Home Economie Comium Côte-d’Ivoire: Afin que soient enfin réglés leurs droits les ex-agents sollicitent...

Comium Côte-d’Ivoire: Afin que soient enfin réglés leurs droits les ex-agents sollicitent le président Ouattara

Comium Côte-d’Ivoire: Afin que soient enfin réglés leurs droits les ex-agents sollicitent le président Ouattara
Comium Côte-d’Ivoire: Afin que soient enfin réglés leurs droits les ex-agents sollicitent le président Ouattara

Comium Côte-d’Ivoire: Afin que soient enfin réglés leurs droits les ex-agents sollicitent le président Ouattara




(Agence Ecofin) – Les ex-employés de la société de téléphonie mobile Comium, opérant sous la marque Koz, fermé en 2016, sollicitent l’intervention du président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, afin que leur soient enfin réglés leurs droits sociaux.

La société télécoms avait été contrainte de mettre la clé sous le paillasson après le retrait de sa licence d’exploitation pour divers manquements, dont d’importantes redevances financières non payées et une faible couverture réseau du pays.

Lire aussi:   La BACI et Chaabi International Bank (CIB) lèvent 49,9 milliards de FCFA au profit d’Orange Côte d’Ivoire

Après 18 procès qui se sont étendus sur les trois dernières années, les ex-employés qui avaient finalement obtenu du Tribunal du commerce, de la Cour d’appel et la Cour suprême la vente par les liquidateurs du patrimoine de Comium, notamment les bâtiments du siège, afin que ces droits soient payés, ont récemment été surpris par l’annonce d’un 19e procès programmé pour le 5 décembre prochain. Excédés, ils dénoncent un dilatoire dont le seul objectif est de saper leur moral afin qu’ils abandonnent l’affaire.

Lire aussi:   Moronou : Duncan et Achi rendent hommage à Ahoua N’Doli, « qui s’est battu pour la réhabilitation de l’axe Akoupé-Bongouanou »

Les ex-employés de Comium, qui disent avoir déjà enregistré de nombreux décès dans leur rang depuis le début de ce combat, interpellent le chef de l’Etat sur les abus dont ils sont victimes depuis la fermeture de l’entreprise. Du haut de leur statut de victime, reconnu dix-huit fois par la justice, ils réclament la protection de l’Etat.

Source: Connexion ivoirienne

Commentaires Facebook