa femme venait d’écrire ceci à son amant présumé : « Tu m’as fait commettre l’adultère et tu ne réponds plus à mes appels ». Devant ce qu’il considère comme des preuves irréfutables de l’infidélité de sa dulcinée, K. Désiré ne peut se contenir. La suite est amère pour Z .A., qu’il bat à sang.

Justifiant toujours les raisons de sa colère mal contenue, K. Désiré soutient : « J’ai répertorié et consigné chez un huissier, au total 231 messages érotiques du téléphone de ma femme. Des messages sulfureux, venant de divers amants. Je ne peux comprendre, pourquoi elle me fait ça. Nous sommes mariés légalement depuis 12 ans. J’ai réalisé trois restaurants pour elle. Malgré tout, elle me trompe… », s’indigne K. Désiré, devant une assistance troublée.

Lire aussi:   Un ado de 16 ans lynché après avoir violé une fillette de 6 ans

Se défendant à son tour au procès, la caissière accuse plutôt son mari de la tromper et de venir à la maison souvent, avec ses amantes. Mais et les Sms érotiques découverts alors dans son téléphone-portable ? Face cette question, Z.A. lâche une réponse qui laisse dubitative la salle. « Ce sont des Sms destinés ou envoyés à ma sœur qui est à Abidjan. Elle utilisait mon téléphone lors de mon séjour à ses côtés ».

Mais au terme des débats, la réaction de l’infirmier est jugée disproportionnée par le tribunal. Ainsi, K. Désiré est reconnu coupable de coups et blessures volontaires, de menaces verbales de mort et de détention illégale d’arme à feu de 5ème catégorie. Et en répression, il écope de trois mois de prison ferme et d’une amende de 50 000 F Cfa.

DOUMBIA Balla Moïse ( Correspondant régional)

 

Source : L’infodrome

Commentaires Facebook