Home Economie Roberto Azevêdo (DG OMC): "La Côte d'Ivoire est devenue un pôle d'affaires...

Roberto Azevêdo (DG OMC): "La Côte d'Ivoire est devenue un pôle d'affaires majeur en Afrique"

« Dans quelques semaines, certains dirigeants parmi les plus influents du monde des affaires et de la finance se réuniront à Abidjan pour l’édition 2016 du Forum des grandes entreprises africaines, un événement phare dans le calendrier du continent. Le message de cette conférence sera très clair: la Côte d’Ivoire est devenue un pôle d’affaires majeur en Afrique. Cette semaine, je me rends en personne à Abidjan et mon message sera aussi très clair: le commerce peut apporter une contribution importante à la croissance et au développement en Côte d’Ivoire – et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) tient à s’associer à cet effort.

Les perspectives économiques mondiales sont actuellement très mitigées. Cependant, en Côte d’Ivoire, les difficultés économiques de ces dernières années ont fait place à un scénario potentiellement meilleur, avec une croissance annuelle moyenne de plus de 8% ces dernières années. En outre, la Côte d’Ivoire a fait des progrès impressionnants s’agissant de faciliter la création d’entreprises dans le pays. Selon le rapport Doing Business de la Banque mondiale, le pays compte parmi les économies ayant obtenu les meilleurs résultats à cet égard en 20132014, se classant 44ème sur 189 pays.

Pour poursuivre sur cette lancée et renforcer sa résilience, le pays aurait intérêt à diversifier ses exportations. Actuellement, les exportations de la Côte d’Ivoire sont dominées par le cacao et le café (qui représentent environ 40% des exportations), mais ces produits offrent un taux de rendement relativement faible. L’occasion s’offre maintenant de mettre en uvre des réformes qui pourraient aider à réduire cette dépendance à l’égard des produits de base, en permettant aux entrepreneurs de tout le pays d’échanger plus librement marchandises et services. Cela, à son tour, pourrait contribuer à la reprise économique et à la création d’emplois.

Lire aussi:   Assemblée générale de la CGECI: discours de M. Jean Marie Ackah, Président élu de la CGECI Abidjan, 25 novembre 2016

Il serait important à cet égard d’éliminer les obstacles internes au commerce. En effet, dans une économie de plus en plus mondialisée, les pays qui sont plus ouverts au commerce se sont révélés être plus performants sur les marchés mondiaux – et mieux à même de tirer parti de l’intégration dans les réseaux mondiaux de production, ce qui peut à son tour contribuer à stimuler la diversification.

Les efforts visant à réduire les coûts commerciaux et à éliminer les contraintes liées aux infrastructures seront également essentiels. La Côte d’Ivoire a introduit des réformes importantes à cet égard, et le projet d’autoroute reliant Abidjan à Ouagadougou est une étape importante dans cette direction. En outre, l’Accord de l’OMC sur la facilitation des échanges (AFE) viendra compléter les efforts du pays et pourrait apporter de grands changements. L’AFE a pour but d’aider à accélérer la circulation des marchandises, de réduire les formalités administratives à la frontière et d’abaisser de manière significative les coûts du commerce.

Lire aussi:   Avenir des mers dans le monde / L’économie bleue ne se bâtira pas en Afrique sans la régulation de la pêche illicite

Un rapport récent de l’OMC a conclu que, s’il était pleinement mis en uvre, l’AFE permettrait de réduire les coûts du commerce de 14,5% en moyenne. Il pourrait entraîner une hausse des exportations des seuls pays en développement de près de 730 milliards de dollars EU par an. Le rapport indique également que les pays en développement pourraient augmenter le nombre de nouveaux produits exportés dans une proportion pouvant aller jusqu’à 20% et améliorer de 30% leur accès aux marchés étrangers. La Côte d’Ivoire joue un rôle de chef de file en matière de facilitation des échanges. Elle a été l’un des premiers pays africains à ratifier l’AFE et met actuellement en place les mesures nécessaires pour en concrétiser les avantages.

En outre, lorsque les Membres de l’OMC se sont réunis lors de leur Conférence ministérielle à Nairobi en décembre, ils sont convenus de nouvelles mesures importantes qui favoriseront la croissance et le développement. C’est ainsi que les Membres sont convenus du résultat le plus important qui ait été obtenu dans le domaine de l’agriculture au cours des 20 ans d’existence de l’Organisation. Il s’agit notamment de la décision d’éliminer les subventions à l’exportation pour les produits agricoles, qui empêchaient par le passé l’Afrique de l’Ouest d’écouler ses produits agricoles sur les marchés mondiaux. L’élimination de ces subventions était en fait l’un des nouveaux objectifs de développement durable de l’ONU – et il a été obtenu trois mois à peine après l’adoption des objectifs!

Lire aussi:   Metro d'Abidjan : le consortium de Bouygues prié de revoir le coût du projet à la baisse

L’OMC existe pour soutenir les efforts consentis par ses Membres dans le domaine du commerce – et donc de la croissance et du développement. La Côte d’Ivoire progresse déjà sur ce front et je veux donc faire en sorte que le pays saisisse toutes les possibilités que le système commercial mondial a à offrir. Je suis impatient de discuter de ces questions avec les dirigeants du pays cette semaine. »

Roberto Azevêdo, Directeur général, Organisation mondiale du commerce
NB: Le titre est de la rédaction en ligne de Fraternité Matin

Africatime CI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here