Home Economie Côte d’Ivoire-USA: Après deux décennies chez «l’oncle Sam», un ivoirien met son...

Côte d’Ivoire-USA: Après deux décennies chez «l’oncle Sam», un ivoirien met son expertise au profit de la population

Ousmane Coulibaly vendredi à Bouaké (ph )
– Vendredi 31 Mai 2019 – En vue de permettre à son pays d’entrer en plein dans l’émergence tant prônée par les autorités, un ivoirien qui auparavant, installé au États-Unis d’Amérique depuis une vingtaine d’année, a décidé de créer en Côte d’Ivoire et cela, malgré les tracasseries administratives selon lui, une structure Américaine qui est dans la fabrication de produits de détergents et de nettoyant à usage domestique, médical et hospitalière.

« Je me suis rendu compte que chaque fois que je viens en Afrique, je fais le tour des rayons et je me rends compte que ce sont les mêmes produits qui sont sur les mêmes rayons. C’est vraiment inquiétant et un danger pour nos populations qui ne savent pas l’acuité et la toxicité des produits auxquels elles sont confrontées.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Y-a-t-il eu un braquage ou pas à l'hôtel Pullman d'Abidjan ?

Côte d'Ivoire-USA: Après deux décennies chez «l'oncle Sam», un ivoirien met son expertise au profit de la population

Autant il y a une émergence de la classe moyenne en Afrique, avec notre gouvernement qui a essayé d’assainir les contours macro-économique visant à consacrer une émergence, les produits qui seront mis à la disposition de nos populations, sont des produits qui ont déjà respecté les normes Américaines, c’est à dire des agences de régulation EPA (Agence de Protection Environnementale) et OSHA (Agence de Sécurité et de Santé au Travail), des produits dont l’acuité et la toxicité ont été beaucoup analysées.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis venu m’installer en Afrique et principalement à Bouaké. Il ne faudrait pas que Bouaké soit la ville qui prenne un coup au développement du pays. On se rend compte que le tissu économique s’est beaucoup effrité au lendemain de la guerre, pour cela, il faut rappeler les investisseurs, les ivoiriens de la diaspora pour revenir en Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Les propriétaires de 200 véhicules de luxe invités à venir présenter les papiers de dédouanement

Qu’ils soient balayeurs, ramasseurs de poubelles ou restaurateurs, qu’ils viennent mettre leur expertise au pays…» déclare Ousmane Coulibaly, créateur de la structure labélisée Codia Labs(American Premium Détergents), installé depuis Novembre 2018 à Bouaké, avec une production démarrée il y a environ deux semaines.

Avec la contribution exceptionnelle de son épouse de nationalité Américaine Claudia, qui croit à l’émergence de l’Afrique et à l’intelligence des Africains, c’est une cinquantaine de produit qui seront mis, après Bouaké, sur le marché Abidjanais d’ici la semaine prochaine et au delà du territoire national, dans toute la sous-région.

Ousmane Coulibaly invite l’Etat à jeter un regard sur les potentiels investisseurs qui envisageraient s’installer au pays qui par « des lourdeurs » administratives, voient leur ambition freinée. Travaillant avec cinq employés pour l’élaboration des produits dont des composants seraient importés, l’homme à travers sa structure, envisage offrir à 50 personnes des emplois indirects.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Transport aérien, Air France augmente ses fréquences avec 3 vols supplémentaires par semaine au départ d'Abidjan

« Chaque produit doit avoir une cible, ce qui n’est pas le cas ici. Des mêmes produits se retrouvent dans les hôpitaux, à la Basilique et partout. Ce n’est pas normal. C’est pour cela que nous avons une cinquantaine de produits qui ciblera un domaine précis. Je vais me spécialisé dans les produits à usage hospitalier.» conclu Ousmane Coulibaly, anciennement « mixer » pendant plusieurs années dans un laboratoire de détergents aux États-Unis d’Amérique, sorti avec une expertise.

 
 

T.K.Emile

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook