Home Economie SICPA en Côte d’Ivoire : des soupçons de corruption pèsent sur la...

SICPA en Côte d’Ivoire : des soupçons de corruption pèsent sur la société suisse

SICPA en Côte d'Ivoire : des soupçons de corruption pèsent sur la société suisse
SICPA en Côte d'Ivoire : des soupçons de corruption pèsent sur la société suisse

Accusée de corruption par la justice suisse, SICPA Holding SA, entreprise exerçant dans le traçage et le contrôle des produits soumis aux droits d’accise, tente de gagner des marchés en Afrique où la traçabilité revêt un enjeu prééminent dans la lutte contre la fraude. La révélation a été faite par le journal panafricain Financialafrik.com dans son édition du 18 septembre 2021 et sous la plume du confrère Florent Beroa.

Le journal numérique indique que dans le cadre de sa stratégie d’acquisition de nouveaux contrats, cette entreprise européenne a jeté son dévolu sur la Côte d’Ivoire. A cet effet, elle a invité en milieu de septembre 2021, à son siège Afrique à Casablanca, la Côte d’Ivoire pour lui faire part de son expertise. Le gouvernement ivoirien a alors dépêché une délégation pour se faire une meilleure idée des activités de SICPA.

Lire aussi:   Élection à la présidence de la CCICI: Les Commerçants en colère

Selon le medium international, l’opération de séduction de l’organisation dirigée par le milliardaire Suisse Philippe Amon s’appuie sur le lobbying des personnalités françaises de grande influence bien connues en Côte d’Ivoire. L’ancien ambassadeur de France à Abidjan, Gilles Huberson est cité au nombre de ces figures diplomatiques.

Financialafrik.com fait notamment savoir que la création de SICPA Maroc a été faite sous l’impulsion d’Eric Besson, ex-ministre français de l’Industrie.

Malgré le réel défi de la traçabilité des boissons (alcoolisées et non-alcoolisées, eaux, jus) des médicaments, du tabac, des hydrocarbures… pour lutter contre la contrefaçon et rattraper les pertes de recettes qu’elle cause à l’Etat (la perte de recettes pour l’Afrique de l’Ouest dues à la fraude est estimée à plus d’un milliard de dollars chaque année).

Lire aussi:   Discours d’ouverture de S.E.M. Alassane Ouattara, Président de la République

Le Financialafrik.com dévoile que la SICPA de Philippe Amon a maille à partir avec la justice Suisse pour des faits de corruption. Le journal panafricain fait noter que dans le monde cette société a été accusée de corruption dans 14 pays dont le Brésil, le Kenya, le Ghana, le Togo, la RDC etc…

Source: linfodrome

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here