Home Economie Crise: Les régies financières remontées contre la tutelle

Crise: Les régies financières remontées contre la tutelle

Le vice-président de la Coordination des syndicat du ministère de l’Economie et des finances de Côte d’Ivoire (COSYMEFCI), le Colonel Nanhounou a animé une conférence de presse ce mercredi 20 avril 2016 au siège du Syndicat national des agents du Trésor portant sur la crise persistante entre les agents du ministère de l’Economie, des finances, du budget et portefeuille de l’Etat et le ministère de tutelle. Ci-dessous, l’intégralité de leurs réclamations.

PROPOS LIMINAIRES
La conférence de presse de ce jour se situe dans un nouveau contexte de crispation des rapports entre les agents du MEFBPE et leur tutelle comme ce fut le cas le 09 septembre 2014 avec la 1ère grève des régies financières de Côte d’Ivoire.
A l’époque les agents reprochaient à leur tutelle de ne prendre aucune disposition pour améliorer leurs conditions de vie et de travail en adéquation avec les objectifs sans cesse croissants imposés aux régies.
Les discussions entamées avec la tutelle ont abouti à la signature d’un protocole d’accord le 09 décembre 2014 entré en vigueur depuis le 01er janvier 2015.
Ce protocole se voulait un gage de tranquillité dans les différentes administrations à la seule condition du respect des engagements de chacune des parties.
Cependant, la COSYMEFCI constate plus d’un an après que les autorités affichent un mépris manifeste pour l’application dudit protocole.
Ce que la COSYMEFCI n’a pas manqué de signifier à travers différents courriers en date du 4 et 16 février 2016. De même lors des différentes audiences pour faire avancer le processus.
L’actualité récente finie de nous convaincre du refus tacite d’appliquer le protocole. Notre réaction porte sur les 02 deux points ci-après :

Lire aussi:   BRVM: plus de 16 milliards FCFA de transaction ce vendredi

S’AGISSANT DE LA PLUS-VALUE
Le protocole d’accord prévoyait qu’en cas de plus-value les agents recevraient la reconnaissance de l’Etat pour les performances réalisées.
Alors que les institutions financières internationales saluent les prouesses du gouvernement, nos autorités tout en reconnaissant les efforts des agents refusent depuis 04 mois d’honorer leurs engagements.

S’AGISSANT DE L’APPEL A CANDIDATURE
Le protocole d’accord cité plus haut a clairement indiqué que les administrations doivent élaborer et faire respecter les plans de carrières en leur sein à l’instar des impôts et du Trésor Public.
Fort de ce postulat, la COSYMEFCI a produit une déclaration relativement à l’appel à candidature ouvert au privé (le 05 avril 2016) pour dénoncer une énième violation dudit protocole.
Au regard de ce qui précède, la COSYMEFCI exige :
1. Le paiement immédiat et sans condition de la plus-value

Lire aussi:   Grève des enseignants de l’Université FHB de Cocody en Côte-d’Ivoire, que se passe-t-il réellement ? (explications)

2. Le retrait de l’appel à candidature dans sa forme actuelle et la restriction de tout éventuel appel à candidature aux seuls cadres des régies concernées.

3. L’application de tous les points du protocole d’accord.

La COSYMEFCI prend à témoin l’opinion nationale et internationale et se réserve le droit au cas échéant de décider d’un arrêt de travail systématique.

abidjan.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here