Home Economie Salon international de l’agriculture de Paris 2016: le label Côte Ivoire célébré

Salon international de l’agriculture de Paris 2016: le label Côte Ivoire célébré

Les ministres Mamadou Sangafowa Coulibaly de l’agriculture et du développement rural, et Kobenan Kouassi Adjoumani de la production animale et des ressources halieutiques, ont présenté les atouts et opportunités d’investir en Côte d’Ivoire aux professionnels du monde agricole , le mercredi 02 mars 2016 lors de la journée ivoirienne au Salon international de l’agriculture de Paris-Porte de Versailles.

En milieu de matinée, le détenteur ministre de l’agriculture a animé une conférence de presse à laquelle ont pris part des spécialistes de l’agriculture et des acteurs des métiers qui en découlent. Mme Florence Pradier , au nom du syndicat français du chocolat et de la fédération des confiseurs, a salué la qualité du cacao de Côte d’Ivoire. Elle a annoncé que l’origine ivoirienne du cacao serait désormais indiquée sur les produits chocolatiers car l’appellation d’origine ivoirienne est une référence de qualité pour les chocolatiers du monde. À sa suite, Nouhoun Coulibaly, directeur général de la planification , du contrôle des projets et des statistiques du ministère de l’agriculture, a fait un exposé dans lequel il a présenté les performances du secteur agricole ivoirien. Au terme de son intervention, il appelé les investisseurs et partenaires privés de la Côte d’Ivoire à améliorer la compétitivité de l’agriculture ivoirienne. Le ministre Sangafowa Coulibaly s’est satisfait de la labellisation du cacao de son pays : « Le label ‘’Cacao Ivoire’’ a été approuvé en conseil des ministres le 24 février 2016. Cette labellisation va donner un revenu additionnel aux producteurs ».
Sur la question du foncier rural ivoirien, Mamadou Sangafowa Coulibaly a reconnu la complexité du sujet, mais a rassuré en précisant que la loi de 1998 sur le foncier rural protégeait les droits du propriétaire et ceux de l’exploitant.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : Michel Sapin attend des propositions sur l’avenir du FCFA !

Il a relevé les efforts de l’investissement public dans le monde agricole ivoirien, mais a cependant plaidé pour que l’État de Côte d’Ivoire augmente davantage les financements publics alloués à l’agriculture afin de développer les infrastructures liées au secteur.

« Il nous faut mécaniser le monde agricole afin d’y intéresser les jeunes. Le personnel du monde paysan est vieillissant, il faut que les jeunes y arrivent, mais avec des outils modernes et mécaniques » a souligné Mamadou Sangafowa Coulibaly.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Les difficultés que rencontrent les PME qui constituent un moteur de la croissance économique

Dans l’après midi, ce fut au tour du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani d’exposer les opportunités d’investir dans le secteur de la production de protéines animales , au business center du Salon international de l’agriculture.

Après avoir fait l’état des lieux de la production animale et des ressources halieutique en Côte d’Ivoire, Kobenan Kouassi Adjoumani a exposé sa stratégie de développement des secteurs de l’élevage et de la pêche en Côte d’Ivoire. Il a indiqué les atouts majeurs et les opportunités d’investissement qu’ils offrent. Les performances des filières animales constituent pour le ministre ivoirien, des raisons sûres et fiables pour intéresser les professionnels et industriels du monde de la production de protéines animales. Production, que le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani envisage faire passer de 52 mille tonnes aujourd’hui à 117 mille tonnes à l’horizon 2020 en Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Dette intérieure, plus de 1000 milliards payés à 1029 entreprises

Au sujet de la pêche, le patron des ressources halieutiques ivoiriennes a souligné que l’arrivée de trois nouveaux patrouilleurs pour surveiller la zone d’exploitation économique (ZEE) ivoirienne a fortement réduit la pêche illicite.

Interrogé sur la contamination au mercure du thon, le patron des ressources halieutiques de Côte d’Ivoire répondu que son pays étant le premier exportateur de ce poisson en Europe, il lui était quasiment impossible de vendre du thon contaminé aux Européens au vu de leurs exigences et contrôles qualité.

« La Côte d’Ivoire est le premier port thonier d’Afrique et le premier exportateur en Europe de ce poisson. Avec la batterie de contrôles sanitaires et de qualité de l’Union européenne aux normes desquelles nous travaillons, il nous sera difficile de faire entrer du thon contaminé au mercure sur les marchés des pays de l’Union européenne » a souligné le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani.

Jean-Paul Oro à Paris

abidjan.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here