Home Faits divers Adjamé/insécurité: Un agent de police attaqué à la machette par plusieurs hommes,...

Adjamé/insécurité: Un agent de police attaqué à la machette par plusieurs hommes, treillis, rangers, carte professionnelle…emportés

A en croire nos sources, cette nuit-là, après avoir terminé son service, l’agent de police s’apprête à regagner son domicile sis à Yopougon. Aux alentours de 22h, il se retrouve sur le pont de la ferraille à Adjamé.

Et là, il hèle un taxi-compteur. Les temps étant très durs comme on le dit, il opte pour une négociation du tarif de la course. Parce que de là où il se trouve jusqu’à sa commune de résidence, le pognon à débourser pour le trajet à bord d’un taxi-compteur, ce n’est vraiment pas donné.

Mais alors qu’il est en pleine discussion avec le chauffeur de taxi, cinq (05) gaillards, tous armés de machettes, surgissent de la pénombre avant de le maîtriser. A la vue de ces gangsters, le taximan ne demande pas son reste. Lui démarre en trombe. Abandonnant aux mains des scélérats, son potentiel client. Se rendant du coup coupable du délit passif de poursuite judiciaire, de non assistance à personne en danger. Mais ça, il s’en fiche. Pourvu que lui, se tire de là sans être pour une fois, visé par l’assaut des assaillants. Un point c’est tout.

Lire aussi:   Bangolo / Beoué-Zibao. Des pro et anti-orpailleurs s'affrontent à la machette, 3 blessés graves signalés.

Entre temps, les malfaiteurs menacent de saucissonner le flic si jamais, il s’avisait à leur tenir la dragée haute. Face à leur supériorité numérique et leur détermination à lui faire la peau en cas de résistance, le pauvre sergent de police laisse alors libre champ aux criminels de le dépouiller de ses biens. C’est bien mieux de céder de simples biens, que de mettre sa propre vie en danger.

Lire aussi:   Une famille décimée par la foudre à Kani

Les vauriens de bandits n’en demandent pas mieux. Ils lui arrachent son sac contenant des biens plus ou moins importants. Il s’agit d’un complet treillis, d’une paire de rangers, d’une Cni, d’une carte du Fonds de prévoyance de la Police nationale, d’une carte professionnelle de Police et d’un téléphone-portable. Sans compter des sous.

C’est avec ce butin, que les quidams s’évaporent dans la nature. Laissant le flic en plein désarroi, mais heureux tout de même, de n’avoir pas subi de dégâts corporels. Le sergent S.C peut-il demander mieux ?

Lire aussi:   Port Bouet : Un artiste-chanteur emporté par la mer

Peu après, l’infortuné fonce au commissariat de police du 11ème arrondissement dont le territoire de compétence enregistre l’acte criminel. Sous sa conduite, certains de ses collègues investissent le périmètre de l’attaque, dans l’espoir de débusquer les malfrats. Mais peine perdue.

Néanmoins, une enquête suit son cours, pour retrouver ces ténias qui empoisonnent la vie aux honnêtes citoyens.

KIKIE Ahou Nazaire

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook