Home Economie Le top 10 des pays africains où il faut investir en 2020

Le top 10 des pays africains où il faut investir en 2020

Le top 10 des pays africains où il faut investir en 2020
Le top 10 des pays africains où il faut investir en 2020

Le top 10 des pays africains où il faut investir en 2020 selon la Rand Merchant Bank

Le groupe financier sud-africain Rand Merchant Bank vient de publier la 9ème édition de son traditionnel rapport annuel sur l’attractivité des investissements en Afrique ” Where to invest in Africa “.

Globalement, les économies les plus attractives restent les mêmes dans le top 10 par rapport aux éditions. Toutefois, cette année, l’Afrique du Sud en proie à des tensions économique et sociale perd une place au bénéfice du Maroc, tout comme l’Ethiopie qui passe à la 9ème place contre une quatrième lors du précédent rapport. La Tanzanie qui quitte en outre le top 10 alors que la Côte d’Ivoire et le Ghana se sont rapprochés du top 5. La Tunisie a fait son grand retour dans les 10 premières économies où il faut investir en 2020.

  • L’Egypte

L’Egypte conserve sa place d’économie la plus attractive pour la troisième année consécutive. Le pays dispose d’un marché démographique important et reste une des destinations africaines les plus plébiscitées par les investisseurs. ” C’est la troisième année en haut de notre classement. Au cours des trois dernières années, l’Égypte a fait de grands progrès en modifiant son environnement des affaires, en attirants davantage d’IDE (investissement directs étrangers) sur le marché et en développant ses propres industries “, a commenté co auteur du rapport dans une interview accordée au média sud-africain Biznews.

Lire aussi:   La SIB et SIPIM signent une convention de financement du crédit acquéreur

” Ils ont également pris la décision difficile il y a quelques années de dévaluer leur devise pour mieux refléter ce qui se passe sur le marché. Même si ces décisions ont été difficiles à prendre, elles contribueront à long terme aux changements structurels de l’économie. Nous prévoyons également un taux de croissance d’environ 5,3% pour les cinq prochaines années. C’est bien au-dessus de la moyenne de 4% attendue pour le reste de l’Afrique “, a-t-elle ajouté.

  • Le Maroc

En second position, le Maroc, un pays en plein développement qui devrait enregistrer une croissance moyenne de 4% au cours des prochaines années. ” Sa réintégration dans l’Union africaine et son rapprochement avec à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont renforcé son attrait pour l’investissement “, note le rapport.

  • L’Afrique du Sud

Reléguée en troisième position, l’Afrique du Sud est sujette à un ” ralentissement cyclique ” avec ” une croissance atone ” et un ” environnement des affaires qui s’est dégradé “. Cependant, le pays reste une économie avec un marché financier plus liquide relativement aux autres pays du continent.

” C’est définitivement le marché le plus liquide en Afrique. Nous avons parlé à de nombreux clients internationaux et l’Afrique du Sud reste le tremplin de l’investissement en Afrique. Mais nous devons voir des réformes structurelles mises en œuvre, en particulier dans nos entreprises publiques. Ces changements peuvent facilement nous ramener à la première place au cours des prochaines années ” a indiqué Celeste Fauconnier.

  • Le Kenya
Lire aussi:   Ouverture à Abidjan de la 5è édition du Forum économique de la CGECI Académy

Le Kenya avec des prévisions de croissance de 5% à moyen terme occupe la quatrième place. Le pays bénéficie de ” conditions météorologiques favorables ” dans un contexte politique plus apaisé. ” L’économie profite de la diversité ainsi que de la demande soutenue des consommateurs, de l’urbanisation, Intégration communautaire (EAC), réformes structurelles et investissements dans les infrastructures, notamment un oléoduc, les chemins de fer, les ports et la production d’énergie “.

  • Le Rwanda

Le Rwanda arrive en 5ème position porté par un environnement des affaires nettement plus favorables comme indiqué dans le dernier Doing Business. Le rapport plébiscite en outre le développement d’industries locales et la forte croissance des IDE dans le pays.

  • Le Ghana

En 6ème position, le Ghana toujours porté par son secteur pétrolier et gazier en plein essor. Le développement du secteur hors pétrole devrait soutenir la croissance dans une économie ayant l’une ” des meilleurs environnements des affaires en Afrique ” note RMB.

  • La Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire passe de la 10ème (lors du précédent rapport) à la 7ème place grâce à une économie ” qui compte parmi les plus diversifiées d’Afrique ” avec des taux de croissance élevée. “Les grands projets d’infrastructure, en particulier dans les domaines des transports et de l’énergie (financés par les investissements étrangers, les apports d’aide et les pouvoirs publics) confortent également la forte position du pays dans nos classements “.

  • Le Nigeria
Lire aussi:   L’ONU appelle l’Afrique à trouver de nouvelles sources de revenus pour financer ses projets de développement

Le Nigeria hérite de la 8ème place et se maintient dans le classe en raison de la reprise des cours et de la production de pétrole. Autre point favorable au pays, sa démographie et donc une demande intérieure en croissance qui attire les investisseurs. ” Les ressources et la démographie, justifie le rapport, sont favorable des flux plus importants d’IDE “.

  • L’Ethiopie

Arrive en 9ème position l’Ethiopie, l’économie à la croissance la plus rapide du continent. ” Avec une population de près de 100 millions d’habitants, la demande de biens et de services augmente considérablement ” et l’ouverture annoncée des monopoles de télécommunications et d’électricité au secteur privé va attirer les IDE dans le pays.

  • La Tunisie

Enfin, la Tunisie intègre le top 10, comme un signal du renouveau en cours dans ce pays. Le rapport souligne ” une taille de marché raisonnable et à un environnement opérationnel favorable ” associés à  ” son nouveau code des investissements simplifié ” qui ont ” rendu le pays de plus en plus attrayant pour les fabricants multinationaux “. La suite sur Sikafinance

Source: Ici Abidjan

Commentaires Facebook