Home Faits divers ABOBO/faux et usage de faux: Un faux Capitaine de la gendarmerie arrêté

ABOBO/faux et usage de faux: Un faux Capitaine de la gendarmerie arrêté

Ce malhonnête a décidé de sévir à l’intérieur du pays, car selon lui, Abidjan est « saturé » par ses collègues. Il débarque à Gagnoa (centre-ouest ivoirien) et écume les bourgs et les bourgades. Flanqué de son habit d’apparat, l’homme fait croire qu’il est en mission pour le compte de la Présidence de la République où il soutient être en poste. Avec cette carte de visite aguichante, les populations qu’il approche sont à ses pieds.

« L’officier de gendarmerie » continue sa mission  et tombe sur une vielle dame lassée de voir ses enfants et petits-enfants broyer du noir, et qui sont devenus des chômeurs indécrottables. Lorsque la pauvre septuagénaire explique ses difficultés familiales, « capitaine » Mian Boa la rassure, en lui lançant « ne pleure plus. Toute cette difficulté  ne sera que du passé ». D’ailleurs, en tant qu’employé militaire du palais présidentiel, il va régler en un clic ce que la pauvre villageoise trouve comme problème insurmontable. Pour la progéniture de la septuagénaire, il y a de la place dans les services des Impôts, à la Douane, au Trésor, aux Eaux et forêts ou au Centre d’animation et de formation pédagogique (Cafop).

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Présence du riz avarié à Abidjan, les analyses positives, le gouvernement enclenche une procédure de destruction de la cargaison

Pour accéder à ces postes, « la vielle » doit débourser cinq millions de francs Cfa pour le « processus ». Aussitôt dit aussitôt fait, la vielle dame qui veut voir ses enfants et petits-enfants  fonctionnaires et épanouis, lui remet toutes ses économies de cinq millions.

Depuis lors,  point de « capitaine » Mian. Ses numéros de téléphones sont constamment sur messagerie. La pauvre dame manque de piquer une crise. C’est en pleurs qu’elle se saisit du seul indice donné par l’ « officier Mian », qu’est le quartier Belleville d’Abobo. Elle fonce à Abidjan et se présente, le lundi 6 mai 2019, peu après 11h, au commissariat de Police du 34e arrondissement. Le commissaire Tiégnon dont la rigueur et la compétence en matière d’enquête sont saluées par les populations riveraines,  prend l’affaire personnellement à son compte.

Lire aussi:   Abobo : Un commerçant tué ; son collègue accusé d'avoir commandité le meurtre, arrêté

Dès lors, des investigations sont menées par des policiers du commissariat du 34e arrondissement sous la supervision du commissaire Tiegnon. En 8 heures, les résultats sont là. Les policiers réussissent à mettre la main sur l’ « officier » de gendarmerie, Mian Boa, à son domicile, à 19h. Il est découvert au domicile de cet escroc notoire,  une empreinte au nom de la Gendarmerie nationale. Il y a également plusieurs dossiers de concours administratifs, des curriculums vitae(Cv), un  passeport, un  extrait topo, des actes de mariage et des copies légalisées de plusieurs diplômes.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Depuis la Haye, Blé a des craintes pour son pays, son point de vue sur la réconciliation et le rapprochement Gbagbo et Bédié

Par ailleurs, selon nos sources, la Brigade de gendarmerie d’Abobo a pris attache avec le commissariat du 34e arrondissement, pour également entendre le  ‘’collègue’’ Mian Boa, car des victimes y ont porté plainte.

Sauf changement de dernière minute, le « capitaine de gendarmerie », Mian Boa,  devrait être déféré, aujourd’hui mercredi 8 mai 2019, devant le parquet, pour répondre de ses actes.

M’BRA Konan

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here